DULLES JOHN FOSTER (1888-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux facteurs ont pesé dans l'orientation du jeune Dulles : la présence dans sa famille de plusieurs hommes politiques, dont Robert Lansing, secrétaire d'État du président Wilson, et l'influence presbytérienne — son père est pasteur — qui explique qu'il soit toujours resté attaché à une conception moralisante de la politique étrangère des États-Unis. Après des études de droit à Princeton, à la Sorbonne et à l'université George Washington, il devient avocat d'affaires. Il est appelé très tôt à occuper des fonctions diplomatiques : ainsi, en 1917, il part en mission à Panama ; en 1919, il participe, en tant qu'expert, à la Conférence de la paix de Versailles. Par la suite, il se spécialise dans les problèmes de finance internationale et représente son pays à la Conférence sur les réparations de guerre (1933). En 1939, il était, au sein du conseil fédéral des Églises, le président de la commission pour une paix juste et durable.

Churchill, Eisenhower et Dulles, 1959

Photographie : Churchill, Eisenhower et Dulles, 1959

Winston Churchill (1874 -1965) et Dwight Eisenhower (1890-1969), le 24 mai 1959, en compagnie de l'homme politique américain Foster Dulles (1888-1959), qui devait mourir quelques jours plus tard. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Membre du Parti républicain, Dulles joue néanmoins un rôle au cours de la Seconde Guerre mondiale ; il assiste à la Conférence de Dumbarton Oaks, en 1944. Truman, qui le consulte à diverses reprises, le nomme à la tête de la délégation qui négocie le traité avec le Japon (1951). Quand le général Eisenhower accède à la présidence en 1952, il n'est pas étonnant que le principal spécialiste de politique étrangère du parti devienne le chef du département d'État. Là, il dispose d'une liberté, d'une indépendance qui lui permettent d'appliquer ses idées. Combattre le danger communiste, qui selon lui, menace l'âme de l'Occident, prendre la tête du « monde libre », regrouper les énergies des forces anti-communistes en vue de refouler (roll back) ces dernières, tels sont les buts que Dulles assigne à la politique américaine. Infatigablement, il signe et fait signer traités, alliances et pactes (Seato et Meto, entre autres). Pourtant, s'il semble vouloir soutenir la France en Indochine, il refuse de lancer son pays dans la guerre et oblige Anglais, Français et Israéliens à arrêter l'expédition de Suez en 1956 ; il n'intervient pas en 1953 lors de la révolte des ouvriers de Berlin-Est, ni en 1956 lors de l'« octobre polonais » et du soulèvement hongrois. Épuisé, il démissionne en avril 1959 et meurt peu après.

Antoine Pinay, Harold MacMillan et John Foster Dulles, 1955

Photographie : Antoine Pinay, Harold MacMillan et John Foster Dulles, 1955

Le ministre français des Affaires étrangères Antoine Pinay (1891-1994), au centre, en compagnie du Britannique Harold MacMillan (1894-1986) et de l'Américain John Foster Dulles (1888-1959), à la conférence de Genève, en 1955. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Sans doute a-t-il, par conviction, entretenu la guerre froide et mené « le monde libre » jusqu'au bord du gouffre. Il n'a pu cependant empêcher que le Vietnam du Nord puis Cuba échappent à la sphère d'influence américaine. Le dégel dans les rapports Est-Ouest, qui s'annonce à la fin des années cinquante, entraîne l'abandon de son système.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Churchill, Eisenhower et Dulles, 1959

Churchill, Eisenhower et Dulles, 1959
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Antoine Pinay, Harold MacMillan et John Foster Dulles, 1955

Antoine Pinay, Harold MacMillan et John Foster Dulles, 1955
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  DULLES JOHN FOSTER (1888-1959)  » est également traité dans :

EISENHOWER DWIGHT DAVID (1890-1969)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 794 mots
  •  • 5 médias

David Dwight Eisenhower fut le trente-quatrième président des États-Unis. Il gouverna de 1953 à 1961. Né dans une modeste famille, de tradition mennonite, Eisenhower vécut dans le Kansas à Abilene, puis entra à l'Académie militaire de West Point (1911-1915). Au cours de la Grande Guerre, il reste aux États-Unis et occupe un poste d'instructeur dans l'arme blindée. Au retour de la paix, il est capi […] Lire la suite

GENÈVE CONFÉRENCE DE (1954)

  • Écrit par 
  • Georges-Henri SOUTOU
  •  • 443 mots
  •  • 2 médias

La conférence de Genève réunit du 26 avril au 21 juillet 1954 les représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'U.R.S.S., de la France, de la république populaire de Chine (dont ce fut l'entrée sur la scène diplomatique), des deux Corées, du Laos, du Cambodge, du Vietnam et du Viêt-minh. La conférence s'occupa d'abord de la Corée, puis essentiellement de l'Indochine. Sur la Corée l'é […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 903 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les accords de Genève et la fin de l'armée européenne »  : […] Sur le problème coréen, les débats de cette rencontre tournent court rapidement. Il n'en va pas de même de la négociation sur l'Indochine, qui s'ouvre en mai à Genève dans un climat dramatique ; le camp retranché de Diên Biên Phu est tombé la veille après un terrible siège. Quelques jours plus tôt, les États-Unis ont rejeté une requête de Paris tendant à faire exécuter par leur aviation un raid co […] Lire la suite

Pour citer l’article

André KASPI, « DULLES JOHN FOSTER - (1888-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-foster-dulles/