DÉCAPOLE ALSACIENNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connue sous le nom alsacien de gemeine Richstette, la Décapole est une ligue de dix villes alsaciennes fondée dès 1342 à Sélestat dans le double but d'assistance réciproque vis-à-vis de tiers et d'arbitrage interne. Placée sous le patronage du grand bailli d'Empire résidant à Haguenau, elle est reconnue, par fondation impériale de 1354, par Charles IV. Officiellement dissoute en 1378, rétablie en 1379, elle est formée, à l'origine, par les villes de Haguenau (6 000 hab. à la fin du xive s.), Wissembourg (3 500), Obernai (2 000), Rosheim (1 000), Schlesstadt, aujourd'hui Sélestat (4 000), Colmar (6 000), Turckheim, Kaysersberg, Munster (1 000) et Mulhouse (1 000). De 1358 à 1418 s'y ajoute pour un temps celle de Seltz. En 1515, Mulhouse préfère se joindre à la Confédération helvétique ; l'empereur Maximilien la remplace par Landau. L'originalité de la Décapole par rapport aux autres nombreuses ligues urbaines du Saint Empire romain germanique réside dans sa stabilité et dans sa durée exceptionnelles. Haguenau en apparaît comme le chef de file, en dépit d'une rivalité durable avec Colmar. Les réunions communes se tiennent le plus souvent à Sélestat. Le souci primordial de la Décapole est d'empêcher que l'empereur ne donne l'un de ses membres en gage pour des raisons financières. Grâce à une grande souplesse, la ligue (qui n'interdit pas à ses participants de contracter d'autres alliances) mène une politique prudente, se refusant à jouer tout rôle d'envergure, mais qui tend à maintenir la prospérité et la paix. La crise religieuse du xvie siècle secoue durement la Décapole. Wissembourg, Munster et pour un temps Haguenau deviennent protestantes. Finalement, la situation se stabilise de la manière suivante : trois villes protestantes (Wissembourg, Landau, Munster) ; deux villes « mixtes » (Haguenau, Colmar) ; cinq villes catholiques. Au cours du siècle de la Réforme, la Décapole s'occupe beaucoup de questions économiques, en liaison avec Strasbourg (navigation du Rhin, etc.). La guerre de Trente Ans, qui se déroule en partie sur le sol alsacien, et le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  DÉCAPOLE ALSACIENNE  » est également traité dans :

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Libertés et urbanisme dans le cadre du Saint Empire romain germanique »  : […] Une large autonomie politique caractérise ce développement urbain. Strasbourg, qui se libère en 1262 de la tutelle de son évêque, se voit reconnaître le titre rare de « ville libre » ; dix autres villes impériales dont Wissembourg, Haguenau, Colmar et Mulhouse, s'unissent en 1354, dans une ligue, la Décapole, qui se maintiendra durant trois siècles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alsace/#i_3578

COLMAR

  • Écrit par 
  • Raymond WOESSNER
  •  • 675 mots
  •  • 1 média

institutions religieuses de Payerne (Suisse), de Constance (Allemagne) et de Munster, la ville devient cité impériale en 1226, puis la capitale de la Décapole, alliance des villes impériales d'Alsace, en 1354. Elle est réputée pour sa foire aux vins à partir de 1305. La Réforme y est introduite en 1575. Occupée par les Suédois durant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colmar/#i_3578

MULHOUSE

  • Écrit par 
  • Raymond WOESSNER
  •  • 1 147 mots
  •  • 2 médias

(1033) et l'empereur Frédéric II Hohenstaufen y autorise un Conseil en 1233. Ville libre impériale en 1273, Mulhouse entre dans la Décapole en 1354. Entourée de campagnes aux mains des Habsbourg, Mulhouse signe un pacte d'alliance avec Bâle (1506). Les relations avec les cantons helvétiques favorisent l'introduction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mulhouse/#i_3578

Pour citer l’article

Jean MEYER, « DÉCAPOLE ALSACIENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/decapole-alsacienne/