LEROUX GASTON (1868-1927)

Gaston Leroux est un des deux ou trois écrivains français qui ont fondé le roman populaire du xxe siècle. À la suite d'Émile Gaboriau, et parallèlement à Maurice Leblanc, son exact contemporain, il a introduit, dans un genre où les péripéties romanesques restaient dominantes, l'énigme criminelle et le dénouement raisonné, dont le développement allait très vite déboucher sur le roman policier.

Né à Paris le 6 mai 1868, de parents normands, Gaston Leroux passe son enfance dans le pays de Caux et fait ses études au collège d'Eu. Il revient à Paris pour y étudier le droit, et s'inscrit effectivement au barreau où il plaide, pendant quelques mois, en correctionnelle. Mais il s'y ennuie beaucoup. En 1891, il quitte le barreau pour le marbre et devient chroniqueur judiciaire à L'Écho de Paris et au Matin : il y donnera, notamment, les comptes rendus d'audience de l'affaire Dreyfus.

En 1895, le voici grand reporter. Il réussit quelques interviews retentissantes, comme celle de Nordenskjöld de retour du pôle Sud, et celle du prince d'Orléans. De 1904 à 1906, il se trouve en Russie, où il réalise de remarquables reportages sur la guerre russo-japonaise et l'insurrection nihiliste.

Dès 1901, il a commencé à écrire des romans. Deux d'entre eux ont reçu un accueil favorable : La Double Vie de Théophraste Longuet (1903) et Le Roi Mystère (1908). À son retour de Russie, il abandonne le reportage pour se consacrer au roman-feuilleton. En 1907, dans L'Illustration, paraît Le Mystère de la chambre jaune, qui connaît un succès foudroyant. L'année suivante, il se fixe sur la Côte d'Azur, où il écrit deux ou trois ouvrages par an. Il meurt à Nice, le 15 avril 1927, d'une crise d'urémie.

L'œuvre complète de Gaston Leroux compte quarante-six volumes, dont trois recueils de reportages, six pièces de théâtre et trente-cinq romans. Ceux-ci sont caractérisés par la richesse de l'invention, la rigueur du développement, la vivacité de l'écriture, le sens de la poésie et de l'humour. Ils appartiennent à des genres assez différents. On peut les répartir en quatre catégories principales.

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEROUX GASTON (1868-1927)  » est également traité dans :

LE FANTÔME DE L'OPÉRA, Gaston Leroux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 274 mots

Au même titre que Frankenstein (1817) de Mary Shelley ou Dracula (1897) de Bram Stoker, Le Fantôme de l'opéra de Gaston Leroux (1868-1927) fait partie de ces œuvres qui, parce qu'elles fondent des mythes, se sont rapidement enracinées dans l'imaginaire collectif et ont suscité de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-fantome-de-l-opera/#i_30332

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 619 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le criminel »  : […] soulagement. Pas pour longtemps... Car, outre Sazie qui narre les exploits criminels de Zigomar jusqu'en 1924, Arthur Bernède (1871-1937) imagine Belphégor, le fantôme du Louvre, et Gaston Leroux crée Chéri-Bibi, le féroce bagnard marqué par le destin (« Fatalitas ! », dit-il en toute occasion), descendant indirect du Rocambole de Ponson du Terrail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_30332

ROMAN POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 046 mots

Dans le chapitre « Le roman populaire est-il réactionnaire ? »  : […] On observe aussi, à côté d'un fort patriotisme, des tendances antidémocratiques et antiparlementaires, notamment dans Le Coup d'État de Chéri-Bibi où Gaston Leroux exalte l'autorité militaire face à la déliquescence et à la corruption des assemblées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-populaire/#i_30332

Pour citer l’article

Jacques BENS, « LEROUX GASTON - (1868-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-leroux/