CROISADES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'organisation des croisades

La prédication

La décision prise par le pape d'organiser une expédition se traduisait par la promulgation d'une bulle de croisade, faisant connaître à la Chrétienté dans son ensemble (ou parfois à certaines contrées seulement) les raisons qui rendaient l'expédition nécessaire, l'octroi des privilèges temporels et spirituels concédés aux croisés, et fixant souvent la date du départ. Les constitutions promulguées par le quatrième concile du Latran et le second concile de Lyon prennent même l'allure d'un véritable code de la croisade, entrant dans le plus infime détail.

Le pape désignait également ceux qui étaient chargés de la prédication : on connaît mal les conditions dans lesquelles cette désignation intervint lors des deux premières croisades, mais on sait que saint Bernard reçut une mission du pape Eugène III et chargea plusieurs cisterciens de prêcher la croisade en 1147 ; un prédicateur qui s'était attribué lui-même cette fonction et qui excitait les foules contre les juifs fut désavoué par lui. Par la suite, ce sont les légats chargés d'organiser la croisade dans une région donnée qui investissent les prédicateurs de leurs fonctions. Des recueils de sermons existent, qui permettent de connaître les thèmes auxquels recourait la prédication, tel le Tractatus de praedicatione sanctae Crucis d'Humbert de Romans. D'autre part les trouvères et les Minnesänger reprenaient les thèmes de la prédication en les adaptant aux auditoires qu'ils touchaient.

Le pape désignait aussi les légats qui accompagnaient l'armée ; ceux-ci ont parfois joué un rôle dans la direction des opérations (tel Adhémar de Monteil, en 1096-1098, et Pélage en 1218-1221). Mais leurs fonctions étaient essentiellement de caractère spirituel. La direction de la croisade était laissée à ceux des grands barons ou des chefs d'État qui avaient pris la croix. Peu à peu, toutefois, on s'orienta vers la désignation d'un chef de guerre : les historiens s'interrogent sur le rôle qui avait ét [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Médias de l’article

Croisades, XIe-XIIe siècle

Croisades, XIe-XIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Saladin

Saladin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Croisades, XIIIe siècle

Croisades, XIIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Siège de Buda

Siège de Buda
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification


Autres références

«  CROISADES  » est également traité dans :

ACRE ou AKKA, anc. SAINT-JEAN-D'ACRE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 336 mots

Ville et port de Palestine, qui apparaît dans l'Ancien Testament sous le nom de ‘Acco et au temps des Ptolémées d'Égypte sous celui de Ptolemaïs, époque où elle connut une certaine prospérité. Conquise par les Arabes en 636, elle fut reconstruite peu après et son port réaménagé à la fin du ix e siècle. Mais c'est durant les croisades qu'elle atteignit son apogée : prise par les croisés en 1104, e […] Lire la suite

ADHÉMAR DE MONTEIL (mort en 1098)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 130 mots

Clerc d'origine noble, évêque du Puy (1087), pèlerin de Terre sainte, Adhémar de Monteil joua un rôle essentiel dans la préparation de la première croisade, grâce à la connaissance qu'il avait de la situation en Orient. Le pape Urbain II le nomma légat et lui confia la direction de l'entreprise, lui adjoignant comme chef militaire le comte de Toulouse, Raymond de Saint-Gilles, que d'autres initiat […] Lire la suite

ALBIGEOIS (CROISADE CONTRE LES)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 146 mots
  •  • 2 médias

Le terme « albigeois » a servi, dès le milieu du xii e  siècle, à désigner les hérétiques du Languedoc, bien que l'Albigeois ne paraisse pas, aux yeux des historiens modernes (qui ont continué à user de cette appellation devenue traditionnelle), avoir été le principal foyer de l' hérésie. Dès 1146, Geoffroy d'Auxerre signale que le populus civitatis albigensis est infesté par l'hérésie. Le concil […] Lire la suite

ALIÉNOR D'AQUITAINE (1122 env.-1204)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 504 mots

