DENGUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Moustique Aedes albopictus

Moustique Aedes albopictus
Crédits : IMAZ PRESS/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Architecture du virus de la dengue

Architecture du virus de la dengue
Crédits : The Scientist Journal Magazine

photographie

Distribution géographique de la dengue

Distribution géographique de la dengue
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Invasion du sud de l'Europe par Aedes albopictus

Invasion du sud de l'Europe par Aedes albopictus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


La biologie du virus de la dengue

La dengue et les formes graves de la maladie sont liées aux caractéristiques biologiques du virus. Le virus est un membre du genre flavivirus, qui inclut les virus West Nile, de l'encéphalite japonaise, de l'encéphalite à tiques et de la fièvre jaune, tous responsables de maladies humaines mortelles. Le virion est une particule sphérique enveloppée, d'environ 50 nm de diamètre. Elle est constituée à sa surface des protéines de structure M et E associées à des lipides d'origine membranaire, et, à l’intérieur, par la capside C qui enchâsse le génome viral, lequel est une molécule d'ARN de polarité positive d'environ 11 000 nucléotides. La protéine E reconnaît le récepteur cellulaire au virus, ce qui va initier l'internalisation de la particule virale dans le cytoplasme.

Le génome viral code les protéines C/M/E puis les protéines NS1 à NS5 qui vont assurer, d'une part, la réplication de l'ARN viral, et, d'autre part, le contrôle de la réponse immunitaire antivirale de l'hôte. Le cycle réplicatif du virus dans les cellules dure en moyenne vingt-quatre heures. La particule virale est assemblée dans les membranes intracellulaires et est transportée dans la voie de sécrétion de la cellule, où elle acquiert son pouvoir infectieux juste avant son relargage hors de la cellule. Si l'infection des cellules d'insectes demeure sans effet, celle des cellules de vertébrés aboutit rapidement à leur mort.

Chez l'individu infecté par le virus de la dengue, les cellules spécialisées telles que les monocytes, les macrophages et les dendritiques sont considérées comme des cibles privilégiés. Le virus inoculé à la suite d’une piqûre du moustique est capable d'interagir avec les cellules dendritiques et les kératinocytes de la peau. Leur infection stimule la réponse immunitaire innée antivirale. Une fois passée la barrière cutanée, les macrophages et les cellules dendritiques circulantes sont capables d'assurer la propagation du virus. Leur implication directe dans le déclenchement de la maladie est admise mais l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteur d'Université en sciences, chef de laboratoire, responsable de l'unité Interactions moléculaires Flavirus-Hôtes de l'Institut Pasteur, Paris

Classification


Autres références

«  DENGUE  » est également traité dans :

DENGUE (VACCIN CONTRE LE VIRUS DE LA)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 790 mots

La dengue, encore appelée grippe tropicale, est une maladie à vecteurs. Son agent pathogène, un virus de la famille des flavivirus comme celui de la fièvre jaune, est transmis lors d’une piqûre qui accompagne le repas de sang d’un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dengue-vaccin-contre-le-virus-de-la/#i_6863

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène »  : […] Les maladies provoquées chez l'homme par les arbovirus sont assez variées. En fait, elles ont toutes en commun, après la contamination par piqûre et la période d'incubation, une phase initiale de « virémie » au cours de laquelle le virus est présent dans le sang, ce qui permet à de nouveaux Arthropodes piqueurs de s'infecter. Cette phase peut se manifester par une fébrile affection transitoire. D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arbovirus/#i_6863

FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 4 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Répartition géographique des fièvres hémorragiques virales »  : […] Les virus à l'origine des FHV sont répartis sur une grande partie du globe . Cependant, comme chaque virus est associé à une ou plusieurs espèces hôtes et/ou vecteurs particuliers, sa présence et celle de la maladie qu’il provoque ne sont généralement observées que là où vivent ces espèces. Certains hôtes, tels que les espèces de rongeurs porteurs de plusieurs arénavirus du Nouveau Monde, vivent d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievres-hemorragiques-virales/#i_6863

MALADIES À VECTEURS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 4 816 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Stratégies de lutte contre les maladies à vecteurs »  : […] Chacune de ces maladies est soignée pour elle-même. Des traitements antibiotiques ont été mis au point pour presque toutes les maladies bactériennes à vecteurs, ainsi que des vaccins pour certaines maladies virales (encéphalite japonaise et fièvre jaune). Il n'existe que peu ou pas de traitements contre les autres maladies virales. Quant aux maladies parasitaires, à côté de la quinine classique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-a-vecteurs/#i_6863

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 10 465 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Voyages de maladies nouvelles »  : […] Quelques épidémies de maladies nouvelles propagées par des insectes vecteurs ont retenu l’attention publique du fait du caractère spectaculaire de leur progression et aussi de l’arrivée de risques infectieux nouveaux et de grande ampleur, dans des territoires qui ne les connaissaient pas, alors même qu’en général on tenait de telles maladies pour assez restreintes au plan géographique. Dans ces ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses-emergentes/#i_6863

MAYARO FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 017 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fièvre Mayaro »  : […] L’infection par le virus Mayaro, appelée aussi fièvre d’Urubamba, se traduit par des signes voisins de ceux de la dengue : fièvre brutale et élevée, douleurs musculaires et articulaires d’allure rhumatismale, maux de tête, douleurs rétro-orbitales et manifestations cutanées. Les douleurs articulaires (arthralgies) sont handicapantes et persistent longtemps. La maladie paraît cependant sans gravit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievre-et-virus-mayaro/#i_6863

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DESPRÈS, « DENGUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dengue/