BEZACE DIDIER (1946-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Didier Bezace est né le 10 février 1946 à Paris. Ses parents l’envoient très jeune en nourrice dans un village bourguignon, pour lui éviter trop de privations liées à l’après-guerre. De retour en région parisienne, il se découvre durant sa scolarité, d’abord dans un pensionnat religieux puis au lycée, une passion pour la lecture et le théâtre, pour lequel il met en scène, avec ses jeunes condisciples, le roman Chiens perdus sans collier de Gilbert Cesbron. Il débute par la suite une formation de comédien au Centre universitaire de formation et de recherche dramatique de Nancy, puis intègre en 1968 l’université du Théâtre des Nations, placée sous la tutelle du metteur en scène André-Louis Perinetti à la Cité internationale universitaire de Paris, qui conforte sa vocation et l’engage dans une pratique professionnelle.

Dans la mouvance de mai 1968, Didier Bezace va rencontrer Jacques Nichet, qui dirige une compagnie théâtrale universitaire, puis Jean-Louis Benoit. Avec eux, il fonde en 1973 le Théâtre de l’Aquarium dans un bâtiment militaire désaffecté de la Cartoucherie de Vincennes, aux côtés d’Ariane Mnouchkine et du Théâtre du Soleil. Au sein de cette structure, les premières créations sont essentiellement collectives, à partir d’enquêtes sociales et politiques en résonnance avec l’époque : Marchands de ville (1972), satire de la promotion immobilière, ou La vieille lune tient la jeune lune toute une nuit dans ses bras (1976), qui fait entendre les voix de travailleurs ouvriers trop souvent réduits au silence. Tour à tour comédien, adaptateur, metteur en scène, Didier Bezace participe avec cette équipe artistique et gestionnaire à une trentaine de spectacles en interrogeant les modes de représentation dans une filiation évolutive du théâtre populaire de Jean Vilar. Lors de ses périodes de liberté au thé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BEZACE DIDIER (1946-2020)  » est également traité dans :

L'ÉCOLE DES FEMMES (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 113 mots

L'École des femmes , de Molière. À peine a-t-on prononcé ces quelques mots que tout se met en place. Le premier combat de Molière travesti en Arnolphe, les Maximes du mariage comme passage obligé du tyran domestique, le jeu des quiproquos. Et une pièce jugée éclatante, une comédie autobiographique, un mélange des genres efficace – de la farce à la grande comédie –, organisant le passage des types […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « BEZACE DIDIER - (1946-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/didier-bezace/