DOUDAEV DJOKHAR (1944-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Père de l'indépendance de la Tchétchénie en 1991, celui qui se faisait appeler le « loup tchétchène » n'aura pas assisté à la débâcle de l'armée russe, ni à la signature d'un accord de paix à l'automne de 1996.

Le destin de Djokhar Doudaev se confond avec la tragédie de son peuple. Accusés d'avoir collaboré avec l'occupant nazi, plusieurs peuples du Caucase et de la Russie méridionale sont déportés sur ordre de Staline. En février 1944, tous les Tchétchènes, comme leurs voisins ingouches, sont ainsi envoyés en Sibérie en moins de quarante-huit heures ; Djokhar Doudaev, cadet d'une famille de sept enfants, n'est alors âgé que d'un mois.

À treize ans, Djokhar Doudaev rentre à Grozny, capitale de la Tchétchénie qui fait alors partie de la république socialiste soviétique des Tchétchènes-Ingouches. En 1962, il part étudier à l'école militaire des pilotes de Tambov. Jeune officier, il sert en Sibérie puis devient un héros de la guerre d'Afghanistan. Il se fait remarquer en 1990, lorsque, commandant d'une des divisions de bombardiers stratégiques de l'aviation soviétique basée en Estonie, il laisse déployer, lors d'une parade aérienne, le drapeau des indépendantistes estoniens.

Le prestigieux général soviétique, voyant l'empire se fissurer, retourne en Tchétchénie se battre pour « la liberté ou la mort ». L'homme à la fine moustache, au borsalino noir et au pistolet à la ceinture, lié à la puissante mafia tchétchène de Moscou, utilise le putsch des communistes conservateurs d'août 1991 comme tremplin. Avec la bénédiction de Boris Eltsine, il chasse le chef local conservateur du Parti communiste et se fait élire triomphalement (85 p. 100 des voix) président de la République autonome tchétchène le 27 octobre 1991. Le 1er novembre, il proclame unilatéralement l'indépendance de la Tchétchénie.

Fort de la russophobie de ce petit peuple caucasien qui ne s'est soumis qu'au milieu du xixe siècle à Moscou et de ses ressources pétrolières, Djokhar Doudaev se rend, aux commandes de son avion personnel, dans de nombreuses capitales occidentales et arabes, atterrissant même dans Sarajevo en guerre.

Hâbleur, il n'hésite pas à déclarer qu'il déclenchera la troisième guerre mondiale et déchaînera le feu nucléaire sur la Russie. Pourtant, l'homme, marié à une Russe malgré les traditions locales qui répugnent au mariage mixte, pratiquant la foi musulmane occasionnellement, est aussi un pragmatique.

Au printemps de 1994, il déjoue les tentatives de son opposition soutenue par Moscou. Devant le risque d'une intervention massive de l'armée russe, il multiplie les provocations verbales mais évite de couper les ponts avec Moscou tout en organisant la résistance. La veille de l'intervention russe du 11 décembre 1994, il déclarait : « L'indépendance est une notion relative. »

Alors que Grozny est écrasée par les bombes, il résiste dans son palais présidentiel puis réussit à s'enfuir dans les montagnes du sud du pays. Pendant que l'armée russe s'enlise, il organise la guérilla avec ses lieutenants, qui sont parfois plus populaires que lui, comme Aslan Makhadov, le chef d'état-major tchétchène, ou le commandant Chamil Bassaev, auteur d'une retentissante prise d'otages en juin 1995.

Réfugié dans son fief méridional de Gekhi-Tchou, il continue à négocier avec l'armée russe en avril 1996. Mais les jusqu'au-boutistes de Moscou, qui préparent déjà la succession de Boris Eltsine, veulent en finir avec le « loup tchétchène » et sa tanière est pulvérisée par un missile dans la nuit du 21 au 22 avril 1996. Toutefois, la mort de Djokhar Doudaev ne brisera pas la volonté d'indépendance des Tchétchènes. Six mois plus tard, après une victorieuse contre-offensive, ses lieutenants parviendront à conclure une trêve pour cinq ans.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Autres références

