CRÉDIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le risque et le prix du crédit

Ces aspects sont fondamentaux. Quelle que soit l'opération, le banquier doit apprécier le risque, tenter de se protéger contre l'insolvabilité du débiteur, fixer le prix à faire payer.

Risques et garanties

Des nombreux risques auxquels est exposée une banque, le plus grave et le plus traditionnel découle de l'activité de prêteur. Le banquier est toujours exposé à la défaillance de son débiteur. Analyser le risque, le prévenir si possible, détecter sa réalisation, se garantir sont des aspects permanents du métier de banquier, lequel prête l'argent d'autrui, opère avec des marges étroites et dispose de fonds propres très limités au regard de la masse des capitaux qu'il gère. L'analyse traditionnelle distingue différents types de risques : le risque général (crise mondiale, guerre...), le risque professionnel (crise affectant une branche d'activité : agriculture, énergie, immobilier) et le risque de l'entreprise. Elle doit être complétée par l'apparition plus récente du risque né de l'endettement excessif de certains pays, appelé risque-pays ou risque souverain.

Pour pallier l'éventuelle insolvabilité de son débiteur, le banquier essaie de se garantir par ce que l'on appelle des « sûretés ». Celles-ci ne sont pas essentielles à la décision du crédit ; plus importante est la confiance que le banquier accorde à son client. Elles n'en assurent pas moins une certaine protection en exerçant notamment sur le débiteur une action psychologique qui doit l'aider à respecter scrupuleusement ses engagements. On appelle ainsi « sûreté personnelle » tout engagement souscrit par un tiers, personne physique ou morale, de se substituer au débiteur, si celui-ci n'exécute pas ses obligations envers le créancier ; la principale sûreté personnelle est la caution. Une « sûreté réelle » est l'affectation d'un bien en garantie d'une dette ; on distingue les sûretés réelles immobilières (hypothèques) et les sûretés réelles mobilières (nantissements). Enfin, pour se garantir, le banquier a parfois recours aux techniques de l'assurance. La plus fréquente vise à garantir les clients des banques contre certains risques (décès, chômage...) ; si ces derniers se réalisent, l'assureur se substitue au débiteur. Il s'agit donc d'assurances à l'appui du crédit. Nées dans les années cinquante, ces « assurances de crédit » se sont beaucoup développées au profit des particuliers, surtout pour les crédits immobiliers.

Le prix du crédit

Le niveau moyen des taux d'intérêt s'explique sur le plan économique à partir de ses composantes : le coût des ressources des banques, matière première qu'elles transforment, la marge qu'elles ajoutent à ce coût pour financer leurs dépenses de fonctionnement, les impôts qu'elles paient et le bénéfice qu'elles réalisent. Les banques sont bien entendu soumises au droit commun : liberté des prix d'une part, répression des ententes illicites et des abus de position dominante par le Conseil de la concurrence d'autre part. En outre, la loi du 28 décembre 1966 sur l'usure a institué la notion de taux effectif global (T.E.G.), lequel est plafonné. Est considéré comme usuraire un taux d'intérêt qui dépasse d'un tiers les taux moyens pratiqués pour des opérations de même nature. Il existe onze catégories de taux, et la Banque de France publie chaque trimestre les taux moyens qu'elle constate. Une telle réglementation, que ne connaissent pas d'autres fournisseurs ou prestataires de services, montre que les pouvoirs publics ne pensaient pas devoir compter sur la seule concurrence pour que le prix du crédit atteigne l'optimum économique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Crédits : ventilation par prêteurs

Crédits : ventilation par prêteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Crédits : structure par emprunteurs

Crédits : structure par emprunteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : inspecteur général des Finances, délégué général de l'Association française des banques.

Classification

Autres références

«  CRÉDIT  » est également traité dans :

AGENCES DE NOTATION

  • Écrit par 
  • Patrick JOLIVET
  •  • 3 399 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Institutionnalisation des notations »  : […] Cette croissance du marché de la notation est aussi liée à certaines dispositions institutionnelles qui l'ont rendue possible. La première disposition est le statut de Nationally Recognized Statistical Rating Organization (N.R.S.R.O.), créé par la S.E.C. en 1975 afin de clarifier le marché de la notation. Ce statut, qui permet aux agences d'agir sur le marché américain et d'avoir une visibilité mo […] Lire la suite

AGIOS

  • Écrit par 
  • André BOYER
  •  • 370 mots

En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent les déductions correspondant à ce prêt. Les agios résultent de l'addition de l'intérêt et des commis […] Lire la suite

BANK RUNS, DEPOSIT INSURANCE, AND LIQUIDITY, D. Diamond et P. Dybvig - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY
  •  • 1 132 mots

Les théories de l'intermédiation bancaire et financière, qui se développent à la fin des années 1970, s'articulent autour de deux grandes justifications de la firme bancaire. D'un côté, les coûts associés à la résolution de problèmes d'asymétries d'information concernant la sélection et le contrôle des emprunteurs de fonds par les prêteurs : en s'interposant entre l'ensemble formé par les prêteur […] Lire la suite

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évolution de l'activité bancaire »  : […] Le développement des marchés financiers a entraîné une diminution importante de l'intermédiation traditionnelle (dépôts et crédits) au profit de nouvelles activités. Par exemple, le marché monétaire a donné naissance à des produits dont la liquidité se rapproche de celle des dépôts bancaires et dont la rémunération est supérieure (Sicav monétaires en France et Money Market Mutual Funds aux État […] Lire la suite

