CHANDLER RAYMOND (1888-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Dashiell Hammett, Raymond Chandler est l'un des grands maîtres du thriller. Hammett et Chandler ont en commun le sens de l'action et un art du dialogue où éclatent les plus belles qualités de la langue américaine : la brièveté, le « punch » et un humour qui repose en grande partie sur des images fortes et colorées. Là s'arrête la ressemblance. Alors que les personnages principaux de Hammett se caractérisent par une ambiguïté fondamentale dont les racines sont sociales (nul n'échappe à la contamination de son milieu), Chandler bâtit ses romans autour d'un héros, le détective privé Philip Marlowe, qui, en dépit des aspects sordides, cruels et déprimants du monde dans lequel le plongent ses enquêtes, conserve les vertus cardinales dont l'a doté son créateur.

Raymond Chandler

Raymond Chandler

Photographie

Créateur du personnage de Philip Marlowe, Raymond Chandler a vu plusieurs de ses romans noirs adaptés au cinéma : Le Grand Sommeil, Adieu ma jolie, La Dame du lac

Crédits : George Platt Lynes/ Condé Nast/ Getty Images

Afficher

Héros complexe, au demeurant : ni superman du muscle ni prince de la cellule grise. Il lui arrive de tomber sur plus fort que lui, et il n'est pas rare qu'il se trompe, tout au moins momentanément. Rien du play-boy, mais des années et des kilos en trop ; du charme, pourtant, résultat d'un savant cocktail : il est solide sans sacrifier au culte aveugle de la puissance physique, intelligent sans être intellectuel, cultivé sans être érudit, bon sans faiblesse, humain sous les dehors cyniques et désabusés du « privé » qui en a vu d'autres ; à l'écran, une merveilleuse rencontre avec Humphrey Bogart. Homme d'expérience et lucide donc, mais un peu redresseur de torts, Marlowe a un autre signe distinctif : il a horreur des riches, non parce qu'ils sont riches, mais parce qu'ils ont généralement perdu toute authenticité. Il ne faut pas chercher chez Marlowe une dimension politique, son univers est essentiellement moral. Dans cet univers, la femme doit apparaître surtout comme l'Ève pécheresse ; les hommes tuent, mais le crime central des romans est toujours l'œuvre d'une femme : ainsi dans Le Grand Sommeil (The Big Sleep, 1939), Adieu ma jolie (Farewell my Lovely, 1940), La Grande Fenêtre (The High Window, 1942), La Dame du lac (The Lady in the Lake, 1943), Fais pas ta [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'Institut Charles-V, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  CHANDLER RAYMOND (1888-1959)  » est également traité dans :

LE GRAND SOMMEIL, Raymond Chandler - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 601 mots
  •  • 1 média

Pour composer son roman, Le Grand Sommeil, Raymond Chandler (1888-1959) emprunta des thèmes et des personnages à ses nouvelles, « The Curtain » et « Killer in the Rain ».L'intrigue est assez simple : le général Sternwood fait appel au détective Philip Marlowe pour démasquer un maître chan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-grand-sommeil/#i_44579

MONTGOMERY ROBERT (1904-1981)

  • Écrit par 
  • Gilbert SALACHAS
  •  • 480 mots

Robert Montgomery a connu sa plus grande période de gloire dans les années 1930 et 1940, elles-mêmes les plus fastes de l'histoire et de la légende hollywoodienne. C'était un beau jeune homme au visage lisse et poupin, aux yeux clairs. On aimait à lui faire jouer les séducteurs désinvoltes, les soupirants indolents, les « dandys », les faux snobs et vrais aristocrates, les patriciens modestes à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-montgomery/#i_44579

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Ni bons ni méchants »  : […] Le roman policier semblait figé dans un manichéisme fort simple entre bons policiers et méchants bandits lorsque Dashiell Hammett (1894-1961) puis, quelques années, plus tard Raymond Chandler (1894-1960) font éclater le genre en créant ce qu'on baptisera plus tard le roman noir ou encore hard- boiled . Après La Moisson rouge (1929) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_44579

THRILLER

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ROSPARS
  •  • 679 mots

L'étymologie du terme (en anglais « qui donne des frissons ») est responsable de son extension et, partant, de la constitution d'une espèce de catégorie aux contours très imprécis : est souvent baptisé thriller tout roman, pièce ou film qui, pour toucher lecteurs ou spectateurs, s'attache avant tout à déclencher en eux des émotions ou sensations fortes aussi nombreuses et intenses que possible. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thriller/#i_44579

WILDER BILLY (1906-2002)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 2 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Vienne à Hollywood »  : […] Né en 1906 dans une petite ville de Galicie – ce qui fera dire à son maître et ami Ernst Lubitsch qu'il n'était pas un Juif de Vienne mais de Cracovie –, Samuel « Billie » Wilder, sujet de François-Joseph, est éduqué dans la capitale des Habsbourg. Quand il croisera bien plus tard son autre maître, Eric von Stroheim (auquel il confiera le rôle du maréchal Rommel dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/billy-wilder/#i_44579

Pour citer l’article

Jean-Paul ROSPARS, « CHANDLER RAYMOND - (1888-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-chandler/