Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CRÉDIT

La politique du crédit

L'action conjoncturelle est l'objet essentiel de la politique monétaire. Pour accélérer ou ralentir l'activité de l'économie, l'État agit sur la liquidité de celle-ci en s'efforçant d'accroître ou de freiner la création de monnaie. Or la monnaie est créée par ses contreparties, c'est-à-dire par les entrées nettes de devises étrangères, le déficit des opérations du Trésor (pour sa part non financée par l'épargne) et les concours bancaires à l'économie, ces derniers étant de très loin les plus importants. Les divers instruments de la politique monétaire ont ainsi pour objet d'influer sur le crédit bancaire : réescompte, réserves obligatoires, action directe telle que l'encadrement du crédit, ou action indirecte, désormais prédominante, de la politique monétaire par les taux d'intérêt. En France, la responsabilité de la politique monétaire est partagée entre le gouvernement, qui, aux termes de la loi du 3 janvier 1973 sur la Banque de France, « arrête » cette politique, et la Banque elle-même, qui « contribue à sa préparation et participe à sa mise en œuvre ».

L'action sectorielle consiste à orienter sélectivement le crédit vers des emplois jugés prioritaires : tour à tour, ou simultanément, on a favorisé l'exportation, l'agriculture, le logement, la recherche, le développement de l'énergie ou son économie, les grandes entreprises, les petites, etc. La mise en place des interventions publiques est fréquemment associée à des crédits bancaires. C'est le cas notamment des avances remboursables selon certaines conditions, des prêts ouverts à des conditions plus favorables que celles du marché et des bonifications d'intérêt. En France, au début des années 1980, 44 p. 100 des concours à l'économie étaient octroyés chaque année selon des procédures réglementées, c'est-à-dire qu'ils échappaient au marché. À partir de 1986, un retournement a été amorcé, et le volume des crédits ainsi distribués a sensiblement diminué ; cependant le nombre des procédures d'aide dépasse encore deux cents au niveau national, et davantage à celui des collectivités territoriales.

L'action structurelle. Depuis la fin des années quatre-vingt, des normes ont été posées sur le plan mondial pour renforcer le système bancaire, devenu de plus en plus international, et pour améliorer les conditions de la concurrence. Les banques centrales des principaux pays industrialisés ont ainsi fixé à 8 p. 100 le rapport fonds propres sur actifs des établissements de crédit. Ce ratio, connu sous le nom de ratio Cooke, est de règle à l'intérieur de la C.E.E. Il garantit la solvabilité des banques en limitant le développement de leurs activités de crédit aux ressources propres qu'elles peuvent générer ; mais, le calcul des différents actifs bancaires faisant, en l'espèce, intervenir certaines pondérations selon les risques qu'ils présentent, la règle du ratio entraîne également des effets sectoriels.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : inspecteur général des Finances, délégué général de l'Association française des banques.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Crédits : ventilation par prêteurs - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crédits : ventilation par prêteurs

Crédits : structure par emprunteurs - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crédits : structure par emprunteurs

Autres références

  • AGENCES DE NOTATION

    • Écrit par Patrick JOLIVET
    • 3 415 mots
    ...somme de ses actifs pondérés par leur degré de risque) autorise, dans sa version standard, l'utilisation des notes des agences pour évaluer le risque de crédit. Les établissements de crédit et les entreprises d'investissement se voient offrir la possibilité, pour mesurer la qualité de crédit de leurs contreparties,...
  • AGIOS

    • Écrit par André BOYER
    • 371 mots

    En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent...

  • BANK RUNS, DEPOSIT INSURANCE, AND LIQUIDITY, D. Diamond et P. Dybvig - Fiche de lecture

    • Écrit par Jézabel COUPPEY
    • 1 132 mots

    Les théories de l'intermédiation bancaire et financière, qui se développent à la fin des années 1970, s'articulent autour de deux grandes justifications de la firme bancaire. D'un côté, les coûts associés à la résolution de problèmes d'asymétries d'information concernant la sélection et le contrôle...

  • BANQUE - Économie de la banque

    • Écrit par Emmanuelle GABILLON, Jean-Charles ROCHET
    • 7 908 mots
    • 3 médias
    ...fractionnaires grâce auquel les banques transforment des actifs liquides de court terme (les dépôts à vue, qui peuvent faire l'objet de retraits à tout moment) en des actifs illiquides de long terme (les crédits, qui sont difficilement cessibles et dont la maturité est assez longue en moyenne). Cette activité...
  • Afficher les 54 références

Voir aussi