«  DOUDAEV DJOKHAR (1944-1996)  » est également traité dans :

MASKHADOV ASLAN (1951-2005)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 668 mots

Dirigeant indépendantiste tchétchène non radical, le président Aslan Maskhadov a été tué par les services de sécurité russes le 8 mars 2005 dans le petit village de Tolstoï-Yurt, à 15 kilomètres au nord de la capitale tchétchène, Grozny. Sa disparition laisse les faucons de Moscou et les islamistes radicaux tchétchènes face à face. Aslan Maskhadov est né le 21 septembre 1951 dans le district de Ka […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 14 323 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les relations entre le pouvoir fédéral et les régions »  : […] Une autre source de conflits tient à la nature fédérale du nouvel État. Une fois révolue la pax sovietica et sa capacité à résister aux tendances centrifuges, le fédéralisme apparaît dans toute sa vulnérabilité. Fragilité d'autant plus grande que Eltsine avait lâché, en août 1990, un « Prenez autant d'autonomie que vous pouvez en avaler ». Les chefs des exécutifs régionaux se posent en acteurs ma […] Lire la suite

TCHÉTCHÉNIE RÉPUBLIQUE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 070 mots

République du Caucase du Nord (15 700 km 2 ) faisant partie de la fédération de Russie, la Tchétchénie est bordée par la Russie au nord, la république du Daghestan à l'est et au sud, la Géorgie au sud-ouest et la république d'Ingouchie à l'ouest. Elle se divise en trois grandes régions géographiques : au sud, le Grand Caucase, dont la ligne de crête constitue la frontière méridionale de la répub […] Lire la suite

Les derniers événements

5-28 janvier 1997 Russie. Élection d'Aslan Maskhadov à la présidence de la Tchétchénie

Djokhar Doudaev, obtient 10 p. 100 des voix. Le 28, le nouveau président déclare que sa priorité sera « de travailler à ce que l'indépendance de la Tchétchénie soit reconnue par tous les pays, y compris la Russie ».  […] Lire la suite

6-21 avril 1996 Russie. Poursuite des combats en Tchétchénie et mort du « président » Djokhar Doudaev

Djokhar Doudaev est tué dans le bombardement du village de Gekhi Tchou, dans le sud-ouest du pays, alors qu'il discutait du plan de paix avec un intermédiaire russe sur un téléphone satellite qui aurait permis de repérer sa présence. Le « vice-président » Zelimkhan Iandarbiev, un « idéologue » membre de l'aile dure du mouvement nationaliste, est aussitôt […] Lire la suite

9-24 janvier 1996 Russie. Nouvelles prises d'otages liées au conflit en Tchétchénie

Djokhar Doudaev, investit Kizliar, au Daghestan, une ville de quarante mille habitants située à une dizaine de kilomètres de la frontière tchétchène. Les indépendantistes attaquent des bâtiments officiels avant de se retrancher dans l'hôpital avec quelque deux mille otages. Ils réclament l'arrêt de l'intervention russe en Tchétchénie. Cette opération […] Lire la suite

14-23 juin 1995 Russie. Assaut de Boudennovsk par un commando tchétchène et ouverture de négociations à Grozny

Djokhar Doudaev, à seule fin d'obtenir l'arrêt des combats en Tchétchénie. Après l'assaut, qui fait une centaine de morts, le commando se replie dans l'hôpital de la ville où il retient en otage plus d'un millier de personnes. Le 17, sur l'ordre du président Boris Eltsine, les forces russes donnent l'assaut à l'hôpital, malgré la présence des otages […] Lire la suite

7-21 février 1995 Russie. Chute de la capitale tchétchène

Djokhar Doudaev annonce qu'il quitte la capitale, dont certains quartiers sont toujours défendus par ses troupes. Le 13, les commandants militaires russe et tchétchène concluent un cessez-le-feu qui est peu respecté. Le 16, à l'occasion de son discours annuel devant le Parlement, le président Boris Eltsine reconnaît les « lourdes pertes » subies par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « DOUDAEV DJOKHAR - (1944-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/djokhar-doudaev/