DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exil

Une autre sorte de préparation, non moins passionnée et plus déchirante, à la grande œuvre allait lui venir d'où il ne l'attendait sans doute guère en 1293, l'année où des ordonnances de justice, promulguées à Florence, retiraient aux nobles le droit de participer aux affaires publiques. Ce droit ne fut restitué, deux ans plus tard, qu'à ceux qui renieraient pratiquement leur rang en s'inscrivant dans une corporation professionnelle. C'est ce que fit Dante, admis dans l'« art » des médecins et apothicaires, qui était aussi celui de la librairie, avec la mention de « poète »... De la fin de 1295 à l'automne de 1301, on suit sa trace dans des procès-verbaux de commissions et de magistratures communales. Cependant, la lutte fait rage entre Blancs et Noirs. Dante est en 1300 du nombre des six prieurs, chargés de l'autorité exécutive, qui tentent vainement d'apaiser le conflit en proscrivant les chefs des deux partis. Comme le pape Boniface VIII intrigue avec acharnement en faveur des Noirs, trois émissaires lui sont dépêchés en 1301 par les Blancs au pouvoir. Dante est l'un d'eux. Il n'a pas regagné Florence que les Noirs, qui viennent de s'en rendre maîtres, le bannissent, le 27 janvier 1302, du chef de prévarication ; six semaines plus tard, la condamnation est répétée et aggravée par une sentence qui le voue au bûcher s'il vient à être pris sur le territoire de la commune. Le sentiment d'avoir été indignement joué par Boniface VIII, qui l'avait retenu à Rome après avoir renvoyé les deux autres émissaires, ne l'abandonnera plus jusqu'à sa mort, survenue à Ravenne le 13 septembre 1321 : d'où la véhémence qu'il ne cessera de manifester dans la Comédie contre le pape lui-même et la curie pontificale tout entière.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Dante Alighieri, Juste de Gand

Dante Alighieri, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Dante Alighieri et les mondes de la Comédie, D. di Michelino

Dante Alighieri et les mondes de la Comédie, D. di Michelino
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  DANTE ALIGHIERI (1265-1321)  » est également traité dans :

LA COMÉDIE, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Charles VEGLIANTE
  •  • 1 709 mots
  •  • 1 média

La Comédie, ainsi nommée pour la distinguer des grands poèmes tragiques de l'Antiquité, dont le modèle était alors l'Énéide, est bien le chef-d'œuvre que Dante Alighieri (1265-1321) annonçait dans la dernière phrase de son œuvre de jeunesse, la Vita nova […] Lire la suite

VITA NOVA, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 984 mots
  •  • 1 média

Les datations proposées par la critique situent la rédaction de la Vita nova, premier récit autobiographique en langue vulgaire de la littérature occidentale, entre 1290 (mort de Béatrice Portinari) et 1295. Le livre se présente comme une anthologie de trente et une poésies reliées et motivées par un récit en prose, et assorties de brèves […] Lire la suite

ABŪ L-‘ALĀ' AL-MA‘ARRĪ (979-1058)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 753 mots

Dans le chapitre « Les sursauts d'un musulman »  : […] Ces détresses sont éternelles. Plus près de nous, un Vigny, pour ne parler que de lui, en connaîtra de semblables. Défions-nous pourtant de ce genre de parallèle. Abū l-‘Alā' appartient à un siècle et à une religion bien déterminés, même s'il en prend parfois à son aise avec leurs idées reçues. Et d'abord, contrairement à une croyance trop répandue, l'islām n'est pas une religion de fatalisme dése […] Lire la suite

ARNAUD ou ARNAUT DANIEL (actif de 1180 à 1200)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 603 mots

Ezra Pound nous met en garde : « Aucune étude de la poésie européenne ne saurait prétendre au sérieux si elle ne commence tout d'abord par une étude de cet art en Provence », écrit-il. Arnaud Daniel fut certainement, parmi les troubadours, l'un des plus habiles artisans de l'ancien provençal. Dante lui-même en fait un vif éloge dans le « Purgatoire », où il le surnomme « le meilleur forgeron de sa […] Lire la suite

BONAGIUNTA DE LUCQUES BONAGIUNTA ORBICCIANI dit (1215 env.-env. 1296)

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 278 mots

Le nom du poète lucquois Bonagiunta Orbicciani figure dans des actes officiels datés de 1242, de 1250 (il y est désigné comme « juge et notaire ») et de 1296. Il est déjà mort en 1300, date fictive que Dante assigne à son voyage d'outre-tombe ( La Divine Comédie ) au cours duquel il rencontre Bonagiunta au purgatoire parmi les gourmands. On le classe parmi les guittoniens, groupe de poètes qui, av […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Civilisation et culture littéraire : le vulgaire « illustre » »  : […] « Le culte des belles-lettres, écrivait Grégoire de Tours dans sa Préface à son Historia Francorum , est en décadence et même il se meurt dans les villes de Gaule. Aussi, tandis que de bonnes et mauvaises actions s'accomplissaient, que la barbarie des peuples se déchaînait, que les violences des rois redoublaient, que les églises étaient attaquées par les hérétiques et protégées par les catholique […] Lire la suite

DOLCE STIL NOVO

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 432 mots

Dans le chapitre « Le « doux style nouveau » »  : […] L'expression dolce stil novo , « doux style nouveau », provient d'un passage de La Divine Comédie (« Purgatoire », xxiv, 49-63) où Dante imagine sa rencontre avec un poète de la génération qui précède la sienne, Bonagiunta de Lucques. Sollicité de dire s'il est bien celui qui donna naissance à la poésie nouvelle par la chanson de la Vita nova dont le vers initial est « Dames qui avez l'intelligen […] Lire la suite

GALEHAUT

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 295 mots

Au cœur du Lancelot en prose apparaît un personnage dont les aventures s'entrelacent à celles des héros principaux, Lancelot et Guenièvre. Roi des Lointaines Îles, Galehaut envahit le royaume de Logres, que Lancelot défend pour le compte du roi Arthur. Émerveillé par les exploits de son adversaire, Galehaut rend hommage vassalique à Arthur et s'éprend pour Lancelot d'une amitié qui lui fera devin […] Lire la suite

GIOTTO

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 3 174 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Giotto et son public »  : […] Vasari raconte comment le pape Benoît XI, qui séjournait à Trévise (1303-1304), envoya un émissaire à Padoue, parce qu'il avait appris que Giotto s'y trouvait et qu'il désirait s'informer de cet homme qu'on disait si expert. L'anecdote n'ajoute pas grand-chose à la légende, si ce n'est qu'elle réintroduit l'un des principaux soutiens de la carrière giottesque, la papauté. Car c'est à la suite de […] Lire la suite

GUIRAUT DE BORNELH (1140 env.-1199)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 574 mots

Poète de langue d'oc dont l'activité littéraire s'étend de 1165 à 1199, Guiraut de Bornelh est salué par ses contemporains comme le « maître des troubadours ». « Il fut meilleur trouveur qu'aucun de ceux qui ont été avant lui et qui furent après lui », dit la Vida (œuvre célèbre concernant l'aventure des troubadours). Dante s'enthousiasme pour son œuvre et le qualifie de « poète de la rectitude » […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « DANTE ALIGHIERI (1265-1321) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dante-alighieri/