DÉCHRISTIANISATION

Déconfessionnalisation

Lucien Febvre a décrit dans son Rabelais les rites et les rythmes d'un État chrétien. Or la question de l'État chrétien a fait couler beaucoup d'encre (Marx, Engels, etc.). À cette question de l'État chrétien est venue s'ajouter ultérieurement celle des organisations chrétiennes : partis, syndicats, coopératives, œuvres sociales et culturelles. La déchristianisation, en ces domaines, signifie l'abandon de l'appartenance confessionnelle, le poids du substantif l'emportant désormais sur celui de l'épithète. L'État pour être État, le syndicat pour être syndicat, les œuvres pour être des œuvres doivent cesser d'être encloses dans la limite d'une religion. Des batailles homériques ont été ainsi livrées autour du qualificatif « chrétien » qui confessionnalisait et l'action et l'audience, et par là même imposait des limites soit à l'action soit à l'audience. De la même façon s'était accomplie l'émancipation des diverses sciences par rapport aux théologies.

Les christianismes, dans leur effort pour surmonter les difficultés engendrées par l'écart entre la religion et la vie, avaient fondé, sur le terrain même de l'action, ce que le sociologue néerlandais Kruyt nomme leurs piliers (pillars) et avaient fomenté pour autant leur « pillarisation » : parti, syndicat, coopérative, jeunesse, assistance sociale, enseignement, tous moyens en vue de faire passer, selon le slogan célèbre, « toute la religion dans toute la vie ». Mais, à partir d'un certain moment, pour de telles organisations, la logique interne qui les pousse à être elles-mêmes dans toute leur intensité et dans toute leur extension se trouve plus forte que la logique externe qui les poussait à se réclamer du ou d'un christianisme, et cela pour plusieurs motifs : en raison de leur audience qui tend à ne plus se limiter à une clientèle dénominationnelle ; en raison de leur objectif spécifique qui définit de plus en plus par lui-même et pour lui-même sa propre valeur, sa propre technique, sa propre déonto[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  DÉCHRISTIANISATION  » est également traité dans :

CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain

  • Écrit par 
  • Paul THIBAUD
  •  • 3 343 mots
  •  • 1 média

paysans qui remplissent villes et banlieues, quelques peaux mortes tardant à se détacher. Cela ne méritait pas considération, car la sécularisation des sociétés modernes marginalisait nécessairement ces derniers signes d'adhérence – plus que d'adhésion – à l'Église des ancêtres. Les nostalgies finiraient bien par mourir ; la seule manière d'être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-le-catholicisme-contemporain/#i_23600

CHRISTIANISATION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUTRY
  •  • 1 387 mots

Dans le chapitre « Déchristianisation, sécularisation, exculturation »  : […] Ces interrogations parcourent également le champ de la déchristianisation. Le mot est plus récent et polémique : le verbe déchristianiser est attesté en français à la fin du xviiie siècle, mais ne fait son apparition dans le débat public que dans les années 1850, et le terme déchristianisation (1876) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christianisation/#i_23600

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 925 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les révolutions scientifiques »  : […] De ce point de vue, la diffusion du darwinisme en France sembla renforcer le mouvement plus général de déchristianisation de la société, entrepris depuis le xviiie siècle au moins. L'Église catholique en eut une claire conscience, qui condamna non seulement la théorie de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_23600

MISSION DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 410 mots

Institution interdiocésaine créée, le 24 juillet 1941, par les cardinaux et archevêques de France. Dans la décennie qui avait précédé, l'épiscopat français avait en effet pris conscience de ce qu'on a appelé la déchristianisation : l'abandon de la pratique religieuse par un grand nombre de catholiques, spécialement dans certaines régions rurales et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mission-de-france/#i_23600

RAISON CULTE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 428 mots

Depuis 1790, un culte civique s'était peu à peu esquissé au fil des grandes fêtes, telle la fête de la Fédération le 14 juillet 1790. Le culte de la Raison est un des caprices de ce culte civique que les révolutionnaires ont tenté d'établir d'une manière désordonnée jusqu'à la création du culte de l'Être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culte-de-la-raison/#i_23600

RELIGION - La sécularisation

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT
  •  • 3 409 mots
  •  • 1 média

pour désigner diverses modalités du recul religieux, des termes de laïcisation, de déchristianisation, de paganisation et de locutions comme extension de l'incroyance ou de l'irréligion. Ces termes, en particulier celui de déchristianisation dont abusa la sociologie religieuse (G. Le Bras, 1963) apparurent souvent trop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-la-secularisation/#i_23600

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La course au pouvoir (1796-1798) »  : […] du Directoire est donc confortée in extremis par la répression qu'il dirige contre tous ses adversaires (royalistes, émigrés, prêtres). La lutte contre l'Église reprend, y compris contre l'Église constitutionnelle. Même le culte révolutionnaire de la théophilanthropie, lancé au début de 1797 par le directeur La Révellière-Lépeaux, se heurte à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_23600

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « La « guerre entre science et théologie » »  : […] La Révolution française et la vague de déchristianisation spontanée ou forcée qu'elle occasionna furent suivies dans toute l'Europe d'un renouveau religieux qui prit des formes particulières selon les pays et affecta plus ou moins la pensée scientifique. En Allemagne, ce fut la « Philosophie de la Nature », plus idéaliste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_23600

SUHARD EMMANUEL, cardinal (1874-1949)

  • Écrit par 
  • Jean-François SIX
  •  • 635 mots

Archevêque de Paris de 1940 à 1949, fondateur de la Mission de France. Né en Mayenne, Emmanuel Suhard fait ses études au petit, puis au grand séminaire de son diocèse (Laval) mais les termine à Rome, où il est ordonné prêtre (1897). Il est nommé au grand séminaire de Laval, où il sera professeur de philosophie, puis de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-suhard/#i_23600

Pour citer l’article

Henri DESROCHE, « DÉCHRISTIANISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dechristianisation/