MOUSTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Insecte au corps allongé et aux pattes grêles dont la femelle, pas sa piqûre, peut transmettre des maladies graves.

Classe : Hexapodes ; ordre : Diptères ; sous-ordre : Nématocères ; famille : Culicidés

Les moustiques sont des diptères primitifs de petite taille (3-10 mm), appartenant à la famille des Culicidés qui regroupe les Culicinés et les Anophélinés. Ils sont caractérisés par leurs antennes longues et fines, la présence d'écailles sur les nervures de leurs deux ailes et leurs pièces buccales de type piqueur-suceur. Seules les femelles se nourrissent de sang et occasionnent donc des piqûres. Les mâles, quant à eux, sont inoffensifs et se nourrissent de sucs végétaux.

Anophèle (moustique)

Photographie : Anophèle (moustique)

Photographie

Détail d'un anophèle (X 20) ou l'on distingue, au niveau de la tête et de haut en bas: les yeux réniformes, les deux antennes munies de soies, les deux palpes maxillaires et le labium dirigé vers le bas. Ce dernier, en forme de gouttière, constitue une «trompe» médiane contenant les... 

Crédits : Tim Flach/ Getty Images

Afficher

Les moustiques sont répartis dans le monde entier jusque dans les régions subarctiques mais ils pullulent dans les régions tropicales. On en dénombre plus de 3 000 espèces dont environ 40 en Europe. Le moustique commun Culex pipiens molestus est très répandu en Europe du Nord ; il est inféodé aux villes et pique souvent l'homme, tandis que son cousin campagnard, Culex pipiens pipiens, sévit plutôt chez les oiseaux.

Les adultes ont une activité crépusculaire ou nocturne. Les mâles sont attirés par les vibrations alaires des femelles. Après l'accouplement – qui est en général unique – la femelle stocke le sperme dans sa spermathèque. La durée de vie de ces insectes est courte : deux semaines pour Culex pipiens pipiens en été, mais les femelles qui naissent en fin d'été peuvent hiverner à l'abri et pondre au printemps suivant. Le repas sanguin est nécessaire avant la ponte, sauf chez certaines espèces – dites autogènes – qui peuvent produire une première ponte en utilisant les réserves accumulées pendant l'état larvaire. Les femelles détectent leur hôte, homme ou animal, à distance, grâce notamment à l'augmentation de la teneur en gaz carbonique liée à la respiration. Les œufs, fusiformes, mesurent environ 1 millimètre de longueur : ils sont déposés soit à la surface de l'eau, isolément (Anopheles) ou groupés en nacelles [...]

Œuf de moustique anophèle

Dessin : Œuf de moustique anophèle

Dessin

Œuf d'anophèle pondu isolément et présentant des flotteurs latéraux (d'après Y.-J. Golvan, «Éléments de parasitologie», Paris, 1969). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Anophèle (moustique)

Anophèle (moustique)
Crédits : Tim Flach/ Getty Images

photographie

Œuf de moustique anophèle

Œuf de moustique anophèle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Larve de moustique anophèle

Larve de moustique anophèle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aède (moustique)

Aède (moustique)
Crédits : khlungcenter/ Shutterstock

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOUSTIQUE  » est également traité dans :

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épidémie de chikungunya à la Réunion »  : […] Le chikungunya, qui a sévi en 2005-2006 dans l'île de la Réunion, entre dans le groupe des fièvres tropicales longtemps confondues avec la dengue. Cette maladie est due à un virus de la famille des Togaviridae , transmis par les moustiques du genre Aedes . Le virus est présent en Asie et en Afrique, où il circule selon des modalités complexes, avec des successions de cycles enzootiques faisant i […] Lire la suite

CHIKUNGUNYA

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 199 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le vecteur Aedes »  : […] Sans vecteur dans lequel il se multiplie, le virus ne peut être transmis. On ne connaît pas en effet – sauf lors des transfusions sanguines – de transmission non vectorielle du CHIKV. La biologie et la génétique du vecteur, ainsi que la plus ou moins grande capacité du virus à y proliférer, sont essentielles pour comprendre tant la survenue des épidémies que la diffusion de la maladie hors de son […] Lire la suite

COCCIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les insectes vecteurs et la lutte contre le paludisme »  : […] Le paludisme est transmis par un moustique Culicidé, Anopheles maculipennis . Mais on avait constaté depuis longtemps que la distribution de l'anophèle ne correspondait pas obligatoirement à la carte d'extension de la maladie. Roubaud (1921), Wesenberg-Lund, James (1929) montrèrent que A. maculipennis pullulait dans des régions où le paludisme avait spontanément disparu. Il fut reconnu que, dans […] Lire la suite

DENGUE

  • Écrit par 
  • Philippe DESPRÈS
  •  • 2 872 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Distribution écosystémique de la dengue et biologie des « Aedes » »  : […] Le virus de la dengue est transmis habituellement par des femelles hématophages du genre Aedes , qui s'infectent lors d'un repas de sang sur un hôte mammifère porteur du virus. Les diptères infectés vont injecter le pathogène lors d'un nouveau repas sanguin sur un hôte vertébré, y compris l'homme. La transmission vectorielle s'explique par le comportement alimentaire de la femelle, pour laquelle […] Lire la suite

DENGUE (VACCIN CONTRE LE VIRUS DE LA)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 790 mots

La dengue, encore appelée grippe tropicale, est une maladie à vecteurs. Son agent pathogène, un virus de la famille des flavivirus comme celui de la fièvre jaune, est transmis lors d’une piqûre qui accompagne le repas de sang d’un moustique du genre Aedes –  A.  aegypti ou A. albopictus (moustique tigre) selon les zones géographiques. L’expansion progressive des aires de distribution des insec […] Lire la suite

DIPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 258 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les espèces hématophages et vectrices de maladies »  : […] Parmi les moustiques (famille des Culicidés), l'espèce la plus commune en Europe est Culex pipiens , sous-famille des Culicinés, mais la sous-famille des Anophélinés comprend des espèces beaucoup plus dangereuses en raison des maladies qu'elles transmettent : les Anopheles sont les vecteurs du paludisme dont l'agent est un Plasmodium tandis que Stegomya fasciata (= Aedes Aegypti ) transmet la […] Lire la suite

FIÈVRE JAUNE

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN
  •  • 2 185 mots
  •  • 1 média

La fièvre jaune est l'un des plus grands fléaux épidémiques qui ont longtemps rendues inhabitables ou impénétrables de vastes régions des tropiques. C'est une maladie infectieuse aiguë qui sévissait et sévit encore à l'état endémoépidémique en Afrique tropicale, en Amérique du Sud, surtout dans le bassin de l'Amazone, et en Amérique centrale. La fièvre jaune est causée par un virus appartenant au […] Lire la suite

FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 4 737 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycle de transmission des fièvres hémorragiques virales »  : […] Les virus associés à la plupart des FHV sont zoonotiques. Cela signifie qu‘ils résident naturellement dans un hôte réservoir et vecteur animal – arthropode, rongeur sauvage, commensal (rat, souris…) ou chauve-souris dans la plupart des cas. Ils sont totalement dépendants de leur hôte pour leur multiplication et leur persistance dans l’environnement. L’homme ne constitue donc en aucun cas le réser […] Lire la suite

FILARIOSES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ
  •  • 1 327 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les filarioses lymphatiques »  : […] Les filarioses lymphatiques sont extrêmement répandues dans les régions intertropicales des cinq continents et représentent la parasitose humaine la plus fréquente après le paludisme et les bilharzioses. On en connaît deux aspects : – la filariose de Bancroft est la plus fréquente ; elle est due à Wuchereria bancrofti et à sa variété pacifica   ; – la filariose de Malaisie, due à Brugia malayi , p […] Lire la suite

GORGAS WILLIAM CRAWFORD (1854-1920)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 838 mots
  •  • 2 médias

William Gorgas était un médecin militaire de l’armée américaine dont il fut Surgeon General (médecin en chef) pendant la Première Guerre mondiale. Il est surtout connu pour sa contribution fondamentale à l’éradication de la fièvre jaune à la Havane entre 1901 et 1903 et au contrôle du paludisme lors de la construction du canal de Panamá entre 1904 et 1914. William Crawford Gorgas naît le 3 octobr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine MAÏBECHE, « MOUSTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moustique/