DERMATOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dysembryoplasies cutanées

La peau, comme d'autres tissus, peut avoir un développement vicié au cours de son évolution embryologique, du fait d'anomalies génétiques, souvent héréditaires (génodermatoses), ou, plus rarement, sous l'influence de facteurs acquis in utero (embryopathies). Les lésions cutanées de ces affections, dites congénitales, bien qu'elles puissent ne pas être apparentes à la naissance, sont parfois associées à des dysplasies nerveuses, vasculo-sanguines ou viscérales.

Parmi les dysembryoplasies, habituellement familiales, étendues à tout le tégument ou à une partie de celui-ci, on mentionnera les épidermolyses bulleuses, les hyperkératoses congénitales (ichtyose, érythrodermie ichtyosiforme, kératodermie), des atrophies et hypoplasies de l'épiderme et du derme, la neurofibromatose de Recklinghausen, l'épiloïa (sclérose tubéreuse de Bourneville), l'angiomatose hémorragique de Rendu-Osler.

Nævi

Les nævi sont des dysplasies cutanées circonscrites, existant à la naissance ou se révélant au cours de la vie.

Les nævi nævo-cellulaires constituent un groupe très particulier de nævi, du fait que les cellules qui les composent sont susceptibles, dans des cas heureusement exceptionnels, de subir une dégénérescence maligne. Ces nævi sont dus à la prolifération de « cellules næviques de Unna », qui sont des mélanocytes (mélanoblastes embryonnaires), semblables aux mélanocytes normaux de l'épiderme mais rassemblés en amas (thèques næviques).

Les nævi pigmentaires communs sont les vulgaires « grains de beauté », petites taches lenticulaires brunes ou noires, planes ou légèrement bombées, qui existent, en plus ou moins grand nombre, chez tout individu. Plus rares sont les nævi pigmentaires en dôme, en élevure mamelonnée ou en placard elliptique de plusieurs centimètres. Exceptionnels sont les nævi géants, monstrueux, recouvrant toute une partie du corps (« en pèlerine », « en maillot de corps »).

La topographie histologique des thèques næviques a une signification pronostique importante. Alors que les « nævi intradermiques » sont quiescents, les « nævi jonctionnels » de la zone dermo-épidermique sont doués d'un potentiel de transformation maligne. Ce critère histologique ne peut être connu que sur des nævi déja enlevés en totalité, toute biopsie partielle étant interdite par des risques d'essaimage cellulaire. Or, l'examen clinique ne permet pas toujours de faire la distinction entre ces deux types de nævi.

Bien que la dégénérescence cancéreuse (nævo-carcinome) soit très rare, elle exige la plus grande prudence. Un « grain de beauté » ne doit jamais être soumis à des irritations (grattage, frottement par vêtements). Un nævus accidentellement traumatisé (écorchure, blessure) doit être immédiatement détruit. La suppression d'un nævus s'impose lorsque apparaissent les signes d'une transformation maligne (cf. infra : Nævo-carcinomes). Même l'ablation d'un nævus dans un but esthétique oblige à prendre toutes les précautions, ce qui fait passer au second plan le souci d'obtenir une cicatrice parfaite.

Que l'intervention consiste en une électrocoagulation (nævi de petite taille) ou en une ablation chirurgicale (nævi de large étendue), elle doit inclure une « collerette de sécurité » périphérique, qui agrandit la cicatrice.

Tous les procédés mineurs (neige carbonique, galvano-cautérisation, caustiques chimiques) sont à exclure.

Les nævi non nævo-cellulaires (nævi simples) ne représentent qu'une hyperplasie ou une hypoplasie des éléments normaux de la peau, et ils ne sont pas susceptibles de dégénérer en nævo-carcinomes : nævus verruqueux, nævus sébacé, nævi molluscum et pendulum.

Angiomes

Les angiomes sont des hyperplasies des vaisseaux du derme ou de l'hypoderme. Ce sont des taches ou des exubérances, de couleur rouge sang, souvent inesthétiques, mais ne comportant pas de risques de dégénérescence maligne.

Les angiomes plans (« taches de vin ») persistent durant toute la vie ; le laser semble être le traitement actuel le moins décevant. Seuls les angiomes pâles de la racine du nez et des paupières supérieures s'effacent spontanément avant l'âge de un an. Les angiomes tubéreux dermiques (« fraises »), formant de petites tumeurs rouges saillantes, disparaissent très souvent dans la deuxième enfance ; ils sont facilement et sans danger effacés par la neige carbonique : cette évolution favorable est due au caractère « immature » des capillaires néoformés. Les angiomes hypodermiques, constituant des tum [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : ancien médecin de l'hôpital Saint-Louis, professeur honoraire (maladies cutanées et syphilitiques) à la faculté de médecine de Paris

Classification

Autres références

«  DERMATOLOGIE  » est également traité dans :

