Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CRÉDIT

Les formes du crédit

Crédits : structure par emprunteurs - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crédits : structure par emprunteurs

Elles sont nombreuses, bien qu'en réduction. La Banque de France tient à jour leur description schématique dans un ouvrage qui s'intitule Les Principales Procédures de financement des besoins des entreprises et des ménages. Pour s'en tenir aux seuls financements par le crédit, l'édition d'avril 1990 énumérait vingt-six types pour les besoins d'exploitation, quarante-six pour l'investissement, la création et la transmission d'entreprises, vingt-deux pour les crédits aux particuliers.

Les crédits aux entreprises

Observons d'emblée qu'à l'intérieur des besoins d'exploitation le financement du cycle de commercialisation et celui du cycle de production ne relèvent pas toujours de techniques distinctes. Dans la vie courante de l'entreprise, ces différentes étapes se superposent fréquemment.

Il est de pratique commerciale courante qu'un fournisseur accorde à son client un délai de règlement. La formule de quatre-vingt-dix jours fin de mois est habituelle en France et des délais plus longs existent. La mobilisation des créances commerciales détenues par les fournisseurs sur leurs clients revêt donc une grande importance. L' escompte commercial est la technique la plus traditionnelle. C'est l'opération par laquelle le banquier met à la disposition d'un client le montant d'une remise d'effets sans attendre l'échéance de ceux-ci. L'escompte emporte le transfert de propriété d'un effet de commerce ; le banquier ne prête pas : il achète une créance, ordinairement à terme, et en paie le prix. C'est dans la mesure où il anticipe le règlement de la créance qu'il accorde un crédit. Cette technique de crédit reste très répandue en France, malgré une diminution de son importance relative, ainsi que dans d'autres pays méditerranéens, telles l'Italie et l'Espagne. Elle est pratiquement ignorée dans les pays anglo-saxons.

Parallèlement, les entreprises peuvent recourir à des crédits de trésorerie. Les uns sont généraux, ce sont les crédits par caisse ; même s'ils correspondent à des besoins clairement individualisés, ils peuvent être utilisés de la manière la plus souple pour régler toutes les dépenses de l'entreprise. Les autres sont spécialisés, et suivent en général des procédures particulières qui reposent sur des garanties spécifiques, d'où leur appellation de crédits garantis. Les crédits par caisse comprennent l' avance en compte courant, ou avance en compte, également appelée découvert, et le découvert mobilisable. On les nomme aussi crédits en blanc. Leur utilisation est très générale. Juridiquement, l'avance en compte ne se distingue pas d'un prêt. Dans le langage courant, ces deux opérations sont cependant nettement distinguées, en fonction des besoins des clients et des techniques employées pour les satisfaire. L'avance en compte est la forme de crédit par caisse la plus utilisée en France, où elle s'exécute par la faculté offerte au client d'avoir un compte débiteur. C'est donc une possibilité de découvert. Dans les pays anglo-saxons, au contraire, l'avance en compte est un véritable prêt, immédiatement versé en totalité au client, lequel doit normalement, compte tenu de ce crédit, conserver un solde toujours créditeur.

On appelle crédits par signature une grande diversité de concours que le banquier accorde à ses clients sans mettre de fonds à leur disposition, mais en prenant, par une signature, des engagements à leur place et en leur nom. Ils représentent des montants importants, qui, au surplus, croissent rapidement. Dans la plupart des cas, ces engagements ont pour objet de soulager la trésorerie des entreprises. Ils permettent, en effet, aux firmes qui y recourent soit d'éviter certains décaissements, soit d'étaler des[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : inspecteur général des Finances, délégué général de l'Association française des banques.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Crédits : ventilation par prêteurs - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crédits : ventilation par prêteurs

Crédits : structure par emprunteurs - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crédits : structure par emprunteurs

Autres références

  • AGENCES DE NOTATION

    • Écrit par Patrick JOLIVET
    • 3 415 mots
    ...somme de ses actifs pondérés par leur degré de risque) autorise, dans sa version standard, l'utilisation des notes des agences pour évaluer le risque de crédit. Les établissements de crédit et les entreprises d'investissement se voient offrir la possibilité, pour mesurer la qualité de crédit de leurs contreparties,...
  • AGIOS

    • Écrit par André BOYER
    • 371 mots

    En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent...

  • BANK RUNS, DEPOSIT INSURANCE, AND LIQUIDITY, D. Diamond et P. Dybvig - Fiche de lecture

    • Écrit par Jézabel COUPPEY
    • 1 132 mots

    Les théories de l'intermédiation bancaire et financière, qui se développent à la fin des années 1970, s'articulent autour de deux grandes justifications de la firme bancaire. D'un côté, les coûts associés à la résolution de problèmes d'asymétries d'information concernant la sélection et le contrôle...

  • BANQUE - Économie de la banque

    • Écrit par Emmanuelle GABILLON, Jean-Charles ROCHET
    • 7 908 mots
    • 3 médias
    ...fractionnaires grâce auquel les banques transforment des actifs liquides de court terme (les dépôts à vue, qui peuvent faire l'objet de retraits à tout moment) en des actifs illiquides de long terme (les crédits, qui sont difficilement cessibles et dont la maturité est assez longue en moyenne). Cette activité...
  • Afficher les 54 références

Voir aussi