CRÉDIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les formes du crédit

Elles sont nombreuses, bien qu'en réduction. La Banque de France tient à jour leur description schématique dans un ouvrage qui s'intitule Les Principales Procédures de financement des besoins des entreprises et des ménages. Pour s'en tenir aux seuls financements par le crédit, l'édition d'avril 1990 énumérait vingt-six types pour les besoins d'exploitation, quarante-six pour l'investissement, la création et la transmission d'entreprises, vingt-deux pour les crédits aux particuliers.

Crédits : structure par emprunteurs

Tableau : Crédits : structure par emprunteurs

Structure des crédits par emprunteurs : données 1990, en pourcentage (source : Association française des banques). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les crédits aux entreprises

Observons d'emblée qu'à l'intérieur des besoins d'exploitation le financement du cycle de commercialisation et celui du cycle de production ne relèvent pas toujours de techniques distinctes. Dans la vie courante de l'entreprise, ces différentes étapes se superposent fréquemment.

Il est de pratique commerciale courante qu'un fournisseur accorde à son client un délai de règlement. La formule de quatre-vingt-dix jours fin de mois est habituelle en France et des délais plus longs existent. La mobilisation des créances commerciales détenues par les fournisseurs sur leurs clients revêt donc une grande importance. L'escompte commercial est la technique la plus traditionnelle. C'est l'opération par laquelle le banquier met à la disposition d'un client le montant d'une remise d'effets sans attendre l'échéance de ceux-ci. L'escompte emporte le transfert de propriété d'un effet de commerce ; le banquier ne prête pas : il achète une créance, ordinairement à terme, et en paie le prix. C'est dans la mesure où il anticipe le règlement de la créance qu'il accorde un crédit. Cette technique de crédit reste très répandue en France, malgré une diminution de son importance relative, ainsi que dans d'autres pays méditerranéens, telles l'Italie et l'Espagne. Elle est pratiquement ignorée dans les pays anglo-saxons.

Parallèlement, les entreprises peuvent recourir à des crédits de trésorerie. Les uns sont généraux, ce sont les crédits par caisse ; même s'ils correspondent à des besoins clairement individualisés, ils peuvent être utilisés de la manière la plus souple pour régler toutes les dépenses de l'entreprise. Les autres sont spécialisés, et suivent en général des procédures particulières qui reposent sur des garanties spécifiques, d'où leur appellation de crédits garantis. Les crédits par caisse comprennent l'avance en compte courant, ou avance en compte, également appelée découvert, et le découvert mobilisable. On les nomme aussi crédits en blanc. Leur utilisation est très générale. Juridiquement, l'avance en compte ne se distingue pas d'un prêt. Dans le langage courant, ces deux opérations sont cependant nettement distinguées, en fonction des besoins des clients et des techniques employées pour les satisfaire. L'avance en compte est la forme de crédit par caisse la plus utilisée en France, où elle s'exécute par la faculté offerte au client d'avoir un compte débiteur. C'est donc une possibilité de découvert. Dans les pays anglo-saxons, au contraire, l'avance en compte est un véritable prêt, immédiatement versé en totalité au client, lequel doit normalement, compte tenu de ce crédit, conserver un solde toujours créditeur.

On appelle crédits par signature une grande diversité de concours que le banquier accorde à ses clients sans mettre de fonds à leur disposition, mais en prenant, par une signature, des engagements à leur place et en leur nom. Ils représentent des montants importants, qui, au surplus, croissent rapidement. Dans la plupart des cas, ces engagements ont pour objet de soulager la trésorerie des entreprises. Ils permettent, en effet, aux firmes qui y recourent soit d'éviter certains décaissements, soit d'étaler des paiements dans le temps, soit de percevoir certaines sommes plus rapidement. C'est pourquoi ils ont ici leur place, bien qu'ils n'entraînent pas pour le banquier l'octroi d'un véritable crédit ; ils se substituent en effet à des crédits d'exploitation dont auraient eu besoin, autrement, les clients.