Fille de Guillaume X, duc d'Aquitaine. Duchesse à la mort de son père (1137), elle fut mariée dès son avènement au prince Louis, qui montait, deux semaines plus tard, sur le trône de France sous le nom de Louis VII. Le duché demeura cependant distinct du domaine royal. L'union était mal assortie, la légèreté et la sensualité d'Aliénor s'accordant mal avec la dévotion ascétique du roi. Les prétenti […] Lire la suite

ANTIOCHE PRINCIPAUTÉ D'

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 421 mots

L'une des principautés de l'Orient latin né de la Première Croisade, organisée par Bohémond I er de Tarente autour de la place d'Antioche, l'une des plus importantes villes musulmanes, prise par les Francs le 2 juin 1098, après un siège de près de huit mois. La principauté, et en particulier le port de Lattaquié, fut l'objet d'une âpre compétition entre Bohémond et les Byzantins. En l'absence de […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Occident médiéval »  : […] Tout au long du Moyen Âge, le sort réservé aux communautés juives variera selon les périodes et les contextes : protection relative et maintien dans une condition dépendante et humiliante, campagnes de conversion par la persuasion, persécutions violentes, conversions forcées et expulsions, diabolisation et ségrégation systématiques. L'évolution n'est pas uniforme dans l'ensemble du monde chrétien, […] Lire la suite

APPEL D'URBAIN II À LA PREMIÈRE CROISADE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 258 mots

Lors d'un voyage en France, le pape Urbain II (1088-1099) réunit à Clermont un concile pour lutter contre la simonie, dans la continuité des réformes dites « grégoriennes ». C'est au cours de ce concile qu'Urbain II lance l'idée d'une expédition militaire en Terre sainte pour « libérer » le tombeau du Christ à Jérusalem. Apparemment, une indulgence plénière était accordée à tous ceux qui partiraie […] Lire la suite

ASCALON ou ASHKELON

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 272 mots

Port de l'ancienne Palestine méridionale (actuellement Israël), sur la route d'Égypte, Ascalon était l'ancienne cité royale des Philistins. La situation stratégique de la forteresse d'Ascalon détermina l'acharnement que mirent à l'occuper les croisés et les Égyptiens. Les Francs ne purent s'en emparer qu'en 1153 et Saladin la leur reprit, après un siège très dur, dès 1187. Elle fut rendue aux Fran […] Lire la suite

AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 581 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Saladin (1137-1193) »  : […] Saladin I er fut bien le fondateur de la dynastie des Ayyūbides, car, peu après avoir pris le pouvoir en 1171, il mit au point la répartition des principautés et en désigna les premiers titulaires. Ce choix créa des frictions, et, pendant près d'un siècle, les principautés furent loin de vivre en bonne entente. Une difficulté est inhérente au point de départ et à la personnalité de Saladin : le m […] Lire la suite

BAUDOUIN Ier (1058-1118) roi de Jérusalem (1100-1118)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 265 mots

Fils du comte Eustache de Boulogne et frère de Godefroi IV de Boulogne dit Godefroi de Bouillon, Baudouin I er prit part à la première Croisade mais abandonna les autres croisés avant le siège d'Antioche pour aller à Édesse (actuellement Orfa), au-delà de l'Euphrate, où il s'assura, par ruse et par trahison, de la succession d'un prince arménien (mars 1098). À la mort de Godefroi de Bouillon, les […] Lire la suite

BAUDOUIN III (1131-1163) roi de Jérusalem (1143-1163)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 225 mots

Fils du roi Foulques d'Anjou et de Mélisende (fille de Baudouin II), Baudouin III est le demi-frère de Geoffroi Plantagenêt, comte d'Anjou. Baudouin hérite, en 1143, du titre de roi de Jérusalem, mais il reste soumis jusqu'en 1152 au gouvernement de la reine Mélisende, laquelle commet l'erreur de rompre l'alliance damasquine ménagée par Foulques (1147) et réussit, malgré l'opposition des barons et […] Lire la suite

BAYÉZID ou BAJAZET Ier (1360 env.-1403) sultan ottoman (1389-1402)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 253 mots

