IONIQUE ORDRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plutôt qu'un ordre, l'ionique est un style : on n'y retrouve guère la rigueur normative de l'ordre dorique, la codification des formes y est beaucoup moins marquée et les variantes géographiques sont considérables. Entre l'ionique des Cyclades, qui se plaît aux petits bâtiments parés de moulures ciselées, et celui de la côte d'Asie Mineure, où l'influence de l'Orient se manifeste par des temples colossaux à double colonnade et décor de reliefs abondant, le dénominateur commun est surtout un même état d'esprit : le goût pour la sveltesse des formes et pour l'ornementation, où la fantaisie inventive de l'architecte peut se donner libre cours. À tous les niveaux de l'élévation – base, chapiteau, pied et sommet des murs, frise – le décor peut être plus ou moins développé ; des moulurations secondaires – souvent ténues – peuvent également s'intercaler pour souligner les lignes ou rythmer les surfaces. Cet ordre si souple, le malheur veut qu'on en connaisse bien mal les dialectes : dans les Cyclades, les bâtiments ont tous presque complètement disparu et c'est seulement depuis peu que se précise, grâce à des recherches archéologiques très minutieuses, à Naxos surtout, l'image de cette architecture simple mais raffinée ; sur la côte asiatique et dans les îles qui lui font face, les grands temples archaïques ont été détruits dès l'Antiquité et l'on connaît surtout leurs imposants successeurs de l'époque hellénistique. C'est là pourtant que l'ordre ionique semble avoir pris forme.

Ordre ionique

Dessin : Ordre ionique

Dessin

Temple de Métaponte, Italie du Sud ; 500-450 av. J.-C. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ordre ionique : variations

Dessin : Ordre ionique : variations

Dessin

Variantes de l'ordre ionique : à gauche, chapiteau éolique à volutes verticales (Néandria, Troade ; vers 560-550 av. J.-C.) ; à droite, chapiteau corinthien à feuilles d'acanthe (Bassae, Péloponnèse, fin du Ve s. av. J.-C.). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les chapiteaux éoliques à volute verticale d'Asie Mineure sont contemporains des premiers chapiteaux ioniques à volute horizontale ; cette variante, qui a subsisté en Éolide à titre de provincialisme, est directement dérivée de l'Orient : on trouve au viiie et au viie siècle des chapiteaux très voisins en Palestine, en Phénicie et en Assyrie. Élégant mais frêle, ce type de chapiteau ne pouvait supporter qu'un entablement léger ; aussi est-ce le chapiteau à volutes horizontales, plus fonctionnel, que l'on trouve dan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Ordre ionique

Ordre ionique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ordre ionique : variations

Ordre ionique : variations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Temple d'Athéna Nikè, Athènes

Temple d'Athéna Nikè, Athènes
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  IONIQUE ORDRE  » est également traité dans :

ABAQUE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 306 mots

Le terme d'abaque désigne, dans sa première acception, une table à calculer. Déjà connu des Égyptiens, perfectionné par les Romains qui en firent un boulier portatif, l'abaque servait à faire les diverses opérations de calcul. Au sens architectural du terme, l'abaque désigne la partie supérieure du chapiteau d'une colonne sur laquelle repose l'architrave. L'abaque apparaît dans les différents ordr […] Lire la suite

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 212 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'Acropole classique »  : […] Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parth […] Lire la suite

ANTE, architecture

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 294 mots

Terme qui désigne dans un édifice antique le renforcement de l'extrémité d'un mur. L'ante est généralement agrémentée d'un pilastre surmonté d'un chapiteau, pour être harmonisée avec les colonnes voisines. Cette structure est d'origine dorique mais elle s'étendra à l'ordre ionique ; elle représente la survivance « pétrifiée » des coffrages de bois qui protégeaient les points fragiles des murs de b […] Lire la suite

ATTIQUE, architecture

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 62 mots

Dans l'architecture grecque et romaine, le mot attique, utilisé comme nom, désigne le couronnement d'un mur ou l'étage ouvert sur une série de piliers. Il a, par extension, désigné, à partir du xvii e  siècle, le dernier étage d'un monument dont les proportions plus réduites s'accommodaient fort bien de l'ordre ionique, plus gracieux. […] Lire la suite

CALLICRATÈS (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 064 mots
  •  • 3 médias

Callicratès est un architecte athénien à qui revient, selon Plutarque ( Vie de Périclès , XIII, 7), la construction du mur médian du système de remparts unissant Athènes au Pirée (les Longs Murs) et celle du Parthénon , en collaboration avec Ictinos. Des fragments d'inscriptions indiquent qu'il fut aussi l'auteur, sur l'Acropole, d'un mur de soutènement ( Inscriptiones Graecae , 1 er vol., 2 e é […] Lire la suite

CORINTHIEN ORDRE

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 471 mots
  •  • 1 média

Bien que le chapiteau corinthien apparaisse en Grèce au ~ v e  siècle, l'ordre corinthien se constitue seulement à Rome sous Auguste . Mais il devient alors si populaire qu'il élimine presque totalement les autres ordres. Après avoir joué un grand rôle dans la formation des ordres médiévaux, tant dans le domaine chrétien que dans l'art islamique, il retrouve son prestige à la Renaissance et le gar […] Lire la suite

CORNICHE

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 422 mots

Terme désignant la partie supérieure de l'entablement, dans l'architecture classique. L'élément essentiel de la corniche est le larmier, pièce horizontale en saillie, dont la fonction est de rejeter les eaux de pluie. Dans l'architecture grecque, il constitue pratiquement à lui seul la corniche, aussi bien dans l'ordre dorique que dans l'ordre ionique. Dans l'ordre dorique, sa face inférieure, ou […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monuments et offrandes »  : […] Plus qu'aucun autre site archéologique, Delphes permet de suivre le développement de la grande architecture sacrée en pierre, à travers les quelques types de bâtiments et les modes de construction (ordres) auxquels elle s'est très vite limitée. En dépit de la ruine très avancée de presque tous les monuments, la régularité de tous ces édifices est telle qu'on peut reconstituer avec une quasi-certi […] Lire la suite

DIDYMES

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 1 223 mots

La célébrité de Didymes est due au sanctuaire d'Apollon Didymaios, le Didyméion,, implanté en bordure des côtes égéennes, à 17 kilomètres environ au sud de Milet, dont il était dépendant. Il appartenait d'abord à la famille des Branchides, puis il devint le plus grand sanctuaire de la cité, sans doute après la prise de Milet par les Perses. Fouillé et étudié d'abord par des savants français, le sa […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  La période hellénistique »  : […] Rien n'est plus factice, lorsqu'on considère le développement de l'art, que de séparer nettement la période hellénistique de celle qui l'a précédée immédiatement. La mort d'Alexandre en 323 ne change rien aux tendances déjà décrites, et Lysippe comme Apelle ont continué après la disparition de leur protecteur à former des élèves et à produire. Cependant, par la suite, la fondation de grands royau […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « IONIQUE ORDRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-ionique/