RATIO COOKE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Afin de réduire le risque de faillite des grandes banques internationales, les gouverneurs des banques centrales et les instances de supervision (autorités publiques de réglementation bancaire et financière) des pays les plus industrialisés, réunis au sein du Comité de Bâle, sous l'égide de la Banque des règlements internationaux, créent en 1988 un ratio de solvabilité, le ratio Cooke, du nom de celui qui présidait alors le comité, Peter Cooke. Afin de renforcer la solidité de leurs bilans et de les rendre plus attentives aux crédits qu'elles accordent, les banques devront désormais affecter 8 p. 100 de leurs fonds propres à leurs engagements, lesquels font l'objet d'une pondération représentative du risque de contrepartie qu'ils font encourir. Cette norme fera l'objet d'une directive de la Communauté européenne en 1989, qui soumet l'ensemble des banques des États membres au ratio de solvabilité européen (R.S.E.). En contribuant à l'augmentation des niveaux de capitalisation des banques au cours des années 1990, le ratio Cooke a participé au renforcement de la stabilité financière internationale. Il a cependant essuyé de nombreuses critiques, en raison notamment de ses pondérations (établies en fonction du risque de signature et ne reflétant guère l'appréciation du risque des praticiens) et d'une prise en compte insuffisante des risques opérationnels bancaires. En outre, il se révélera rapidement très insuffisant face au développement par les banques d'activités de marché (investissements en titres, prise d'engagements sur les marchés dérivés...). Au niveau européen, il s'ensuivra une directive « d'adéquation du capital » afin d'étendre le R.S.E. à la couverture des risques de marché. Sur le plan international, la réforme du ratio Cooke, engagée par le Comité de Bâle depuis le 1er janvier 2001, concerne avant tout l'évaluation du risque de contrepartie et les risques opérationnels. Le nouveau dispositif prudentiel, dit ratio McDonough, devra mieux cerner les risques grâce à un système qualitatif et renforcera le contrôle interne. Il s'articule autour de trois grands piliers : un minimum réglementaire de fonds propres, la surveillance par les autorités de tutelle et la discipline de marché. Son entrée en vigueur est prévue pour 2005.

—  Marie-France BAUD-BABIC

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RATIO COOKE  » est également traité dans :

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 881 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les ratios de solvabilité »  : […] est le ratio de solvabilité harmonisé au niveau international. Le comité de Bâle pour la réglementation bancaire, émanation du G 10 (groupement des 10 pays les plus industrialisés), a d'abord défini en 1988 les règles de calcul d'un capital minimal, destiné à couvrir le risque de crédit (c'est-à-dire le risque de défaillance de l'emprunteur). La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banque-economie-de-la-banque/#i_30793

BANQUE - Supervision prudentielle

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 6 046 mots

Dans le chapitre « De la déréglementation à la re-réglementation prudentielle »  : […] et pratique, dès lors qu'ils sont suffisamment proportionnés aux engagements risqués. Le ratio Cooke – recommandé en 1988 par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, qui réunit les régulateurs bancaires des principaux pays industrialisés, et adopté peu après par l'ensemble de ces pays – a précisément visé à renforcer la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banque-supervision-prudentielle/#i_30793

BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX (B.R.I.)

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Olivier MARTY
  •  • 946 mots

Dans le chapitre « Un rôle éminent dans la réglementation prudentielle »  : […] pour but de renforcer la sécurité du secteur bancaire. Les ratios de fonds propres (« ratio Cooke » des accords de Bâle I en 1988, et « ratio McDonough », proposé en 2006 pour réformer le précédent) soumettent les établissements bancaires à une exigence de solvabilité pondérée par leurs risques afin de prévenir le plus en amont possible le risque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banque-des-reglements-internationaux/#i_30793

CRÉDIT

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BURGARD
  •  • 5 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La politique du crédit »  : […] L'action structurelle. Depuis la fin des années quatre-vingt, des normes ont été posées sur le plan mondial pour renforcer le système bancaire, devenu de plus en plus international, et pour améliorer les conditions de la concurrence. Les banques centrales des principaux pays industrialisés ont ainsi fixé à 8 p. 100 le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/credit/#i_30793

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « La prévention des crises financières »  : […] établissements bancaires à se protéger contre les risques : la mesure la plus connue est le« » ratio de solvabilité international, défini par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, qui a amené les banques internationales à disposer, à partir de 1992, d'un montant de fonds propres au moins égal à 8 p. 100 de leurs risques, mesurés comme une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-financieres-instabilite-financiere/#i_30793

CRISES FINANCIÈRES - Régulation financière internationale

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 4 704 mots

Dans le chapitre « La supervision prudentielle des banques »  : […] émet des recommandations sont souvent reprises dans les réglementations nationales. En 1988, le premier accord de Bâle sur les fonds propres est conclu : c’est le fameux ratio Cooke, qui incite les banques à respecter un ratio minimal de 8 p. 100 entre leurs fonds propres et les crédits distribués, pondérés par leurs risques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-financieres-regulation-financiere-internationale/#i_30793

Pour citer l’article

Marie-France BAUD-BABIC, « RATIO COOKE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ratio-cooke/