Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KAUFMANN HERMANN (1955- )

Hérault d'une dynastie du bois comprenant concepteurs, charpentiers et industriels, l'architecte autrichien Hermann Kaufmann milite depuis les années 1980 pour une construction innovante mêlant bois massif et produits dérivés. Son œuvre très vaste, marquée par la conscience du « service » à offrir au client, couvre maisons individuelles, logements collectifs, équipements publics et bâtiments d'activités. Rejetant les discours sur les styles, il privilégie les volumétries minimalistes et il critique « les expériences formelles qui donnent plus d'importance à l'enveloppe qu'au contenu ». Il a contribué de manière décisive à l'engouement international pour l'architecture éco-responsable du Vorarlberg, le petit Land situé à la pointe occidentale de l'Autriche où il vit. La direction de la chaire de construction en bois à l'université technique de Munich en 2002 et la remise du premier Global Award de l'architecture durable à Paris en 2007 lui ont conféré une stature internationale qui a élargi son rayon d'action.

Fils et frère de charpentier, Hermann Kaufmann, né en 1955 à Reuthe, a acquis dès l'enfance le goût du travail bien fait et l'admiration pour les constructions en bois vernaculaires. Depuis la création de son agence à Schwarzach en 1983, son architecture allie une vision modernisée de la tradition régionale et la recherche d'une haute qualité artisanale à des coûts raisonnables. Selon lui, le bois rend discipliné : « Ce matériau demande beaucoup de rigueur et nécessite des connaissances spécifiques sur les détails de mise en œuvre. » L'architecture en bois contemporaine doit beaucoup à la collaboration entre Hermann Kaufmann, l'ingénieur Konrad Merz et l'industriel Anton Kaufmann. Deux projets expérimentaux qu'ils ont élaborés ensemble ont transformé l'image du matériau. Après l'incendie qui détruisit en 1992 une partie du site de production de l'entreprise Kaufmann Holz A.G. à Reuthe, ils ont réalisé en quelques mois deux vastes halles. Les grandes portées y sont franchies grâce à des systèmes constructifs originaux mettant en œuvre pour la première fois en Europe les dérivés du bois très performants du Canadien Trus Joist. En 1997, la résidence Ölzbündt à Dornbirn, innovante à la fois par son concept énergétique et sa structure préfabriquée poteaux-caissons, a permis une avancée sensible dans la réalisation d'un habitat industrialisé qui ne sacrifie ni le confort ni l'esthétique. Cet immeuble collectif de treize logements était le premier conçu pour répondre aux exigences du label Passivhaus, c'est-à-dire à des besoins en chauffage inférieurs à 15 kilowattheures par mètre carré et par an (environ la valeur de la future réglementation thermique française de 2012). Depuis ces projets pilotes, Hermann Kaufmann défend une industrialisation à petite échelle : « La préfabrication n'a pas lieu aujourd'hui dans de grandes usines mais dans les ateliers de petites et moyennes entreprises. Cela présente l'avantage d'un haut niveau d'individualité, facteur important pour atteindre une grande qualité architecturale. » Hermann Kaufmann milite aussi pour que le bois utilisé en parement soit laissé brut, à l'extérieur comme à l'intérieur : « Le bois est un matériau qui se défend contre les finitions de surface, qui refuse tout simplement une protection. Le bois veut respirer, il veut sentir l'air, il veut vieillir. »

Enseignant et praticien, Hermann Kaufmann soigne également la communication : un livre intitulé Wood Works, publié en 2008, présente ses réalisations et son credo sur l'architecture en bois. Le sous-titre allemand de cet ouvrage, ÖkorationaleBaukunst (« Art de bâtir éco-rationnel »), témoigne d'une approche qui dépasse[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi