BENGHAZI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Benghazi est la capitale de la province libyenne de Cyrénaïque et la deuxième ville de Libye après Tripoli. L'agglomération compte environ 1 million d'habitants en 2010.

Située dans le golfe de Syrte, Benghazi est fondée en 525 av. J.-C., sous le nom d'Euhespéride. Elle connaît dans l'Antiquité, notamment à l'époque des Ptolémées (323 av. J.-C.-30 av. J.-C.), sous le nom de Bérénice, une certaine prospérité.

Au Moyen Âge, cependant, elle ne constitue pas un comptoir de premier plan. Il faut attendre le xve siècle pour qu'elle retrouve un nouvel essor, en lien avec un afflux de population, sans doute en provenance de Tripolitaine. C'est le tombeau du saint musulman Sidi ben Ghazi qui est à l'origine de son nom actuel.

Sous domination de l'Empire ottoman, Benghazi voit l'arrivée, à partir de 1578, de nouveaux habitants originaires de diverses provinces ottomanes, dont la Crète. Elle accueille aussi de nombreux juifs venant du Maghreb et d'Espagne, ainsi qu'une population importante de Maltais. Le tissu urbain de Benghazi connaît, au cours de la seconde moitié du xixe siècle et au début du xxe siècle, une phase de modernisation dans le cadre des réformes ottomanes appelées Tanzimat.

À la suite de l'occupation coloniale italienne en 1911, la ville est l'objet d'un nouveau programme d'extension urbaine marqué, à partir de 1922, par l'architecture fasciste. Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville est lourdement bombardée.

Après l'indépendance de la Libye en 1951, Benghazi bénéficie, surtout à partir des années 1960, de la croissance exponentielle des revenus pétroliers, les principaux gisements se trouvant en territoire cyrénéen. La ville, alors en forte extension, se dote d'infrastructures modernes.

Sous le régime du colonel Kādhāfi, une nouvelle phase de croissance s'engage, avec la construction de logements populaires socialistes, puis, à partir des années 1990, de nouveaux quartiers d'affaires et résidentiels. Le patrimoine urbain fait l'objet d'importants programmes de rénovation. Lors du soulèvement en 2011 contre le régime du colonel Kādhāfi, la ville de Benghazi devient le cœur de la rébellion et le siège du Conseil national de transition, avant de céder de nouveau cette prérogative à la capitale Tripoli.

—  Nora LAFI

Écrit par :

  • : docteur en histoire, habilitée à diriger des recherches, chercheur D.F.G. au Zentrum Moderner Orient, Berlin

Classification


Autres références

«  BENGHAZI  » est également traité dans :

CYRÉNAÏQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 704 mots

L'une des provinces traditionnelles de la Libye jusqu'en 1963, date à laquelle cette dernière fut divisée en gouvernorats, la Cyrénaïque est située dans l'est du pays entre le golfe de la Grande Syrte à l'ouest, celui de Bomba à l'est et la frontière égyptienne. Ce promontoire en forme de croissant, qui s'étend sur 250 kilomètres d'est en ouest et sur 50 kilomètres approximativement du nord au sud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrenaique/#i_49294

LIBYE

  • Écrit par 
  • Nora LAFI, 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 11 695 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Chute du régime »  : […] Mais dans le sillage de la révolution tunisienne de janvier 2011, et alors que l'Égypte entre également dans une période de profonds bouleversements, la Libye connaît une série de manifestations qui débouchent, en février, sur une véritable insurrection. La ville de Benghazi en est l'épicentre. Face à la violence de la répression, l'équilibre négocié au cours des années 2000 par le colonel Kadhaf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libye/#i_49294

Pour citer l’article

Nora LAFI, « BENGHAZI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benghazi/