Au-delà des besoins courants d'exploitation, l'entreprise peut recourir au crédit pour financer dans la durée son développement. Les financements bancaires à moyen et à long terme ont été un des instruments essentiels du développement économique continu des années 1945 à 1973. Les banques de dépôts, traditionnellement spécialisées dans [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Crédits : ventilation par prêteurs

Crédits : ventilation par prêteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Crédits : structure par emprunteurs

Crédits : structure par emprunteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : inspecteur général des Finances, délégué général de l'Association française des banques.

Classification

Autres références

«  CRÉDIT  » est également traité dans :

AGENCES DE NOTATION

  • Écrit par 
  • Patrick JOLIVET
  •  • 3 399 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Institutionnalisation des notations »  : […] Cette croissance du marché de la notation est aussi liée à certaines dispositions institutionnelles qui l'ont rendue possible. La première disposition est le statut de Nationally Recognized Statistical Rating Organization (N.R.S.R.O.), créé par la S.E.C. en 1975 afin de clarifier le marché de la notation. Ce statut, qui permet aux agences d'agir sur le marché américain et d'avoir une visibilité mo […] Lire la suite

AGIOS

  • Écrit par 
  • André BOYER
  •  • 370 mots

En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent les déductions correspondant à ce prêt. Les agios résultent de l'addition de l'intérêt et des commis […] Lire la suite

BANK RUNS, DEPOSIT INSURANCE, AND LIQUIDITY, D. Diamond et P. Dybvig - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY
  •  • 1 132 mots

Les théories de l'intermédiation bancaire et financière, qui se développent à la fin des années 1970, s'articulent autour de deux grandes justifications de la firme bancaire. D'un côté, les coûts associés à la résolution de problèmes d'asymétries d'information concernant la sélection et le contrôle des emprunteurs de fonds par les prêteurs : en s'interposant entre l'ensemble formé par les prêteur […] Lire la suite

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évolution de l'activité bancaire »  : […] Le développement des marchés financiers a entraîné une diminution importante de l'intermédiation traditionnelle (dépôts et crédits) au profit de nouvelles activités. Par exemple, le marché monétaire a donné naissance à des produits dont la liquidité se rapproche de celle des dépôts bancaires et dont la rémunération est supérieure (Sicav monétaires en France et Money Market Mutual Funds aux État […] Lire la suite

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

La crise déclenchée durant l'été de 2007 sur le marché des dérivés de crédit a eu pour cause première le retournement du marché des emprunts immobiliers aux États-Unis. Elle s'est transformée l'année suivante en une crise financière majeure, affectant tout particulièrement les banques. Elle a ensuite précipité une dépression économique qui a obligé les pouvoirs publics, en 2009 puis en 2010, à ve […] Lire la suite

BANQUE - Supervision prudentielle

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 6 046 mots

Dans le chapitre « De la déréglementation à la re-réglementation prudentielle »  : […] Les modalités de l'intervention publique dans la sphère bancaire et financière ont beaucoup évolué à la suite de la mutation financière (extension et intégration croissante des marchés de capitaux, déspécialisation des banques, etc.). L'objectif de l'intervention publique qui prévalait encore dans les années 1980, en France et dans de nombreux autres pays européens, était essentiellement de se su […] Lire la suite

