DONATISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signification du conflit

L'enjeu théologique

En déniant toute valeur aux sacrements conférés par des ministres schismatiques ou apostats, les donatistes, loin d'innover, demeuraient fidèles à la théologie de saint Cyprien, le grand évêque martyr de Carthage. Sa position, rejetée par Rome, ne l'avait jamais été nettement en Afrique, et Cécilien lui-même la partageait. De plus, en dépit des assertions de saint Augustin, cette théologie ne liait pas tant la validité des sacrements à la sainteté personnelle du ministre qu'à sa reconnaissance par l'Église comme membre fidèle et intègre. Ainsi sainteté, sacrements valides et frontières sociologiques de l'Église coïncidaient parfaitement. L'exigence légitime d'un ministère confessant revenait à prôner une Église de purs, de structure cléricale et sectaire, dont la marque était la recherche quelquefois fanatique du martyre (provocation des païens, voire suicides collectifs). C'est en établissant que le Christ est le véritable auteur des sacrements qu'Augustin réussit à dissocier cette synthèse : la sainteté des sacrements étant celle du Christ non seulement le rôle des clercs en était relativisé mais on échappait à l'attitude donatiste du « tout ou rien », et l'on était mis dans la nécessité de reconnaître l'unique baptême partout où il était donné et par là même de voir dans les communautés dissidentes des « vestiges » de la véritable Église. En justifiant de plus la non-réitération du baptême et de l'ordre, il posait les autres fondements de ce qui devait devenir, dès le xiie siècle, le traité classique des sacrements en théologie latine. Cette réflexion, appuyée sur un critère de catholicité (la pratique de l'Église universelle) a certainement aidé l'Église à ne pas se transformer en secte et offre encore aujourd'hui le fondement le plus communément accepté à l'action œcuménique entre les confessions chrétiennes.

Dans son appel au pouvoir civil, saint Augustin fut bien moins heureux. On lui a beaucoup reproché son exégèse de Luc, xiv, 23 (Compelle intrare : force-les d'entrer) : elle n [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DONATISME  » est également traité dans :

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évêque d'Hippone »  : […] Cet amour de la vie contemplative, Augustin le sacrifia très vite, en répondant à l'appel populaire des chrétiens d'Hippone qui l'élirent pour aider leur évêque Valère, déjà âgé et qui, Grec d'origine, parlait assez mal le latin. Cinq ans plus tard, Augustin était nommé évêque coadjuteur avec promesse de succession ; en 395-396, il devenait le chef de l'Église d'Hippone et allait le rester jusqu' […] Lire la suite

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 9 848 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les faubourgs »  : […] À Bir el Knissia, « le puits de l'église », une église cimetériale à trois nefs a été fouillée en 1883 et en 1922, puis de nouveau en 1990. Sa situation près des ports pourrait la faire identifier comme la basilique de Saint-Agilée. À Bir Ftouha, une basilique et un baptistère semblent correspondre à l'ensemble martyrologique bâti sur le lieu du martyre de saint Cyprien. La basilique à sept nefs s […] Lire la suite

CIRCONCELLIONS

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 499 mots

Terme désignant les bandes qui parcouraient les campagnes africaines au iv e  siècle et dont le sens probable est « ceux qui rôdent autour des greniers ». Adhérents de la secte schismatique des donatistes, les circoncellions résistaient par la force aux autorités favorables à l'Église catholique. L'inscription du « moissonneur de Mactar » nous apprend que des paysans libres se constituaient en équ […] Lire la suite

MAXIMIANISTES

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 185 mots

Membres d'un groupe schismatique de l'hérésie donatiste, les maximianistes sont adeptes de Maximien, un diacre disciple de Donat, qui représentait les donatistes « orthodoxes » des cités romano-puniques et de la côte tunisienne, tandis que son adversaire, Primien, évêque donatiste de Carthage, était le chef des Numidiens. Primien essaya d'inciter les « anciens » de son Église à porter plainte cont […] Lire la suite

SECTES

  • Écrit par 
  • Louis HOURMANT, 
  • Jean SÉGUY
  •  • 9 487 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sectes médiévales »  : […] Dans le christianisme apparurent très vite des protestations du type sectaire. Néanmoins, elles se rapprochent d'autant plus du type sectaire décrit par Troeltsch que l'on s'éloigne des origines chrétiennes. Le marcionisme, le montanisme, le novatianisme, le donatisme, qui sont les quatre dissidences protestataires les plus connues des premiers siècles, appartiennent nettement au type Église, fût […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « DONATISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/donatisme/