Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOUSTIQUE

Insecte au corps allongé et aux pattes grêles dont la femelle, pas sa piqûre, peut transmettre des maladies graves.

Classe : Hexapodes ; ordre : Diptères ; sous-ordre : Nématocères ; famille : Culicidés

Anophèle (moustique)

Anophèle (moustique)

Les moustiques sont des diptères primitifs de petite taille (3-10 mm), appartenant à la famille des Culicidés qui regroupe les Culicinés et les Anophélinés. Ils sont caractérisés par leurs antennes longues et fines, la présence d'écailles sur les nervures de leurs deux ailes et leurs pièces buccales de type piqueur-suceur. Seules les femelles se nourrissent de sang et occasionnent donc des piqûres. Les mâles, quant à eux, sont inoffensifs et se nourrissent de sucs végétaux.

Les moustiques sont répartis dans le monde entier jusque dans les régions subarctiques mais ils pullulent dans les régions tropicales. On en dénombre plus de 3 000 espèces dont environ 40 en Europe. Le moustique commun Culex pipiens molestus est très répandu en Europe du Nord ; il est inféodé aux villes et pique souvent l'homme, tandis que son cousin campagnard, Culex pipiens pipiens, sévit plutôt chez les oiseaux.

Œuf de moustique anophèle

Œuf de moustique anophèle

Les adultes ont une activité crépusculaire ou nocturne. Les mâles sont attirés par les vibrations alaires des femelles. Après l'accouplement – qui est en général unique – la femelle stocke le sperme dans sa spermathèque. La durée de vie de ces insectes est courte : deux semaines pour Culex pipiens pipiens en été, mais les femelles qui naissent en fin d'été peuvent hiverner à l'abri et pondre au printemps suivant. Le repas sanguin est nécessaire avant la ponte, sauf chez certaines espèces – dites autogènes – qui peuvent produire une première ponte en utilisant les réserves accumulées pendant l'état larvaire. Les femelles détectent leur hôte, homme ou animal, à distance, grâce notamment à l'augmentation de la teneur en gaz carbonique liée à la respiration. Les œufs, fusiformes, mesurent environ 1 millimètre de longueur : ils sont déposés soit à la surface de l'eau, isolément (Anopheles) ou groupés en nacelles de 50 à 200 œufs (Culex, Culiseta), soit sur un substrat humide susceptible d'être inondé (Aedes).

Larve de moustique anophèle

Larve de moustique anophèle

Après éclosion, les larves, aquatiques, possèdent une tête individualisée (larves eucéphales) ; elles sont dépourvues de pattes mais mobiles. Elles respirent à la surface de l'eau, soit directement (Anopheles), soit à l'aide d'un siphon respiratoire situé à l'extrémité de l'abdomen. Elles se nourrissent par filtration de bactéries et de plancton. La durée du stade larvaire est de quelques jours (en été) à quelques mois (diapause larvaire durant l'hiver). Ces larves se rencontrent dans toutes les eaux stagnantes, mêmes très polluées (Culex pipiens) ou très saumâtres (Aedes mariae). Le stade nymphal est court, de vingt-quatre à quarante-huit heures, les nymphes étant libres et mobiles.

Aède (moustique)

Aède (moustique)

De nombreuses espèces de moustiques constituent un véritable fléau car elles véhiculent des maladies parasitaires et infectieuses graves, voire mortelles, comme le paludisme (genre Anopheles), la fièvre jaune et la dengue (genre Aedes)ou l'éléphantiasis (genres Culex et Aedes). La prophylaxie de ces maladies passe notamment par l'éradication des moustiques vecteurs : drainage des plans d'eau insalubres, utilisation d'insecticides larvicides et adulticides, ou de prédateurs naturels des larves aquatiques, comme les poissons du genre Gambusia ou Poecilia.

— Martine MAÏBECHE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Anophèle (moustique)

Anophèle (moustique)

Œuf de moustique anophèle

Œuf de moustique anophèle

Larve de moustique anophèle

Larve de moustique anophèle

Autres références

  • ARBOVIRUS

    • Écrit par Claude HANNOUN, Jean-François SALUZZO
    • 1 867 mots
    • 1 média
    ...chikungunya, qui a sévi en 2005-2006 dans l'île de la Réunion, entre dans le groupe des fièvres tropicales longtemps confondues avec la dengue. Cette maladie est due à un virus de la famille des Togaviridae, transmis par les moustiques du genre Aedes. Le virus est présent en Asie et en Afrique, où...
  • CHIKUNGUNYA

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 194 mots
    • 2 médias
    Le genre Aedes comprend au moins 260 espèces dont seulement certaines sont vectrices, dont le célèbre Aedesalbopictus ou « moustique tigre », reconnaissable à ses rayures de l’abdomen, et qui a été récemment introduit en Italie et dans le sud de la France. Le deuxième vecteur est A. ...
  • COCCIDIES

    • Écrit par Robert GAUMONT
    • 3 133 mots
    • 4 médias
    ...schizozoïtes. Mais, au cours de leur évolution, certains parasites, au lieu de donner des corps en rosette, se différencient en gamétocytes qui ne pourront poursuivre leur évolution que dans le corps d'un moustique, l'anophèle, Diptère de la famille des Culicidés, qui les ingère en piquant un paludéen.
  • DENGUE

    • Écrit par Philippe DESPRÈS
    • 2 880 mots
    • 4 médias
    Le virus de la dengue est transmis habituellement par des femelles hématophages du genre Aedes, qui s'infectent lors d'un repas de sang sur un hôte mammifère porteur du virus. Les diptères infectés vont injecter le pathogène lors d'un nouveau repas sanguin sur un hôte vertébré, y compris l'homme....
  • Afficher les 22 références

Voir aussi