CROISADES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les croisades non destinées à la Terre sainte

La définition de la croisade étant assez imprécise, on assimila peu à peu aux croisades véritables d'autres expéditions regardées elles aussi comme des « guerres justes », menées pour la défense de la Chrétienté ou de l'Église romaine. Urbain II avait dû dissuader les Espagnols de participer à la croisade en 1096, du fait qu'ils devaient se défendre contre les musulmans sur leur propre territoire ; dès 1120, Calixte II accordait à ceux qui combattraient pour défendre les chrétiens d'Espagne la même indulgence qu'à ceux qui iraient défendre les chrétiens de Jérusalem. En 1147, les privilèges de croisade furent étendus de même à ceux qui combattraient en Espagne et à ceux qui iraient défendre la frontière allemande contre les Slaves païens. Mais Innocent III précisa au début du xiiie siècle que ceux qui défendraient les jeunes chrétientés des pays baltes contre les retours offensifs des païens de cette contrée ne recevraient que les indulgences acquises par les pèlerins de Rome ou de Compostelle et non celles des pèlerins du Saint-Sépulcre. L'invasion des Mongols en Pologne et en Hongrie décida Innocent IV à organiser contre ces envahisseurs une croisade (1241), qui fut à nouveau proclamée par son successeur Alexandre IV.

Toutes ces expéditions partageaient avec les croisades d'Orient le même caractère : c'étaient des guerres menées contre des non-chrétiens, non pour les soumettre au christianisme (la croisade se distingue, en effet, fondamentalement de la «  guerre sainte » visant à la conversion forcée des infidèles, notion qui n'était pas étrangère à l'Occident carolingien, cependant que les canonistes refusaient de l'admettre), mais pour défendre la « patrie des chrétiens » et les chrétiens en danger. Mais d'autres furent dirigées contre des hérétiques ou des schismatiques. Telle la croisade contre les albigeois, qu'Innocent III se décida [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Croisades, XIe-XIIe siècle

Croisades, XIe-XIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Saladin

Saladin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Croisades, XIIIe siècle

Croisades, XIIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Siège de Buda

Siège de Buda
Crédits : Hulton Getty

photographie


Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification

Autres références

«  CROISADES  » est également traité dans :

ACRE ou AKKA, anc. SAINT-JEAN-D'ACRE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 336 mots

Ville et port de Palestine, qui apparaît dans l'Ancien Testament sous le nom de ‘Acco et au temps des Ptolémées d'Égypte sous celui de Ptolemaïs, époque où elle connut une certaine prospérité. Conquise par les Arabes en 636, elle fut reconstruite peu après et son port réaménagé à la fin du ix e siècle. Mais c'est durant les croisades qu'elle atteignit son apogée : prise par les croisés en 1104, e […] Lire la suite

ADHÉMAR DE MONTEIL (mort en 1098)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 130 mots

Clerc d'origine noble, évêque du Puy (1087), pèlerin de Terre sainte, Adhémar de Monteil joua un rôle essentiel dans la préparation de la première croisade, grâce à la connaissance qu'il avait de la situation en Orient. Le pape Urbain II le nomma légat et lui confia la direction de l'entreprise, lui adjoignant comme chef militaire le comte de Toulouse, Raymond de Saint-Gilles, que d'autres initiat […] Lire la suite

ALBIGEOIS (CROISADE CONTRE LES)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 146 mots
  •  • 2 médias

Le terme « albigeois » a servi, dès le milieu du xii e  siècle, à désigner les hérétiques du Languedoc, bien que l'Albigeois ne paraisse pas, aux yeux des historiens modernes (qui ont continué à user de cette appellation devenue traditionnelle), avoir été le principal foyer de l' hérésie. Dès 1146, Geoffroy d'Auxerre signale que le populus civitatis albigensis est infesté par l'hérésie. Le concil […] Lire la suite

ALIÉNOR D'AQUITAINE (1122 env.-1204)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 504 mots

Fille de Guillaume X, duc d'Aquitaine. Duchesse à la mort de son père (1137), elle fut mariée dès son avènement au prince Louis, qui montait, deux semaines plus tard, sur le trône de France sous le nom de Louis VII. Le duché demeura cependant distinct du domaine royal. L'union était mal assortie, la légèreté et la sensualité d'Aliénor s'accordant mal avec la dévotion ascétique du roi. Les prétenti […] Lire la suite

ANTIOCHE PRINCIPAUTÉ D'

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 421 mots

L'une des principautés de l'Orient latin né de la Première Croisade, organisée par Bohémond I er de Tarente autour de la place d'Antioche, l'une des plus importantes villes musulmanes, prise par les Francs le 2 juin 1098, après un siège de près de huit mois. La principauté, et en particulier le port de Lattaquié, fut l'objet d'une âpre compétition entre Bohémond et les Byzantins. En l'absence de […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Occident médiéval »  : […] Tout au long du Moyen Âge, le sort réservé aux communautés juives variera selon les périodes et les contextes : protection relative et maintien dans une condition dépendante et humiliante, campagnes de conversion par la persuasion, persécutions violentes, conversions forcées et expulsions, diabolisation et ségrégation systématiques. L'évolution n'est pas uniforme dans l'ensemble du monde chrétien, […] Lire la suite

APPEL D'URBAIN II À LA PREMIÈRE CROISADE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 258 mots

Lors d'un voyage en France, le pape Urbain II (1088-1099) réunit à Clermont un concile pour lutter contre la simonie, dans la continuité des réformes dites « grégoriennes ». C'est au cours de ce concile qu'Urbain II lance l'idée d'une expédition militaire en Terre sainte pour « libérer » le tombeau du Christ à Jérusalem. Apparemment, une indulgence plénière était accordée à tous ceux qui partiraie […] Lire la suite

ASCALON ou ASHKELON

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 272 mots

Port de l'ancienne Palestine méridionale (actuellement Israël), sur la route d'Égypte, Ascalon était l'ancienne cité royale des Philistins. La situation stratégique de la forteresse d'Ascalon détermina l'acharnement que mirent à l'occuper les croisés et les Égyptiens. Les Francs ne purent s'en emparer qu'en 1153 et Saladin la leur reprit, après un siège très dur, dès 1187. Elle fut rendue aux Fran […] Lire la suite

AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 581 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Saladin (1137-1193) »  : […] Saladin I er fut bien le fondateur de la dynastie des Ayyūbides, car, peu après avoir pris le pouvoir en 1171, il mit au point la répartition des principautés et en désigna les premiers titulaires. Ce choix créa des frictions, et, pendant près d'un siècle, les principautés furent loin de vivre en bonne entente. Une difficulté est inhérente au point de départ et à la personnalité de Saladin : le m […] Lire la suite

BAUDOUIN Ier (1058-1118) roi de Jérusalem (1100-1118)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 265 mots

Fils du comte Eustache de Boulogne et frère de Godefroi IV de Boulogne dit Godefroi de Bouillon, Baudouin I er prit part à la première Croisade mais abandonna les autres croisés avant le siège d'Antioche pour aller à Édesse (actuellement Orfa), au-delà de l'Euphrate, où il s'assura, par ruse et par trahison, de la succession d'un prince arménien (mars 1098). À la mort de Godefroi de Bouillon, les […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean RICHARD, « CROISADES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/croisades/