Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CRÉDIT

Le crédit interentreprises

Lorsque les entreprises consentent des délais de paiement à leurs clients, elles comptabilisent à l'actif de leur bilan les sommes qui leur sont dues. Ce sont les créances commerciales. Le terme de crédit client est également employé. Lorsque les entreprises se voient accorder des délais de paiement de la part de leurs fournisseurs, elles comptabilisent au passif de leur bilan les sommes qu'elles doivent. Ce sont les dettes commerciales. Le terme de crédit fournisseur est également employé. Le crédit interentreprises est ainsi le résultat d'une série de face-à-face entre les entreprises des différents secteurs d'activité. Le face-à-face entre l'industrie et le commerce est le plus important ; mais il n'est pas le seul. Le crédit interentreprises représente globalement une ressource pour deux secteurs : le commerce de détail et le matériel de transport terrestre. Les autres grands secteurs d'activité sont prêteurs, l'industrie des biens d'équipement et celle des biens intermédiaires étant les plus défavorisées.

Cette forme de crédit est, en France, une composante majeure de financement à court terme des entreprises ; les dettes commerciales y représentent plus de deux fois l'encours des concours bancaires à ces dernières. Les fournisseurs ont pu d'autant plus aisément consentir à leurs clients des délais de paiement, qu'ils avaient largement la possibilité d'escompter leurs traites auprès des banques. La technique du crédit objectif, appelé également crédit « causé », qui consiste à adosser chaque financement sur des échanges déterminés de biens ou de services, ainsi que la division des lignes de crédit entre une pluralité d'établissements, ont facilité le développement par les entreprises des crédits fournisseurs. Ce système est très différent de celui que connaît notamment l'Allemagne, où les relations entre la banque qui prête et l'entreprise qui emprunte sont plus étroites et où le mode de financement à court terme habituel est le crédit global d'exploitation. Il en est de même dans tous les pays d'Europe du Nord. Par rapport au total du bilan des entreprises, les créances et les dettes commerciales atteignent entre 10 et 15 p. 100 au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas. Elles se situent entre 20 et 30 p. 100 en Italie et en Espagne, la France dépassant cette fourchette.

Ces situations sont relativement stationnaires. Au cours de la décennie de 1980, un faible allongement du délai moyen de paiement, de l'ordre de un ou deux jours, a pu être observé.

Une réflexion est engagée en France sur les moyens de réduire les délais de paiement entre entreprises. L'action envisagée s'appuie sur les principes suivants. Le problème des délais de paiement ne saurait être traité de manière simpliste. La démarche à entreprendre doit être collective. Elle consistera à organiser le cadre des échanges et non pas à réglementer le contenu et les délais eux-mêmes. Des accords entre professions définiront les délais de paiement, plus réduits qu'actuellement, considérés comme normaux. Un paiement anticipé bénéficiera d'un escompte, un paiement retardé supportera des agios, les deux étant matérialisés sur la facture. Le processus engagé en France devrait être relayé au niveau de la Communauté européenne.

— Jean-Jacques BURGARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : inspecteur général des Finances, délégué général de l'Association française des banques.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Crédits : ventilation par prêteurs - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crédits : ventilation par prêteurs

Crédits : structure par emprunteurs - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crédits : structure par emprunteurs

Autres références

  • AGENCES DE NOTATION

    • Écrit par Patrick JOLIVET
    • 3 415 mots
    ...somme de ses actifs pondérés par leur degré de risque) autorise, dans sa version standard, l'utilisation des notes des agences pour évaluer le risque de crédit. Les établissements de crédit et les entreprises d'investissement se voient offrir la possibilité, pour mesurer la qualité de crédit de leurs contreparties,...
  • AGIOS

    • Écrit par André BOYER
    • 371 mots

    En matière bancaire, ensemble des retenues opérées par le banquier, en contrepartie de l'escompte d'un effet de commerce. Les agios et l'escompte ne se confondent pas : l'escompte est le prêt accordé par une banque lorsqu'elle acquiert un effet de commerce avant son échéance ; les agios constituent...

  • BANK RUNS, DEPOSIT INSURANCE, AND LIQUIDITY, D. Diamond et P. Dybvig - Fiche de lecture

    • Écrit par Jézabel COUPPEY
    • 1 132 mots

    Les théories de l'intermédiation bancaire et financière, qui se développent à la fin des années 1970, s'articulent autour de deux grandes justifications de la firme bancaire. D'un côté, les coûts associés à la résolution de problèmes d'asymétries d'information concernant la sélection et le contrôle...

  • BANQUE - Économie de la banque

    • Écrit par Emmanuelle GABILLON, Jean-Charles ROCHET
    • 7 908 mots
    • 3 médias
    ...fractionnaires grâce auquel les banques transforment des actifs liquides de court terme (les dépôts à vue, qui peuvent faire l'objet de retraits à tout moment) en des actifs illiquides de long terme (les crédits, qui sont difficilement cessibles et dont la maturité est assez longue en moyenne). Cette activité...
  • Afficher les 54 références

Voir aussi