CYRÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Colonie grecque de Libye, sur le rebord septentrional du plateau de Barkè, à 600 mètres d'altitude. Cette région, où il tombe chaque année environ 650 millimètres de pluie, forme comme une île en bordure du désert, à 900 kilomètres à l'ouest de l'Égypte, et à seulement 300 kilomètres au sud de la Crète. L'habitat néolithique (indigènes Tehenou et Temehou) y est dense, et le pays n'est pas inconnu des Crétois (peintures de Théra).

Cyrène

Cyrène

photographie

Un portique du forum dit Cesareum de Cyrène, Libye. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Hérodote (Histoires, IV, cl) rapporte que Battos partit comme œciste, sur ordre de l'oracle de Delphes, avec quelques compagnons chassés de Théra par la famine, en deux pentécontores. Le pêcheur Corobios les guida. La cité est fondée en ~ 631. La nymphe Kyrènè lui aurait donné son nom. Les rois, descendants de Battos le Fondateur (~ 631-~ 599), sont Arcésilas Ier (~ 599-~ 583), Battos II l'Heureux (~ 583-~ 565), puis Arcésilas II le Dur (~ 565-~ 555), dont l'autorité provoque la révolte des grands propriétaires issus des premiers colons. Les difficultés d'intégration de nouveaux arrivants et l'opposition indigène s'y ajoutent. Battos III (~ 555-~ 535) met fin à ces troubles, aidé par l'arbitre Démonax de Mantinée. Après les règnes d'Arcésilas III (~ 535-~ 515) et de Battos IV (~ 515-~ 475), la cité grecque connaît son akmé sous Arcésilas IV, dont un magnifique buste de bronze nous transmet les traits. On compte alors sept mille hoplites qui tirent leur richesse de vastes domaines céréaliers et de l'élevage des bœufs. Le monopole de la vente du silphion (ombellifère Asa foetida), panacée des médecins grecs, alimente le trésor royal. La vie artistique est intense et originale (nécropoles creusées dans le roc, temples d'Apollon et de Zeus). Les lettres (dialecte dorien) sont honorées, comme en témoigne Pindare. L'hellénisme y apparaît très pur, sans aucun lien avec la culture indigène. Mais Arcésilas IV se conduit en tyran. Il est assassiné en ~ 440, et la démocratie est établie. Les sources sont plus lacunaires sur cette période. Cyrène, hellénistique, tombe dans la dépendance lointaine des Ptolémées (vice-royauté de Magas), avant de devenir une brillante colonie romaine, où naît en 370 l'évêque, philosophe et homme politique Synésios de Cyrène.

—  Jacques DUMONT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CYRÈNE  » est également traité dans :

CHAMOUX FRANÇOIS (1915-2007)

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  •  • 985 mots

François Chamoux a marqué par son œuvre le domaine de l'histoire de la Grèce classique et hellénistique. Né le 4 avril 1915 à Mirecourt (Vosges), François Chamoux était d'ascendance rhodanienne par son père et lorraine du côté maternel. Son parcours universitaire fut rapide et brillant. Lycéen à Chartres puis à Metz, il fut khâgneux au lycée Henri-IV à Paris, cacique à la rue d'Ulm (promotion de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-chamoux/#i_3535

CYRÉNAÏQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 704 mots

L'une des provinces traditionnelles de la Libye jusqu'en 1963, date à laquelle cette dernière fut divisée en gouvernorats, la Cyrénaïque est située dans l'est du pays entre le golfe de la Grande Syrte à l'ouest, celui de Bomba à l'est et la frontière égyptienne. Ce promontoire en forme de croissant, qui s'étend sur 250 kilomètres d'est en ouest et sur 50 kilomètres approximativement du nord au sud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrenaique/#i_3535

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La colonisation grecque

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 2 793 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sources anciennes et hypothèses modernes »  : […] Les récits de fondation, souvent tardifs, font état de raisons diverses qui incitèrent un groupe d'hommes à émigrer pour fonder une cité nouvelle : ainsi, à la suite d'une sécheresse, les gens de Thêra firent partir un certain nombre d'entre eux, qui s'établirent sur la côte africaine et y bâtirent Cyrène ; des luttes intestines contraignirent les Parthéniens à quitter Sparte et à créer Tarente ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-histoire-la-colonisation-grecque/#i_3535

PTOLÉMÉE Ier SÔTER (env. 365-282 av. J.-C.) roi d'Égypte (305-282 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joseph MÉLÈZE-MODRZEJEWSKI
  •  • 604 mots

Général d'Alexandre le Grand, satrape (~ 323-~ 305) puis roi d'Égypte (~ 305-~ 282), Ptolémée I er Sôter, fils de Lagos, est le fondateur de la dynastie macédonienne des Ptolémées, ou Lagides, qui gouverne l'Égypte jusqu'à la conquête romaine (août ~ 30). L'un des sept somatophylaques (« gardes de corps ») d'Alexandre le Grand, il devient un de ses diadoques après la mort d'Alexandre (~ 323) ; il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ptolemee-ier-soter/#i_3535

Pour citer l’article

Jacques DUMONT, « CYRÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrene/