Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CÔTES, géomorphologie et géographie

Les types de côtes

Quelle que soit l'origine des côtes, quelle que soit la part que la mer a prise dans leur façonnement, l'ennoiement en est la caractéristique générale ; mais sur certaines côtes dominent les formes de simple submersion, sur d'autres la mer a pu développer des formes construites ou érodées.

La date relativement récente de la submersion flandrienne fait que la plupart des côtes portent nettement les traces du système morphogénétique non marin par lequel le paysage initial avait été façonné. Même là où le modelé actuel peut apparaître comme entièrement marin, c'est simplement parce que le modelé ancien le permettait à cause de sa faible énergie.

Il est donc préférable d'établir la classification des côtes à partir du paysage initial, et, selon l'énergie avec laquelle la mer a pu transformer celui-ci, on distinguera, dans chaque catégorie, des modalités graduées. Mais il faut, du point de vue de leur influence sur les côtes, introduire une distinction fondamentale entre les divers styles morphogénétiques subaériens responsables du modelé antérieur : d'une part ceux où le rôle essentiel est joué par les conditions de structure (au sens strict, c'est-à-dire de répartition des masses résistantes et des masses tendres), et d'autre part ceux où le modelé reflète surtout l'action du climat, ou celle de la lithologie. Dans le premier cas, les contraintes structurales joueront aussi bien pour l'action de la mer que pour l'action subaérienne qui a précédé, et il y aura donc une large continuité entre les deux modelés. Dans le second cas, un facteur exogène de la morphogenèse succède à un autre facteur exogène totalement différent ; il n'y a que peu de termes communs entre les deux modes d'action, et du contraste vigoureux entre ces deux types d'action naîtra la gamme très variée des paysages possibles, selon que l'ancien ou le nouveau système domine.

Côtes sans contraintes structurales

Les paysages dont le modelé initial reflétait essentiellement les conditions non structurales sont surtout ceux qui se développent par la submersion de régions façonnées par un système morphoclimatique tel que le modelé glaciaire, le modelé tempéré, le modelé désertique ; ou bien ces modelés se développent librement, aux dépens de roches sans personnalité marquée, ou bien les caractères particuliers des roches attaquées (calcaires ou grès, par exemple) marquent le façonnement de nuances si sensibles qu'elles ont autorisé bien des auteurs à parler de modelé calcaire ou de modelé gréseux.

Ennoiement de paysages à modelé zonal

Le grand contraste entre l'action climatique ancienne et l'action marine actuelle rend particulièrement évident le phénomène d'ennoiement. Ce sont là les côtes « initiales » les plus typiques.

La mer peut envahir des paysages glaciaires et périglaciaires.

C'est ainsi que les côtes à fjords sont considérées comme les plus évidemment « initiales » ou « primaires », celles qui ont le mieux conservé leur morphologie prémarine. Elles sont particulièrement nettes dans les bordures montagneuses, car les auges glaciaires y ont été plus profondément burinées. Leur étroitesse, leurs sinuosités, la faible profondeur de l'entrée liée à des dépôts morainiques frontaux ont empêché les actions marines du large d'y pénétrer, aussi bien que des houles internes de s'y développer. La morphogenèse actuelle est généralement limitée à la constitution de petits deltas au débouché des cours d'eau qui se jettent dans le fjord.

Côte à fjords - crédits : Encyclopædia Universalis France

Côte à fjords

Côte à fjords, Norvège - crédits : Giovanni Mereghetti/ UCG/ Universal Images Group/ Getty Images

Côte à fjords, Norvège

Bréhat - crédits : Encyclopædia Universalis France

Bréhat

Mais la côte à fjords n'est qu'un cas de côte glaciaire : dans l'avant-pays, par exemple au sein des collines moutonnées par le passage de la glace, le paysage glaciaire était caractérisé par l'accumulation, entre les reliefs, de dépôts morainiques[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Dunes et étangs de la côte landaise - crédits : Encyclopædia Universalis France

Dunes et étangs de la côte landaise

Côte à fjords - crédits : Encyclopædia Universalis France

Côte à fjords

Côte à fjords, Norvège - crédits : Giovanni Mereghetti/ UCG/ Universal Images Group/ Getty Images

Côte à fjords, Norvège

Autres références

  • ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

    • Écrit par Jean-Pierre PINOT
    • 7 916 mots
    • 26 médias
    Pour l'essentiel,les mouvements des sédiments littoraux sont réglés par le rapport qui existe, du point de vue de la compétence et de celui de la direction, entre le jet de rive, ou translation de l'eau vers le haut de la plage au moment de l'arrivée de la vague, et le retrait...
  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    Àla massivité du continent correspond une côte rectiligne, peu hospitalière en raison de la fréquence d'une barre qui en rend l'accès périlleux. La plate-forme continentale est étroite (quelques dizaines de kilomètres) ; la proximité des grandes profondeurs n'est pas sans incidences sur les ressources...
  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

    • Écrit par Jean AUBOUIN, René BLANCHET, Jacques BOURGOIS, Jean-Louis MANSY, Bernard MERCIER DE LÉPINAY, Jean-François STEPHAN, Marc TARDY, Jean-Claude VICENTE
    • 24 158 mots
    • 23 médias
    Les plaines côtières de l'Atlantique et du golfe du Mexique se suivent du New Jersey au Yucatán. Leur genèse est étroitement liée à l'évolution de l'Atlantique et aux transgressions et régressions marines qui se sont succédé depuis le Jurassique.
  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Danièle LAVALLÉE, Catherine LEFORT
    • 18 105 mots
    • 9 médias
    ...nord au sud, des côtes du Venezuela et de la Colombie à la pointe de la Terre de Feu. 6 000 kilomètres d'est en ouest, de Recife à Guayaquil. Mais les côtes ont peu d'ouvertures : à l'est, les bouches de l'Amazone, l'estuaire de la Plata, la baie de Tous-les-Saints à Bahia...
  • Afficher les 37 références

Voir aussi