TRIPOLITAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des conditions naturelles relativement favorables font de la Tripolitaine, province occidentale de la Libye, la région la plus peuplée de ce pays. Une plaine côtière (grande et petite Djeffara à l'ouest, Dafnia à l'est) avec des sols assez fertiles reçoit environ 250 millimètres de précipitations annuelles : des oasis (saniya) la jalonnent (Zouara, Tripoli, Homs, Zliten et Misourata). La plaine est dominée au sud par un grand escarpement arqué qui prend un aspect montagneux à l'ouest, dans le djebel Nefousa (650 m), et à l'est, dans le djebel Gharian (750 m), où se sont retranchées de vieilles populations agricoles d'origine berbère. Au sud, en direction du Fezzan, s'étend le désert de Tripolitaine (hamada al-Hamra) avec l'oasis de Ghadamès à la frontière tunisienne.

À la différence de la Cyrénaïque qui fait déjà partie du Moyen-Orient, la Tripolitaine se rattache davantage au Maghreb. Tandis que la Cyrénaïque fut grecque et surtout agricole, la Tripolitaine fut carthaginoise et surtout commerçante ; en effet, vers ~ 600, les Carthaginois transformèrent en colonies une série de comptoirs phéniciens, notamment Uiat, Lpay et Sabrata dont la présence donna son nom au pays : Tripolitaine, du grec « les trois villes ». Un peu bridée par Carthage, la Tripolitaine s'épanouit à l'époque romaine, notamment Lpay, devenue Leptis Magna, ville natale de Septime Sévère qui l'embellit.

Des fortifications (limes tripolitanus) la protégèrent des nomades garamantes puis asturiens venus du désert intérieur, mais n'arrêtèrent pas l'invasion des Vandales qui épargna la Cyrénaïque. La Tripolitaine, conquise en 643 par les Arabes, échappa aux invasions hillaliennes (1047) qui ravagèrent la Cyrénaïque. Aussi la population fut-elle moins arabisée (elle conserve des reliques berbères dans le djebel Nefousa, où persiste l'hérésie ibādite, et dans l'oas [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  TRIPOLITAINE  » est également traité dans :

AFRIQUE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Noureddine HARRAZI, 
  • Claude NICOLET
  •  • 9 556 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le système du « limes » »  : […] Désormais, jusqu'à l'époque des Sévères et de Dioclétien, les progrès de Rome, quoique lents, seront constants. Les problèmes sont ceux de la pénétration des massifs montagneux (Aurès, Nementcha, Atlas tellien), de la construction de voies de communication stratégiques, enfin (à partir d'Hadrien sans doute), de l'établissement d'un système immense et complexe de fortifications et en même temps de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-romaine/#i_19124

IDRĪS Ier, MUḤAMMAD IDRĪS AL-MAHDĪ AL-SANŪSĪ (1890-1983) roi de Libye (1951-1969)

  • Écrit par 
  • Taoufik MONASTIRI
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Roi de Libye (1950-1969). Mohamed Idris as- Sanoussi est né le 13 mars 1890 à El-Jaghboub dans le nord-est du désert libyen, non loin de la frontière égyptienne. Oasis perdue entre sebkhats et dunes, El-Jaghboub était le siège de la « Zaouiya mère » de la confrérie sanoussiya. Idris est le fils aîné de Mohamed el-Mahdi as-Sanoussi et le petit-fils du prestigieux fondateur de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-idris-al-mahdi-al-sanusi-idris-ier/#i_19124

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « Administration, peuplement, économie de l'Empire »  : […] Formé en près de soixante ans dans une suite de fièvre d'action et de brusques renoncements tantôt ayant réuni un large consensus, tantôt s'étant heurté à un courant anticolonialiste majoritaire, l'Empire italien, le dernier à être constitué par une puissance européenne et à contre-courant d'une partie de l'opinion publique internationale, est formé d'éléments hétérogènes. Tenant assez peu, dans s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_19124

LEPCIS ou LEPTIS MAGNA, Libye

  • Écrit par 
  • Roger HANOUNE
  •  • 1 008 mots
  •  • 4 médias

Lepcis ( Leptis ), dite Magna « grande » (Lebda, Libye), pour la distinguer de Lepti Minus (Lemta, Tunisie), est un site archéologique majeur de la côte libyenne, mais aussi de toute la Méditerranée ; elle est la plus orientale des villes qui, avec Sabratha et Oea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lepcis-leptis-magna/#i_19124

LIBYE

  • Écrit par 
  • Nora LAFI, 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 11 695 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Trois régions organisées selon deux axes historiques »  : […] La division classique de la Libye en trois entités géographiques, la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan, doit autant aux effets de la distance, des nuances climatiques et de l'altitude qu'à leur histoire, surtout celle des échanges sahariens. Au fur et à mesure que l'on s'éloigne du littoral, le climat méditerranéen sec se dégrade vers l'aride, voire l'hyperaride dans l'intérieur. De ce fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libye/#i_19124

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 698 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Sahara oriental, occidental et méridional »  : […] Certaines découvertes ont joué un rôle important dans les discussions concernant les œuvres rupestres du Sahara central en général. Ainsi, en 1864, l'explorateur et géographe Henri Duveyrier signalait l'existence, au col d'Anaï, de gravures de chars tirés par des bœufs, sur « la piste que suivaient les Garamantes vers l'Aïr », et donnait ainsi naissance au mythe de la «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-prehistorique/#i_19124

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « TRIPOLITAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tripolitaine/