BONAGIUNTA DE LUCQUES BONAGIUNTA ORBICCIANI dit (1215 env.-env. 1296)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom du poète lucquois Bonagiunta Orbicciani figure dans des actes officiels datés de 1242, de 1250 (il y est désigné comme « juge et notaire ») et de 1296. Il est déjà mort en 1300, date fictive que Dante assigne à son voyage d'outre-tombe (La Divine Comédie) au cours duquel il rencontre Bonagiunta au purgatoire parmi les gourmands. On le classe parmi les guittoniens, groupe de poètes qui, avec Guittone d'Arezzo, ont transposé dans la langue toscane la thématique et les modes stylistiques des Siciliens, eux-mêmes imitateurs de la poésie provençale. L'étude des œuvres de Bonagiunta, menée par Gianfranco Contini en particulier, le montre plus proche de l'école sicilienne que de Guittone. Dans un sonnet adressé à Guido Guinizelli (entre 1230 et 1276), initiateur d'un nouveau style poétique, Bonagiunta lui reproche son excès de subtilité et son obscurité philosophique.

Dante le cite, dans le De vulgari eloquentia, parmi les poètes qui n'ont pas su dépasser le cadre linguistique de leur cité et élaborer un langage poétique élevé. Aussi Dante lui confie-t-il le soin de tirer les conclusions de l'évolution de la poésie italienne : au cours du dialogue imaginaire qui a lieu au chant XIV du Purgatoire, Bonagiunta reconnaît la supériorité de la nouvelle école toscane. Jacopo da Lentini, Guittone et lui-même sont restés, dit-il, en deçà du dolce stil novo qui reçoit ici ses titres de noblesse. Cette analyse est complétée, au chant XVI, par le colloque entre Dante, Guinizelli et le troubadour Arnaut Daniel.

—  Claudette PERRUS

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  BONAGIUNTA DE LUCQUES BONAGIUNTA ORBICCIANI dit (1215 env.-env. 1296)  » est également traité dans :

DOLCE STIL NOVO

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 432 mots

Dans le chapitre « Le « doux style nouveau » »  : […] L'expression dolce stil novo , « doux style nouveau », provient d'un passage de La Divine Comédie (« Purgatoire », xxiv, 49-63) où Dante imagine sa rencontre avec un poète de la génération qui précède la sienne, Bonagiunta de Lucques. Sollicité de dire s'il est bien celui qui donna naissance à la poésie nouvelle par la chanson de la Vita nova dont le vers initial est « Dames qui avez l'intelligen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claudette PERRUS, « BONAGIUNTA DE LUCQUES BONAGIUNTA ORBICCIANI dit (1215 env.-env. 1296) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonagiunta-de-lucques/