DÉCAPOLE ALSACIENNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connue sous le nom alsacien de gemeine Richstette, la Décapole est une ligue de dix villes alsaciennes fondée dès 1342 à Sélestat dans le double but d'assistance réciproque vis-à-vis de tiers et d'arbitrage interne. Placée sous le patronage du grand bailli d'Empire résidant à Haguenau, elle est reconnue, par fondation impériale de 1354, par Charles IV. Officiellement dissoute en 1378, rétablie en 1379, elle est formée, à l'origine, par les villes de Haguenau (6 000 hab. à la fin du xive s.), Wissembourg (3 500), Obernai (2 000), Rosheim (1 000), Schlesstadt, aujourd'hui Sélestat (4 000), Colmar (6 000), Turckheim, Kaysersberg, Munster (1 000) et Mulhouse (1 000). De 1358 à 1418 s'y ajoute pour un temps celle de Seltz. En 1515, Mulhouse préfère se joindre à la Confédération helvétique ; l'empereur Maximilien la remplace par Landau. L'originalité de la Décapole par rapport aux autres nombreuses ligues urbaines du Saint Empire romain germanique réside dans sa stabilité et dans sa durée exceptionnelles. Haguenau en apparaît comme le chef de file, en dépit d'une rivalité durable avec Colmar. Les réunions communes se tiennent le plus souvent à Sélestat. Le souci primordial de la Décapole est d'empêcher que l'empereur ne donne l'un de ses membres en gage pour des raisons financières. Grâce à une grande souplesse, la ligue (qui n'interdit pas à ses participants de contracter d'autres alliances) mène une politique prudente, se refusant à jouer tout rôle d'envergure, mais qui tend à maintenir la prospérité et la paix. La crise religieuse du xvie siècle secoue durement la Décapole. Wissembourg, Munster et pour un temps Haguenau deviennent protestantes. Finalement, la situation se stabilise de la manière suivante : trois villes protestantes (Wissembourg, Landau, Munster) ; deux villes « mixtes » (Haguenau, Colmar) ; cinq villes catholiques. Au cours du si [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  DÉCAPOLE ALSACIENNE  » est également traité dans :

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Libertés et urbanisme dans le cadre du Saint Empire romain germanique »  : […] Au xii e  siècle commence l'âge d'or des cités. Des campagnards abandonnent la glèbe pour l'artisanat et le négoce, déjà pleins de promesses lucratives, et c'est l'éclosion de villes nouvelles, l'agrandissement des anciennes. Après Strasbourg obligée d'élargir plusieurs fois son enceinte, Haguenau, sise aux portes d'un château impérial, reçoit un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alsace/#i_3578

COLMAR

  • Écrit par 
  • Raymond WOESSNER
  •  • 675 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu du Haut-Rhin, Colmar comptait, en 2012, 68 842 habitants, et l'aire urbaine 127 625 habitants. Une communauté d'agglomération de Colmar a été créée en 2003, elle compte quatorze communes en 2015, année où elle prend le nom de Colmar agglomération. Colmar se situe en plaine, à 200 mètres d'altitude, au pied d'un cône de déjection formé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colmar/#i_3578

MULHOUSE

  • Écrit par 
  • Raymond WOESSNER
  •  • 1 146 mots
  •  • 2 médias

Ville née de l'industrie textile – le « Manchester français » –, Mulhouse, dans le Haut-Rhin, constitue un cas particulier en Alsace, avec un brassage continu de populations et un patrimoine de brique, de fer et de béton. Ses manufactures ont été ruinées à partir des années 1950, mais l'arrivée de Peugeot, le travail frontalier et la montée en puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mulhouse/#i_3578

Pour citer l’article

Jean MEYER, « DÉCAPOLE ALSACIENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/decapole-alsacienne/