HINDOU DROIT TRADITIONNEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'interprétation du droit écrit (les dharmaśāstra)

Cette littérature a débuté vers le viie ou le viiie siècle de notre ère et s'est poursuivie jusqu'à la conquête anglaise et même quelque peu au-delà. Elle comprend trois sortes d'ouvrages : les commentaires, qui, tout en s'attachant à un texte particulier, citent un nombre parfois considérable d'autres textes pour les concilier ; les « digestes », qui sous des rubriques diverses rangent les versets et sūtras des différents livres rentrant dans la smṛti, en les reliant parfois par de brefs commentaires ; et les traités, qui sont des œuvres plus didactiques, soit qu'ils embrassent l'ensemble des règles de la smṛti, soit qu'ils se cantonnent dans une matière déterminée.

Les auteurs de ces ouvrages ont accompli un travail considérable, en raison de la quantité énorme de textes qu'ils ont dépouillés, les rassemblant et les classant, rapprochant les uns des autres ceux qui traitent du même sujet ; mais c'est surtout par les discussions et les solutions qu'ils présentent en vue de donner aux prescriptions des śāstra la valeur et la force de règles juridiques qu'ils méritent de retenir l'attention.

À cet égard, on doit signaler le rôle important joué par la théorie de l'ekavākyatā (« univocité ») ou du consensus, empruntée par les interprètes à la doctrine mīmāṃsā. Le but primitif de la mīmāṃsā avait été l'exégèse des textes védiques, mais la méthode qu'elle instaurait a été adoptée de très bonne heure par les commentateurs des textes de la smṛti. Selon cette théorie, les règles de dharma formulées dans la smṛti dérivant d'une Loi unique, éternelle et immuable posée par le Créateur à l'origine du monde, ont toutes la même autorité, quelle que soit l'époque à laquelle elles ont été formulées. Aussi bien, les auteurs de commentaires et de digestes mettent sur le même plan et accordent la même valeur aux prescriptions des différents dharmaśas̄tra, sans attribuer une prééminence à celui-ci sur celui-là. Or il n'est pas douteux que la rédaction de ces ouvrages s'est échelonnée sur un très long laps de temps et qu'ils ont par suit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  HINDOU DROIT TRADITIONNEL  » est également traité dans :

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « La dette fondamentale et les dettes partielles »  : […] L'homme, en effet, dès qu'il naît, naît à l'état de dette : r̥ṇaṃ ha vai jāyate yo'sti . Le simple fait de naître charge l'homme d'un fardeau, tout comme le simple fait de naître entache le feu d'une souillure, dénote une souillure. Pour l'homme, la vie est un bien qu'il n'a pas sollicité et dont il se trouve encombré malgré lui comme d'un dépôt. Le même mouvement qui lui donne la vie l'en déposs […] Lire la suite

DHARMAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 533 mots

La notion de dharma (« ordre », « religion », « lois ») recouvre tout ce qui constitue l'hindouisme dans sa spécificité : le rituel, la dogmatique, le droit, l'organisation sociale, etc. À ce titre, la « science [ śāstra ou shâstra ] du dharma » n'est pas autre chose qu'un exposé exhaustif de la « civilisation hindoue » en tant que telle, et c'est bien ainsi que le terme de Dharma-Shâstra est cour […] Lire la suite

DOT

  • Écrit par 
  • Annie ROUHETTE
  •  • 2 690 mots

Dans le chapitre « La dot et la perpétuation de la famille »  : […] Certaines sociétés, des plus « civilisées » comme des plus primitives, considèrent la femme comme un moyen de perpétuer la lignée du mari et témoignent à la mère un respect qu'elles refusent à l'épouse. Le mariage est pour elles une institution destinée à assurer une descendance à l'époux et la dot, comprise au sens de « prix de la fiancée », joue un rôle important dans cette conception. Sa signi […] Lire la suite

MĀNAVADHARMAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 666 mots

La tradition hindoue enseigne que l'humanité actuelle descend d'un homme qu'elle nomme Manu ; celui-ci appartient en fait à une race plus ancienne dont tous les représentants furent anéantis, sauf lui, dans un déluge. Manu, seul « juste » parmi des millions de méchants, fut averti par Dieu (Vishnu, incarné en poisson) que les eaux allaient monter et qu'il lui fallait construire un navire pour se s […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Inde – Pakistan. Essais nucléaires. 11-30 mai 1998

, avait annoncé son intention de relancer le programme nucléaire – les derniers essais indiens dataient de 1974. La communauté internationale condamne cette initiative. Le Pakistan voisin, ennemi traditionnel de l'Inde, déclare qu'il se réserve « le droit de prendre les mesures appropriées ». Le 13 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert LINGAT, « HINDOU DROIT TRADITIONNEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-traditionnel-hindou/