HAMMETT DASHIELL (1894-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Père du thriller et maître du genre, Dashiell Hammett fut mille fois copié, jamais égalé (sauf peut-être par Raymond Chandler). Il a très peu publié : en tout cinq romans et quelques nouvelles. Cette production est également très limitée dans le temps : les grands chefs-d'œuvre, La Moisson rouge (Red Harvest, 1929), Le Faucon maltais (The Maltese Falcon, 1930) et La Clé de verre (The Glass Key, 1931) s'inscrivent dans une période très brève. Suivent trente ans de silence.

L'univers de Hammett révèle un pessimisme presque absolu. L'écrivain porte sur la société américaine un regard sans illusion et sans espoir. Omnipotence des rackets, corruption de la police, règne de l'argent, tous ces thèmes sont devenus des clichés du thriller, mais peu d'écrivains les ont à ce point poussés au noir. Dans un monde perçu comme irrémédiablement pourri, la survie passe par la morale individuelle. Qu'ils soient gangsters ou détectives, les personnages principaux adhèrent farouchement au même code : entêtement, courage et endurance constituent le triptyque qui permet le respect de soi-même, seule valeur tangible dans un milieu où les motivations d'ordre éthique n'existent pas. Aucun donquichottisme, aucun réformisme. Aucun psychologisme non plus. Au contraire, le refus de la psychologie. L'écriture est résolument et totalement béhavioriste ; jamais la moindre allusion aux pensées ou aux sentiments d'un personnage. D'où une ambiguïté constante, que l'on trouve par exemple dans La Clé de verre, sans doute le roman le plus représentatif de Hammett, le plus glacé et le plus trouble.

Béhaviorisme systématique, art du tempo, sens du raccourci, écriture rapide et brutale, dialogues percutants, pleins de verve et parfois d'humour ; l'art de Dashiell Hammett est très proche d'un autre genre, qui s'est immédiatement emparé de lui, et qu'il a influencé : le cinéma.

—  Jean-Paul ROSPARS

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'Institut Charles-V, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  HAMMETT DASHIELL (1894-1961)  » est également traité dans :

CHANDLER RAYMOND (1888-1959)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ROSPARS
  •  • 548 mots
  •  • 1 média

Avec Dashiell Hammett, Raymond Chandler est l'un des grands maîtres du thriller . Hammett et Chandler ont en commun le sens de l'action et un art du dialogue où éclatent les plus belles qualités de la langue américaine : la brièveté, le « punch » et un humour qui repose en grande partie sur des images fortes et colorées. Là s'arrête la ressemblance. Alors que les personnages principaux de Hammett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-chandler/#i_4669

HELLMAN LILIAN (1905-1984)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 458 mots

En 1981, Elizabeth Taylor choisit pour sa rentrée théâtrale à Broadway la pièce The Little Foxes (1939), de la dramaturge Lilian Hellman. Adaptée à l'écran sous le titre La Vipère par William Wyler en 1941 et jouée par Bette Davis, cette pièce devait être par la suite traduite et interprétée à Paris par Simone Signoret. Par sa complexité et sa force, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lilian-hellman/#i_4669

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 322 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le film noir »  : […] Si le serial du cinéma muet s'inspirait de Gaston Leroux ou de Maurice Leblanc, c'est à une autre source que puise le film policier américain entre 1940 et 1955 : Dashiell Hammett, James Cain, Raymond Chandler, William Irish, ou Hemingway. Parmi les scénaristes qui travaillent à Hollywood : Steinbeck, Faulkner et Mac Coy. Sous leur impulsion, le genre prend un nouveau visa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/film-policier/#i_4669

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Ni bons ni méchants »  : […] Le roman policier semblait figé dans un manichéisme fort simple entre bons policiers et méchants bandits lorsque Dashiell Hammett (1894-1961) puis, quelques années, plus tard Raymond Chandler (1894-1960) font éclater le genre en créant ce qu'on baptisera plus tard le roman noir ou encore hard- boiled . Après La Moisson rouge (1929) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_4669

THRILLER

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ROSPARS
  •  • 679 mots

L'étymologie du terme (en anglais « qui donne des frissons ») est responsable de son extension et, partant, de la constitution d'une espèce de catégorie aux contours très imprécis : est souvent baptisé thriller tout roman, pièce ou film qui, pour toucher lecteurs ou spectateurs, s'attache avant tout à déclencher en eux des émotions ou sensations fortes aussi nombreuses et intenses que possible. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thriller/#i_4669

Pour citer l’article

Jean-Paul ROSPARS, « HAMMETT DASHIELL - (1894-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dashiell-hammett/