DE KLERK MICHEL (1884-1923)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né, et mort, à Amsterdam dans une famille modeste et nombreuse, Michel De Klerk n'eut pas la possibilité de poursuivre des études d'architecte de façon classique. Il apprit son métier dans l'agence d'Édouard Cuypers, le neveu du constructeur du Rijksmuseum, tout en suivant des cours du soir. De Klerk profita largement de l'ambiance chaleureuse qui régnait dans ce bureau ; Cuypers permettait en effet à ses collaborateurs de participer à tous les concours et les encourageait à utiliser sa bibliothèque. Franc-maçon idéaliste comme beaucoup d'architectes néerlandais à cette époque, De Klerk ne tarda pas à collaborer à la revue d'avant-garde Wendingen, et il affichait un socialisme sentimental bien dans l'air du temps, surtout à Amsterdam.

Depuis le début du xxe siècle, l'architecture, aux Pays-Bas, était dominée par la personnalité de Henrik Berlage (1856-1934), l'auteur célèbre de la Bourse d'Amsterdam, monumental édifice qui allait imposer un idéal d'objectivité constructive, à la fois dans le refus des artifices comme des exploits techniques. D'importantes commandes de logements ouvriers furent ensuite passées au Maître et à de jeunes architectes travaillant dans le même esprit rationaliste. Ainsi se constitua la première école d'Amsterdam qui compta, entre autres bâtisseurs, De Bazel, Kromhout et Walenkamp.

En 1916, De Klerk va attaquer nommément Berlage — et indirectement ses disciples — dans un violent article où il l'accuse d'avoir été incapable d'exprimer architecturalement un moment d'une culture : « Il ne sent pas ou du moins ne nous a jamais montré qu'il sentait effectivement ce qui caractérise le moderne, la nouveauté pétillante, le sensationnel choquant et impressionnant. » Ce texte, trop peu connu, est un véritable manifeste d'architecture expressionniste, la tendance qui caractérisera la deuxième école d'Amsterdam avec De Klerk, Kramer et Van Der May.

Lorsqu'il s'en prend à Berlage, De Klerk a déjà édifié, de 1913 à 1915, sa première œuvre, un immeuble pour l'entrepreneur Klaas Hille, dans un quartier sud d'Amsterdam. L'accompagneront bientôt deux autres réalisations pour la société Eigen Haard — une association d'employés de chemins de fer — achevées en 1916 et en 1920. La distribution intérieure des logements — 54 mètres carrés de superficie pour trois pièces — n'affirme aucun progrès depuis la typologie des premières habitations sociales à Amsterdam : il n'y a toujours pas de salle d'eau.

Toutefois, l'ensemble est magnifié par une tour de 28 mètres de haut dans un but purement visuel : elle n'est pas accessible et ne remplit aucune fonction pratique. Mais ce sont surtout ses façades travaillées comme des sculptures qui ont fait la renommée de Michel De Klerk en l'opposant nettement à la rationalité de Berlage. Effets d'appareil, décrochements subtils, rotules de liaison compliquées à plaisir attestent une volonté de provocation, un désir d'affirmer un geste expressionniste en faisant appel à l'art populaire des pays scandinaves — visités par De Klerk en 1911 —, à celui des Indes néerlandaises et peut-être même au souvenir des villas de l'Autrichien J. M. Olbrich construites à Darmstadt en 1900.

Désireux de bâtir des « palais ouvriers », De Klerk et ses émules, travaillant sans contraintes sur des maquettes en plastiline, ont réduit leur architecture à la composition des façades, une indifférence totale étant réservée au plan intérieur. Pour la première fois en Europe, le logement social, incomparable laboratoire d'expériences, échappait à la stricte rationalité exigée autant par les « philanthropes » que par les autorités officielles préoccupées par le logement des masses. Violemment rejeté par les fidèles du Mouvement moderne, cet exemple « baroque » réapparaît en force dans le postmodernisme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DE KLERK MICHEL (1884-1923)  » est également traité dans :

AMSTERDAM ÉCOLE D', architecture

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 138 mots

Dans les années 1905, trois jeunes étudiants en architecture travaillent chez Eduard Cuypers, à Amsterdam. Ce sont Michel De Klerk, JJohan Melchior Van der Mey et Piet Kramer. Ils critiquent Berlage, le plus célèbre praticien de la ville, et lui reprochent une étroite rationalité incapable d'exprimer le piquant de la vie moderne. Le plus doué de ce trio est Michel De Klerk dont les logements soci […] Lire la suite

ARCHITECTURE EXPRESSIONNISTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 909 mots

1913-1918 Îlot d'habitation sur le Spaarndammerplantsoen, Amsterdam, Michel De Klerk (1884-1923). Réalisé en trois phases, cet îlot situé en bordure d'une voie de chemin de fer, au nord-ouest de la ville, est l'exemple le plus spectaculaire de l'architecture de l'École d'Amsterdam. La composition des façades, l'ondulation des murs de briques, les détails de toitures et des fenêtres témoignent du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger-Henri GUERRAND, « DE KLERK MICHEL - (1884-1923) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-klerk/