BANQUES ISLAMIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 655 mots

Les banques islamiques n'ont cessé d'intriguer les financiers internationaux, car elles respectent à la lettre ce qu'interdit l'islam sous le terme générique de riba , à savoir la combinaison de trois éléments : l'engagement à terme, la condition aléatoire et la rémunération prédéterminée du capital, combinaison que le mot « intérêt » ne traduit qu'imparfaitement. Les banques et établissements isl […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Un siècle de métamorphoses »  : […] Telle que la décrit Aron, la société industrielle correspond à un moment précis de l'histoire du capitalisme. En fait, celui-ci a connu de nombreuses péripéties qui interdisent d'assimiler trop rapidement le capitalisme à un type de société donné. L'image renvoyée par les premiers sociologues doit ainsi être modifiée lorsque, à la fin du xix e  siècle, la diversification de la production et la mo […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les accords de Bretton Woods »  : […] La conférence qui a lieu dans cette petite station proche de Boston, en juillet 1944 , ne compte qu'un petit nombre de délégués (une quarantaine), y compris ceux de l'U.R.S.S. qui ne signeront pas le texte final. Elle aboutit néanmoins à un accord qui, des dizaines d’années plus tard, constitue encore la pierre angulaire de tout l'édifice. Plusieurs de ses dispositions sont devenues caduques, mais […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes »  : […] À partir de 1978, on assiste à une nouvelle impulsion pour réaliser l'union monétaire. Malgré l'échec du serpent, les efforts de création d'une zone de stabilité monétaire ne sont pas découragés. Aux yeux des autorités, l'expérience du début des années 1970 « montre que l'union économique est au moins aussi difficile à réaliser, sinon plus, que l'union monétaire et qu'il convient surtout de mener […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 octobre 2021 Suisse. Rapports de la Finma dans les affaires des « tuna bonds » et des filatures impliquant Crédit Suisse.

L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma), qui a engagé une procédure dans cette affaire, conclut que la gestion des risques par la banque « présentait de graves lacunes » et décide de soumettre à conditions l’ouverture par Crédit Suisse « de nouvelles affaires de crédit avec des pays financièrement faibles ». Le 19 également, la Finma publie son rapport dans l’affaire des filatures de plusieurs ex-employés de Crédit Suisse ordonnées par la direction, qui avait éclaté en septembre 2019. […] Lire la suite

25 juillet 2021 Suisse. Accord à l'amiable entre Crédit Suisse et Iqbal Khan.

La presse révèle que la banque Crédit Suisse et son ancien employé Iqbal Khan ont conclu un accord à l’amiable, dont les détails ne sont pas rendus publics, destiné à solder leur différend juridique. En septembre 2019, après son départ pour la banque concurrente UBS, l’ancien directeur de la gestion internationale de fortune avait fait l’objet d’une filature ordonnée par Crédit Suisse. […] Lire la suite

14 mai 2021 Suisse. Condamnation d'activistes du climat.

En juillet 2019, ceux-ci avaient participé à un sit-in devant l’entrée de la banque Crédit Suisse de Zurich afin de dénoncer les activités bancaires préjudiciables pour le climat. Quarante-deux autres militants arrêtés à cette occasion avaient accepté une sanction par ordonnance pénale. En janvier, le tribunal pénal de Bâle-Ville avait acquitté cinq activistes accusés d’avoir bloqué, le même jour et pour les mêmes raisons, l’entrée du siège administratif de la banque UBS. […] Lire la suite

22 avril 2021 Suisse. Ouverture d'une procédure d'enquête visant la banque Crédit Suisse.

Une procédure similaire avait été ouverte en mars à l’encontre de Crédit Suisse après la faillite du groupe financier britannique Greensill, dont le coût pour la banque n’a pas encore été établi. […] Lire la suite

4 mars 2021 France. Relaxe de l'ancien Premier ministre Édouard Balladur dans l'affaire Karachi.

Soupçonné d’avoir bénéficié de ces rétrocommissions, qui lui auraient permis de financer sa campagne électorale de 1995, l’ancien Premier ministre Édouard Balladur est relaxé des accusations de « complicité et recel d’abus de biens ou du crédit de deux sociétés publiques ». L’ancien ministre de la Défense François Léotard est en revanche condamné à deux ans de prison et 100 000 euros d’amende pour ces mêmes chefs d’accusation, pour avoir mis en place un inutile réseau d’intermédiaires aux tarifs exorbitants. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Jacques BURGARD, « CRÉDIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/credit/