DONG QICHANG [TONG K'I-TCH'ANG] (1555-1636)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le calligraphe et le peintre

Avec Dong Qichang, la définition classique qui voyait dans la peinture « une excroissance de la calligraphie » prend sa pleine signification. Les sources de sa calligraphie sont composites et malaisées à définir (Dong a délibérément brouillé les pistes pour prévenir toute confrontation défavorable avec ses modèles) ; les exemples de Zhao Mengfu et de Mi Fu durent être déterminants pour ses années de formation ; plus tard, il se mettra à l'école de Wang Xizhi et de Wang Xianzhi. Sa calligraphie est d'une élégance achevée, mais elle se trouve limitée par cette qualité même. Dong ne réussit jamais à se départir d'une joliesse qui nuit au naturel, et ce naturel, qui dans l'esthétique calligraphique constitue précisément la valeur suprême, lui échappe de façon d'autant plus irrémédiable qu'il le poursuit avec plus d'acharnement. Il reprochait au pinceau de Shen Zhou « une force qui l'emporte sur le charme » ; la critique inverse pourrait lui être appliquée : son pinceau souple et gracieux reste relativement dépourvu de vitalité (qi). Là où il est incomparable par contre, c'est dans sa façon fluide de jouer sur les diverses valeurs d'encre. Cette qualité habilement transposée dans sa peinture constitue une contribution d'une importance majeure au développement du langage pictural. Pour mieux faire ressortir ces nappes d'encre très liquide qu'il réussit à superposer sans qu'elles se confondent, il attache une importance toute particulière au choix de ses supports, ne travaillant que sur satin, soie au grain très fin ou variété luxueuse de papier glacé, tous matériaux qui requièrent du peintre un très exact contrôle de son encre (sur ces surfaces glissantes, un excès de force noie le coup de pinceau, tandis qu'une force insuffisante ne lui permet pas de tracer sa marque). Sa peinture s'inspire avant tout de Dong Yuan et de Mi Fu ; dénué de la rigoureuse formation technique qui sous-tendait les improvisations de ceux-ci, il maquille ses carences structurelles sous l'ornement de l'encre (ainsi, dans sa peintur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  DONG QICHANG [ TONG K'I-TCH'ANG ] (1555-1636)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Orthodoxes et individualistes »  : […] À la fin de l'époque Ming, un autre grand lettré, Dong Qichang (1555-1636), a exercé, par son œuvre et ses théories esthétiques et critiques, une domination incontestée sur la peinture des lettrés : toute l'orthodoxie picturale de l'époque Qing s'est fondée sur ses principes d'académisme éclectique. Dong Qichang cependant, loin d'être le pontife pédant que l'on imagine trop souvent, révèle, dans […] Lire la suite

DAI JIN [TAI TSIN] (1388-1462) & WU WEI [WOU WEI] (1459-1508)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « Vicissitudes critiques de la peinture professionnelle »  : […] Le discrédit dans lequel est ultérieurement tombée l'école du Zhejiang ne doit pas faire oublier qu'elle connut son heure de gloire. L'opposition théorique entre les peintres professionnels considérés comme des artisans vulgaires et les amateurs aristocratiques est, pour une large part, due à la critique du xvii e siècle. Avant que le dogmatisme de Dong Qichang ne soit venu uniformiser les critèr […] Lire la suite

WANG LES QUATRE (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Françoise DENÈS
  •  • 4 458 mots
  •  • 1 média

Au début de l'époque Qing, l'essor de la peinture chinoise se poursuit dans les provinces du Sud, là où l'attachement à la culture Ming était resté très vivant plus d'une génération après l'installation des Mandchous à Pékin. À côté d'artistes isolés, recherchant une voie personnelle, un grand nombre de peintres suivent les idéaux des lettrés de la fin de la période Ming. Ils se rangent sous la b […] Lire la suite

WANG MENG (1308 env.-1385)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 500 mots

Quatre grands peintres du xiv e  siècle ont été choisis par les auteurs de la postérité comme les meilleurs représentants de la profonde mutation artistique survenue sous les Yuan, et réunis sous le vocable de « Quatre grands maîtres Yuan ». Ce choix est le fruit d'une longue élaboration qui, au cours du xv e et du xvi e  siècle, en élimine la figure – pourtant essentielle – de Zhao Mengfu (1254- […] Lire la suite

YUN SHOUPING [YUN CHEOU-P'ING] (1633-1690)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 402 mots
  •  • 1 média

Malgré les bouleversements occasionnés par la chute des Ming et l'avènement d'une nouvelle dynastie, celle des Mandchous (Qing), les traditions de la peinture Ming demeurent bien vivantes dans la seconde moitié du xvii e  siècle. C'est souvent un désaveu des transformations politiques du temps qui sous-tend la démarche artistique originale des « Individualistes » ; mais la majorité des peintres d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « DONG QICHANG [TONG K'I-TCH'ANG] (1555-1636) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dong-qichang-tong-k-i-tch-ang/