DOCUMENTA, Kassel

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des grandes manifestations périodiques destinées à promouvoir l'art contemporain, la Documenta de Kassel est, avec la biennale de Venise, la plus importante. Au cours des quelque quarante années de son histoire, elle a su créer un événement qui offre au milieu de l'art international l'occasion de présenter et de discuter l'état ou les orientations de ses recherches.

À l'origine, Documenta est le fruit de la volonté et de l'engagement de deux hommes, l'un artiste, l'autre historien de l'art : Arnold Bode, professeur à l'Académie des beaux-arts de Kassel, peintre et architecte d'expositions, qui fonde en 1954 une association de promotion, L'Art occidental du xxe siècle ; Werner Haftmann, historien de l'art, qui publie la même année La Peinture du XXe siècle. L'intérêt du premier pour tout ce qui ressortit à ce qu'il appelle la « mise en scène de l'art » et les réflexions du second sur la situation artistique allemande, en amont et en aval de la Seconde Guerre mondiale, se conjuguèrent dès lors dans un désir commun d'organiser une manifestation qui permette à la jeune génération de découvrir non seulement l'art contemporain, ses tendances et ses formulations, mais aussi l'art d'avant guerre dont le régime fasciste avait interdit toute diffusion. Le musée Fridericianum, monument d'architecture classique de l'ancienne capitale de la Hesse et l'une des toutes premières institutions muséales en Europe, s'imposa comme le lieu idéal pour abriter une telle manifestation. Malgré toutes les difficultés budgétaires et d'organisation que cela impliquait, Documenta 1 vit le jour en 1955.

Véritable rétrospective historique de l'art européen depuis 1905, elle rassembla près de six cents œuvres d'environ cent cinquante artistes. Son succès fut tel qu'il fallut envisager de mettre sur pied de nouvelles structures de gestion afin de répondre à l'attente enthousiaste du public. Une société fut constituée au sein de laquelle la municipalité de Kassel s'engagea pleinement en prenant une part majoritaire ; elle nomma Bode et Haftmann responsables de la conception et de la sélection de l'exposition dont la périodicité fut alors arrêtée à quatre ans. En 1959, la deuxième Documenta se tourna davantage vers la création contemporaine, faisant part égale entre peinture, sculpture et sérigraphie, cette dernière connaissant alors une vogue internationale. La présentation des œuvres sculptées devant les coulisses des ruines de l'Orangerie dans une théâtralisation des plus dramatiques signée Arnold Bode ne manqua pas de provoquer des réactions nombreuses : déjà Documenta s'affirmait comme un forum de partis pris.

Ce qui singularisa Documenta 3, qui ne put avoir lieu qu'en 1964, c'est qu'elle était centrée sur l'idée chère à Haftmann que l'art abstrait est un code dominant et international. Aussi, tout ce qui était apparu de nouveau au début des années 1960, tels le pop art ou le nouveau réalisme, ne fut que médiocrement représenté. Une telle attitude ne manqua pas de heurter la critique, qui attaqua violemment les commissaires. Attentive à ces réactions, la société gérante décida de se séparer de ses deux inventeurs et proposa en 1968 une version plus adaptée aux préoccupations du temps. Peinture géométrique et art minimal s'y confrontèrent au cœur d'un débat contextuel sur les conceptions élitiste et bourgeoise de l'art.

En 1970, la société de Documenta décida de nommer à sa tête un secrétaire général, qui serait renouvelé à chaque manifestation et responsable en totalité du projet proposé. En se personnalisant, Documenta trouvait ainsi un second souffle. C'est Harald Szeemann, ancien directeur de la Kunsthalle de Berne, qui fut le premier nommé à ce poste, recevant aussi pour tâche d'inscrire la ville de Kassel dans la géographie même des espaces d'exposition. En 1972, Documenta 5 marqua une vraie rupture. Véritable enquête anthropologique sur la réalité de l'art vivant en tant que tel, elle reste encore aujourd'hui comme l'exposition la plus réussie du genre.

Confiée à Manfred Schneckenburger, Documenta 6, en 1977 — la périodicité ayant été portée à cinq ans — présenta l'état des recherches sur l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DOCUMENTA, Kassel  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 233 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La place de la France dans les manifestations artistiques internationales »  : […] Le marché de l'art apparaît désormais résolument international, du moins pour sa production la plus reconnue. Quel que soit leur pays d'appartenance, tous les acteurs du monde de l'art contemporain – galeristes, grands collectionneurs, conservateurs de musée et directeurs de centres d'art, critiques et journalistes... – fréquentent les mêmes lieux sans aucun souci des frontières géographiques. Fo […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT, art

  • Écrit par 
  • François LOYER
  • , Universalis
  •  • 3 220 mots

Dans le chapitre « Rendre le réel à l'état brut »  : […] Environnement, en effet, est emprunté au vocabulaire du «  pop art » : le jeu de l'environnement consiste à réunir des objets d'usage courant, voire des déchets, dont la simple agglomération constitue l'œuvre d'art. En 1959, le pop art était encore un phénomène typiquement américain, étroitement relié à ses antécédents dadaïstes – notamment Duchamp, et Schwitters avec ses Merzbau . En 1960, lors […] Lire la suite

ENWEZOR OKWUI (1963-2019)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 680 mots

Poète, critique d’art, historien de l’art et conservateur, le Nigérian Okwui Enwezor a contribué à attirer l’attention du monde occidental sur l’art africain. Okwui Enwezor naît en 1963 à Calabar et grandit à Enugu, dans l’est du Nigeria. Au début des années 1980, il s’installe aux États-Unis pour étudier au Jersey City State College (auj. New Jersey City University), où il obtient une licence de […] Lire la suite

HYPERRÉALISME

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 3 196 mots

En 1976, dans la revue Critique , l'historien de l'art Jean-Claude Lebensztejn définissait comme « sans goût » la peinture des hyperréalistes, représentant une Amérique anesthésiée, celle des « insinuations télévisées, signes publicitaires, sweet rock, grands magasins, Muzak, paradis artificiels en miniature, Jesus Freaks, Guru Freaks, artefacts en plastique imitant le bonheur d'antan ». Ce mouve […] Lire la suite

MUSÉES PERSONNELS

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 1 612 mots

Certains artistes ont mis en œuvre une pratique qui tend à modifier nos conceptions de l'art, de la collection, de l'ordre. Cette pratique va, le plus souvent, vers un éloge du foisonnement, de l'accumulation, du bric-à-brac. Ces aventures individuelles valorisent les musées ethnologiques, les musées d'histoire naturelle, les anciens cabinets de curiosités car elles se méfient des musées d'art, hi […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 273 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La photographie comme art »  : […] Dans les années 1960, relayée par la télévision, la photographie cesse d'assumer prioritairement la fonction d'information à laquelle on l'avait subordonnée. Libérée de cette finalité, la pratique photographique se transforme en interrogeant ce qui la constitue. Son pouvoir de distanciation, de médiatisation et de conceptualisation se précisant, elle invite une nouvelle génération d'artistes pein […] Lire la suite

SZEEMANN HARALD (1933-2005)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 918 mots

Disparu le 18 février 2005 à Locarno, le Suisse Harald Szeemann fut un commissaire d'expositions hors du commun. Se situant toujours dans une perspective a-historique, il entendait démontrer que la question de l'art contemporain ne pouvait trouver de réponse dans l'agencement chronologique des œuvres, mais dans l'activité même de l'artiste. Né à Berne en 1933, Szeemann étudie l'histoire de l'art […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe PIGUET, « DOCUMENTA, Kassel », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/documenta-kassel/