Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DIMORPHISME

Existence de deux formes distinctes pour une même espèce, animale ou végétale. Le dimorphisme représente un cas particulier du polymorphisme. Il affecte différents caractères et se présente sous divers aspects.

Le dimorphisme sexuel permet de distinguer un individu mâle d'un individu femelle. Il se manifeste par des caractères sexuels primaires (gonades, voies génitales, organes d'accouplement) et par des caractères sexuels secondairesintéressant la morphologie, la physiologie, la psychologie. La fonction éthologique du dimorphisme sexuel apparaît clairement lors de la pariade. Son rôle de signal permet en outre de détourner les agressions qui visent des individus plus ternes que sont, souvent, la femelle et les jeunes. Les caractères sexuels secondaires peuvent être polymorphiques si l'un des sexes comporte plusieurs sortes d'individus (pœcilandrie en cas de polymorphisme du mâle, pœcilogynie en cas de polymorphisme de la femelle).

Le dimorphisme sexuel portant sur la taille atteint un maximum chez les mâles nains ; chez de nombreux crustacés (copépodes, isopodes épicariens), le mâle nain vit sur la femelle ; des mâles nains existent également chez un ophiure, chez la bonellie, chez les poissons pêcheurs abyssaux.

Le dimorphisme sexuel cellulaire, découvert en 1949 (M. L. Barr, L. F. Bertram), intéresse les noyaux des cellules ; le noyau d'une cellule du sexe féminin présente une masse d'hétérochromatine de dimensions constantes (0,8 μ à 1,1 μ) ; elle est accolée soit au nucléole, soit à la membrane nucléaire. Cet amas n'existe jamais dans les cellules masculines. Cette hétérochromatine se nomme le corpuscule de Barr ou corpuscule chromatinien. On sait (S. Ohno, 1959) que ce corpuscule est un chromosome totalement formé d'hétérochromatine.

Or, le génotype se compose d'autosomes et d'une paire de gonosomes ou chromosomes sexuels. Cette paire de gonosomes se compose de chromosomes différents dans les deux sexes. Chez le mâle, la paire se compose souvent des chromosomes X et Y, dont les dimensions varient avec les groupes, X ayant une longueur égale (certains amphibiens), supérieure (mammifères) ou inférieure (drosophile) à celle de Y. La plupart des nématodes et quelques insectes possèdent un seul chromosome sexuel X ; la paire est alors désignée par XO. Quelle que soit la combinaison réalisée, le mâle est donc toujours hétérogamétique, car il produit deux sortes de spermatozoïdes : les uns portent X, les autres Y ou sont dépourvus de gonosomes.

La femelle possède dans certaines espèces deux chromosomes différents, Z et W (papillons, amphibiens anoures, xénope, amphibiens urodèles, oiseaux). La femelle avec ZW est hétérogamétique ; elle produit des gamètes porteurs de Z ou de W. Lorsque, au contraire, comme chez divers insectes, chez la grenouille ou dans l'espèce humaine, la femelle possède deux gonosomes semblables XX, elle sera homogamétique, donnant un seul type de gamètes, porteur de X. Le corpuscule de Barr, qu'on observe dans les génotypes XX, serait l'un des deux chromosomes X.

Le dimorphisme pœcilogynique correspond à des variations dans le mode ou la durée du développement larvaire, la forme adulte n'étant pas modifiée. L'exemple classique est donné par une crevettePalaemonetes du groupe varians. Dans certains pays (Italie, Balkans, Égypte), la crevette vit dans les eaux douces ; elle pond de gros œufs peu nombreux qui donnent naissance à des jeunes peu différents de l'état définitif. Dans d'autres pays (France, Angleterre, Allemagne, Suède, Afrique du Nord), la crevette fréquente les eaux saumâtres ; elle pond de nombreux petits œufs engendrant des larves pélagiques qui subissent plusieurs transformations avant de devenir adultes. Le même phénomène s'observe chez d'autres crustacés.

Beaucoup d'animaux[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Académie nationale de Metz, directrice honoraire à l'École pratique des hautes études, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

    • Écrit par Catherine ZILLER
    • 4 447 mots
    • 4 médias
    ...mâles ou spermatozoïdes ; c'est une spermatogenèse. La gamétogenèse femelle donne des ovules ; c'est une ovogenèse. La différence entre les sexes se manifeste donc en premier lieu au niveau des gamètes, qui présentent dans l'immense majorité des cas un dimorphisme prononcé.
  • COLÉOPTÈRES

    • Écrit par Robert GAUMONT
    • 4 212 mots
    • 11 médias
    Chezla plupart des espèces, il n'existe aucune différence extérieure visible entre les deux sexes, mais, dans certains cas, il y a des caractères sexuels secondaires qui peuvent être le propre soit du mâle, soit de la femelle. Nombreux sont les organes qui peuvent être affectés par ces caractères. On...
  • COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur

    • Écrit par Marc THÉRY
    • 3 843 mots
    • 5 médias
    Dans les années 1870, c'est Charles Darwin qui a développé le concept de sélection sexuelle pour expliquer l'évolution de certains traits dimorphiques qui sont le plus souvent uniquement présents chez les mâles, comme la traîne du paon. Pour la plupart, ces traits morphologiques ne procurent...
  • COPÉPODES

    • Écrit par Jacques FOREST
    • 3 459 mots
    • 7 médias
    Un dimorphisme sexuel en relation avec l'accouplement existe chez les formes libres. Les antennules du mâle présentent une adaptation qui en fait un appareil de contention de la femelle au moment de la copulation. Il s'agit tantôt d'une courbure particulière des deux appendices, tantôt d'une différenciation...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi