DIDYMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La célébrité de Didymes est due au sanctuaire d'Apollon Didymaios, le Didyméion,, implanté en bordure des côtes égéennes, à 17 kilomètres environ au sud de Milet, dont il était dépendant. Il appartenait d'abord à la famille des Branchides, puis il devint le plus grand sanctuaire de la cité, sans doute après la prise de Milet par les Perses.

Fouillé et étudié d'abord par des savants français, le sanctuaire et son temple monumental furent dégagés par l'Institut archéologique allemand qui en entreprit l'exploration en 1904 — tâche considérable puisqu'une forteresse médiévale et un village turc s'y étaient installés — et publia les comptes rendus des recherches. Fouilles anciennes, et recherches récentes, menées par Klaus Tuchelt depuis les années 1970, permettent de restituer l'histoire et l'évolution de ce sanctuaire oraculaire d'Apollon, complémentaire mais aussi rival de ceux de Claros et de Delphes, souvent cités dans les textes relatifs aux oracles apolliniens.

Le sanctuaire fut établi auprès d'une source, entourée à la fin de l'époque géométrique (~ viiie s.) par une construction de plan rectangulaire, ouverte à l'est. On ignore s'il s'agit d'un édifice couvert dont les proportions évoquent les premiers temples de l'Héraion de Samos ou d'un enclos sacré. Dans la seconde moitié du ~ vie siècle, l'édifice ancien est remplacé par un temple monumental dont le plan original et les particularités s'expliquent par la fonction oraculaire et la nécessité d'intégrer au dispositif architectural les éléments cultuels, en particulier la source et le laurier sacré dont les textes, même tardifs, font mention, alors que la source elle-même a disparu par suite de phénomènes géologiques — disparition qui fut attribuée par la tradition à l'armée des Perses et à la destruction du sanctuaire, qui suivit celle de la ville, en ~ 494.

Ce premier temple, de vastes proportions, comme ceux d'Artémis à Éphèse, ou d'Héra à Samos (dimensions : 38 m × 85 m), était un grand diptè [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

Classification


Autres références

«  DIDYMES  » est également traité dans :

SANCTUAIRE, Grèce hellénistique et Rome antique

  • Écrit par 
  • Pierre GROS, 
  • John SCHEID
  •  • 8 290 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La fonction oraculaire »  : […] Il est permis de se demander quelles innovations fonctionnelles peuvent avoir vu le jour dans un milieu aussi exclusivement préoccupé de problèmes formels. Ce serait méconnaître l'un des aspects de l'architecture religieuse de cette période, ce qu'on pourrait appeler sa dimension oraculaire. L'action concertée des défenseurs de la religion traditionnelle et de tous ceux, nombreux, qui avaient un i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanctuaire-grece-hellenistique-et-rome-antique/#i_80067

Pour citer l’article

Martine Hélène FOURMONT, « DIDYMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/didymes/