ACNÉ

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 3 296 mots
  •  • 2 médias

Liée à une inflammation du follicule pileux (précisément, pilo-sébacé), l’acné est une maladie dermatologique très fréquente, qui touche environ 6 millions de personnes en France. Débutant le plus souvent à la puberté, elle n’a en général aucune gravité, mais peut, lorsqu’elle est étendue ou durable, être source de souffrance psychologique en raison de son retentissement sur l’image de soi. Cette […] Lire la suite

ACNÉ ROSACÉE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 378 mots

Principalement chez les femmes aux environs de la ménopause, mais parfois dans les deux sexes et à n'importe quel âge, l'acné rosacée peut débuter sur peau sèche. Elle est précédée par un stade d'érythrose faciale survenant au début par intermittence, à l'occasion de changements brutaux de température, d'absorption de boissons alcoolisées, d'un repas trop abondant en période prémenstruelle ou à la […] Lire la suite

ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard HALPERN, 
  • Georges HALPERN, 
  • Salah MECHERI, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 12 543 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Eczémas »  : […] On englobe sous le terme d'eczéma des éruptions cutanées de cause et d'évolution différentes mais qui possèdent en commun le même type de lésions élémentaires : éruption érythémato-vésiculeuse, associée histologiquement à la spongiose (dissociation des cellules épidermiques par l'exosérose) et infiltrations lymphocytaires. L'eczéma reconnaît grossièrement deux étiologies différentes : –  Eczéma a […] Lire la suite

ALOPÉCIES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 591 mots
  •  • 1 média

L'absence ou la rareté des cheveux est quelquefois congénitale, mais dans l'alopécie acquise la chute des cheveux est un symptôme, au retentissement psychique souvent très net . La recherche de ses causes est avant tout orientée par sa topographie, circonscrite, diffuse ou régionale. Les alopécies circonscrites sont d'origines diverses : – Certaines dermatoses portent atteinte au cuir chevelu : […] Lire la suite

BLASTOMYCOSES

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 203 mots

Mycoses profondes provoquées par deux variétés de champignons assez voisines : Blastomyces dermatitidis , pour la blastomycose nord-américaine (ou maladie de Gilchrist), et Blastomyces brasiliensis , pour la blastomycose sud-américaine (para-coccidioïdomycose, ou maladie de Lutz). La blastomycose nord-américaine est relativement fréquente dans la vallée du Mississippi ; on la retrouve cependant au […] Lire la suite

BULLE, dermatologie

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 338 mots
  •  • 1 média

Soulèvement épidermique circonscrit, contenant un liquide clair . La bulle se distingue par ses dimensions : elle est plus grande qu'une vésicule, plus petite qu'une phlyctène. Symptôme caractéristique de certaines dermatoses, la bulle peut toutefois apparaître occasionnellement au cours de certaines affections (lichen, prurigo, dermites artificielles, leucémides, etc.). Certaines bulles sont la c […] Lire la suite

CALVITIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 492 mots

La calvitie désigne l'absence ou la chute des cheveux. On distingue deux types de calvitie : une chute permanente des cheveux par destruction des follicules pileux et une chute temporaire des cheveux par lésion transitoire des follicules pileux. Dans le premier cas, la calvitie prédomine chez l'homme (calvitie androgénétique). Son degré est plus ou moins important chez 40 p. 100 de la population […] Lire la suite

CANDIDOSES ou MONILIASES

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 605 mots
  •  • 1 média

Infections humaines dues à des champignons microscopiques levuriformes du genre Candida , et principalement à l'espèce Candida albicans . Les Candida sont fréquemment retrouvés à l'état commensal chez l'homme (voies digestives, rhinopharynx, muqueuses génitales), mais ils n'y sont qu'en très petit nombre. Le passage du saprophytisme à l'état pathogène est le fait d'une rupture d'équilibre, au dét […] Lire la suite

CHANCRELLE

  • Écrit par 
  • André SIBOULET
  •  • 167 mots

La chancrelle, ou chancre mou, est provoquée par le bacille de Ducrey (1889). Assez fréquente en Asie et en Afrique, cette maladie persiste à l'état endémique dans certains pays, ce qui fait toujours craindre sa recrudescence. Après une période d'incubation de deux à cinq jours, parfois de dix à quinze jours, une petite papule rouge se développe généralement au niveau du sillon balano-préputial ch […] Lire la suite

CHANCRES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 435 mots
  •  • 1 média

Désignation traditionnelle de certaines ulcérations cutanées ou muqueuses qui accompagnent l'inoculation de certains microbes : tréponème de la syphilis, bacille de Ducrey, bacille de Koch . Le chancre syphilitique survient trois semaines après la contagion. Sur les muqueuses, il est classiquement indolore ; arrondi, de niveau avec la muqueuse, propre, vernissé, il repose sur une base indurée. Il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert DEGOS, « DERMATOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dermatologie/