Sultan ottoman né à Edirne vers 1360, mort en mars 1403 à Aksehir, dans l'Empire ottoman. Bayézid I er , surnommé Yildirim (« la Foudre »), fils de Murad I er , annexe de vastes territoires balkaniques pendant les premières années de son règne. Plus tard, la progression des forces vénitiennes en Grèce, en Albanie et à Byzance ainsi que l'expansion de l'influence hongroise en Valachie et dans la B […] Lire la suite

BERNARD DE CLAIRVAUX (1090-1153)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Marcel PACAUT
  •  • 2 649 mots

Dans le chapitre « Bernard et le monde : la croisade »  : […] L'abbé de Clairvaux s'intéressa aussi, parfois avec vigueur, aux problèmes politiques. Il fut chargé par Innocent II d'essayer de rapprocher l'empereur Lothaire III de son rival Frédéric de Hohenstaufen, révolté contre lui. Il émit des réserves sur le mariage de Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine qui, selon lui, violait la règle canonique d'empêchement en cas de parenté. Il joua avec conviction le […] Lire la suite

BOHÉMOND Ier (1057 env.-1111) prince d'Antioche (1098-1111)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 259 mots

Fils du fondateur de l'État normand de Sicile, Robert Guiscard, Bohémond I er participe avec son père à la lutte contre l'empereur Alexis Comnène et à l'éphémère conquête de la Macédoine (1081-1085). Intelligent et peu scrupuleux, il n'hésite pas à prendre part à la première Croisade, décidé à ruser avec Byzance et à réaliser ses ambitions orientales à la faveur de l'entreprise des chrétiens d'Oc […] Lire la suite

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 290 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Fin de l'Empire grec »  : […] Il ne fallut qu'un quart de siècle pour que, après trois règnes si brillants, l'Empire grec non seulement perdît toute sa puissance, mais fût rayé de la carte. L'étonnante aventure d'Andronic Comnène, qui aurait peut-être sauvé Byzance si elle avait réussi, fut pour elle le début du chaos. Ce cousin de Manuel, pourvu de tous les dons et de beaucoup de vices, avait toujours ambitionné la couronne. […] Lire la suite

CAPÉTIENS DIRECTS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 323 mots

987 Hugues Capet est sacré roi des Francs. Début de la dynastie capétienne. 1060 Avènement de Philippe I er , protecteur de Cluny, mais absent de la première croisade (1095-1099). 1108 Avènement de Louis VI le Gros. Suger, abbé de Saint-Denis, est l'historiographe du règne. Il dépeint un roi guerrier, serviteur du pape contre l'empereur. 1137 Avènement de Louis VII le Jeune, qui épouse Aliénor […] Lire la suite

CHEVALERIE ORDRES DE

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 447 mots

Les chevaliers des premiers âges médiévaux, élevés dans le combat et pour le combat, ne connaissaient guère de limites à leurs impulsions barbares. Les guerres féodales décimaient noblesse et paysannerie, entretenaient le désordre et l'anarchie, ravageaient les récoltes déjà insuffisantes pour nourrir la population, entraînaient le pillage et la ruine des établissements ecclésiastiques. L'Église r […] Lire la suite

CLÉMENT VI, PIERRE ROGER (1291-1352) pape (1342-1352)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 435 mots

Pierre Roger est né en 1291 au château de Maumont (Limousin) et mort le 6 décembre 1352 à Avignon. Moine bénédictin abbé de Fécamp et de La Chaise-Dieu, il devient archevêque de Sens en 1329, et de Rouen en 1330. Il est nommé cardinal par le pape Benoît XII, auquel il succède en Avignon : élu le 7 mai 1342, il est intronisé le 19 mai sous le nom de Clément VI. Son pontificat est marqué par trois […] Lire la suite

CONRAD III (1093-1152) empereur germanique (1138-1152)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 536 mots

Neveu par sa mère du dernier des Saliens, Conrad III était le frère de Frédéric de Hohenstaufen, candidat malheureux, quoique héritier en titre, de la précédente élection. Il fut élu, pour avoir été choisi par le légat du pape en Germanie, l'archevêque de Trèves. Les princes électeurs le préféraient, parce que moins puissant, à Henri le Superbe qui était duc de Bavière, duc de Saxe et possédait le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean RICHARD, « CROISADES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/croisades/