CYBERCRIMINALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une criminalité à part ?

Toutefois, ces tentatives visant à mieux cerner la cybercriminalité n'épuisent pas l'ambiguïté de cette catégorie, puisqu'elles aboutissent plus à répertorier les diverses facettes d'un phénomène qu'à révéler en quoi celui-ci serait spécifique. L'originalité de la cybercriminalité au regard des formes plus conventionnelles de la criminalité demeure en effet l'objet de débat. S'il est vrai que l'utilisation des nouvelles technologies contribue à modifier les pratiques criminelles, il demeure douteux qu'elle altère la nature et la qualité du crime. Ainsi, la diffusion de contenus illicites sur Internet s'inscrit dans la continuité du rapport entre l'avènement de nouveaux moyens de communication et leur possible détournement à des fins illégales. Le développement et la démocratisation de la presse, des télécommunications, de l'industrie cinématographique puis de la télévision ont soulevé par le passé la même question récurrente de leur régulation par les pouvoirs publics. Par exemple, la circulation de copies illégales de films ou de logiciels via Internet pose, au regard de la législation sur la protection des droits d'auteurs, un défi comparable à l'invention du magnétoscope dans les années 1980 ou, bien avant, à la diffusion des disques sur les antennes radio.

À l'inverse, divers arguments militent en faveur de la spécificité de la cybercriminalité et mettent en avant la distinction entre le monde réel et physique, où sévit la criminalité traditionnelle, et le monde virtuel et immatériel (le cyberespace), où règnent les pirates informatiques. Participant de la construction sociale du cyberespace comme espace autonome, c'est-à-dire comme nouvelle dimension supposée fonctionner selon des règles propres, différentes de celles existant dans le monde réel, ces arguments relèvent de quatre ordres : du juridique, du politique et social, du technique et de la sécurité nationale.

Ainsi, les réseaux informatiques et numériques constitueraient une zone de non-droit, échapp [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Écrit par :

  • : doctorant en science politique à l'université de Paris-II, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  CYBERCRIMINALITÉ  » est également traité dans :

PSYCHOLOGIE ET JUSTICE

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 4 415 mots

Dans le chapitre « Les expertises psychologiques présentencielles »  : […] Indéniablement, les expertises judiciaires influencent le jugement des jurés, en particulier lorsqu’elles sont présentées au début du procès et lorsqu’elles informent directement sur les faits. L’expertise psychologique présentencielle est un examen qui vise à soutenir la construction de la décision judiciaire en apportant un éclairage sur la psychologie du suspect et de la victime. Dans le premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-et-justice/#i_39404

VIRUS INFORMATIQUE

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 4 357 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Étape 4 : changement d'échelle »  : […] À la fin des années 1990 et au début des années 2000, quelques logiciels malveillants sont devenus célèbres du fait de leur large diffusion. On peut citer : le virus CIH (initiales de Chen Ing-Hau, son inventeur), connu également sous le nom de Tchernobyl car il se déclenche le 26 de chaque mois, en référence à la date de la catastrophe de cette centra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus-informatique/#i_39404

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier PALLUAULT, « CYBERCRIMINALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cybercriminalite/