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

La crise déclenchée durant l'été de 2007 sur le marché des dérivés de crédit a eu pour cause première le retournement du marché des emprunts immobiliers aux États-Unis. Elle s'est transformée l'année suivante en une crise financière majeure, affectant tout particulièrement les banques. Elle a ensuite précipité une dépression économique qui a obligé les pouvoirs publics, en 2009 puis en 2010, à ve […] Lire la suite

BANQUE - Supervision prudentielle

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 6 046 mots

Dans le chapitre « De la déréglementation à la re-réglementation prudentielle »  : […] Les modalités de l'intervention publique dans la sphère bancaire et financière ont beaucoup évolué à la suite de la mutation financière (extension et intégration croissante des marchés de capitaux, déspécialisation des banques, etc.). L'objectif de l'intervention publique qui prévalait encore dans les années 1980, en France et dans de nombreux autres pays européens, était essentiellement de se su […] Lire la suite

BANQUES ISLAMIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 655 mots

Les banques islamiques n'ont cessé d'intriguer les financiers internationaux, car elles respectent à la lettre ce qu'interdit l'islam sous le terme générique de riba , à savoir la combinaison de trois éléments : l'engagement à terme, la condition aléatoire et la rémunération prédéterminée du capital, combinaison que le mot « intérêt » ne traduit qu'imparfaitement. Les banques et établissements isl […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Un siècle de métamorphoses »  : […] Telle que la décrit Aron, la société industrielle correspond à un moment précis de l'histoire du capitalisme. En fait, celui-ci a connu de nombreuses péripéties qui interdisent d'assimiler trop rapidement le capitalisme à un type de société donné. L'image renvoyée par les premiers sociologues doit ainsi être modifiée lorsque, à la fin du xix e  siècle, la diversification de la production et la mo […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les accords de Bretton Woods »  : […] La conférence qui a lieu dans cette petite station proche de Boston, en juillet 1944 , ne compte qu'un petit nombre de délégués (une quarantaine), y compris ceux de l'U.R.S.S. qui ne signeront pas le texte final. Elle aboutit néanmoins à un accord qui, des dizaines d’années plus tard, constitue encore la pierre angulaire de tout l'édifice. Plusieurs de ses dispositions sont devenues caduques, mais […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes »  : […] À partir de 1978, on assiste à une nouvelle impulsion pour réaliser l'union monétaire. Malgré l'échec du serpent, les efforts de création d'une zone de stabilité monétaire ne sont pas découragés. Aux yeux des autorités, l'expérience du début des années 1970 « montre que l'union économique est au moins aussi difficile à réaliser, sinon plus, que l'union monétaire et qu'il convient surtout de mener […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 février 2022 Suisse. Publication de l'enquête « Suisse Secrets » sur la banque Crédit Suisse.

Crédit Suisse invoque un héritage du « passé », arguant que les contrôles antiblanchiment ont depuis lors été « massivement renforcés ». À cette occasion, plusieurs élus suisses, principalement socialistes et Verts, dénoncent la disposition de la loi sur les banques de 2015, qui fait prendre aux journalistes exploitant des données bancaires provenant d’une fuite le risque d’être condamnés à une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison, et ce même si les informations révélées sont d’intérêt public. […] Lire la suite

17 janvier 2022 Suisse. Démission du président de la banque Crédit Suisse.

Le président de la banque Crédit Suisse António Horta-Osório annonce sa démission à la suite de la polémique provoquée par son non-respect de l’obligation de quarantaine après deux déplacements à l’étranger, en juillet et novembre 2021. António Horta-Osório avait remplacé Urs Rohner en juin 2021, avec pour mission de redresser l’image de la banque affectée par plusieurs scandales. […] Lire la suite

18-25 novembre 2021 Canada – États-Unis. Divergences sur les subventions commerciales et les droits de douane.

Le 18, lors de sa rencontre avec le président américain Joe Biden à Washington, à la faveur du premier sommet des dirigeants nord-américains réuni depuis juin 2016, le Premier ministre canadien Justin Trudeau évoque le projet de loi américain prévoyant un crédit d’impôts pour les seuls véhicules électriques fabriqués aux États-Unis. Il estime que celui-ci est contraire à l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) de juillet 2020. […] Lire la suite

24 novembre 2021 France. Jugement dans l'affaire Tapie et démission du PDG d'Orange Stéphane Richard.

La cour d’appel de Paris infirme le jugement de relaxe générale prononcé en juillet 2019 par le tribunal correctionnel de Paris dans l’affaire de la décision d’arbitrage contestée rendue en juillet 2008, qui avait accordé 405 millions d’euros de préjudice à l’homme d’affaires Bernard Tapie dans le contentieux qui l’opposait au Crédit lyonnais. La cour estime que cette décision était le fruit de « manœuvres frauduleuses » ayant donné lieu à un détournement de fonds publics. […] Lire la suite

19 octobre 2021 Suisse. Rapports de la Finma dans les affaires des « tuna bonds » et des filatures impliquant Crédit Suisse.

L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma), qui a engagé une procédure dans cette affaire, conclut que la gestion des risques par la banque « présentait de graves lacunes » et décide de soumettre à conditions l’ouverture par Crédit Suisse « de nouvelles affaires de crédit avec des pays financièrement faibles ». Le 19 également, la Finma publie son rapport dans l’affaire des filatures de plusieurs ex-employés de Crédit Suisse ordonnées par la direction, qui avait éclaté en septembre 2019. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Jacques BURGARD, « CRÉDIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/credit/