CORÉECinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un système de quotas

L'industrie du cinéma sud-coréen doit son développement (86 films produits en 1961, 189 en 1965, 229 en 1969) à un encadrement rigoureux. En 1962, une loi oblige chaque compagnie de production à distribuer au moins 15 films par an, ce qui réduit leur nombre de 71 à 21. Toute compagnie désirant importer un film étranger (le chiffre d'importation annuel ne doit pas excéder le tiers de la production nationale) se doit de produire plusieurs films coréens. Ce système, dit du « quota quickies », diminue les importations tout en encourageant la production de films B, tournés rapidement, pour satisfaire les critères d'importation. En 1966, une nouvelle loi oblige les exploitants à programmer les films coréens entre 60 et 90 jours par an. Cette contrainte passera ensuite de 106 à 146 jours. Ces mesures protectionnistes à l'encontre du cinéma américain – les films japonais seront quant à eux interdits jusqu'en 1998 – renforcent le cinéma national tout en l'isolant, car les films s'exportent mal.

Les dernières années de la dictature militaire du président Park Chung-hee, assassiné en 1979, sont les plus sombres pour le cinéma coréen comme pour l’ensemble du monde culturel. Le film de Lee Man-hui, La Route de Sampo (1975), très vite censuré, annonce la peinture désenchantée des défavorisés. Il constituera l'œuvre de référence des futurs cinéastes de la nouvelle vague coréenne.

L'assassinat de Park Chung-hee, suivi de nombreuses manifestations réprimées dans le sang (le massacre de Kwangju en 1980), entraîne l'instauration de la loi martiale. La production passe en dessous de 100 films par an, tandis que se met en place un cinéma militant autour du Seoul Film Collective, fondé en 1982. La lente démocratisation du régime débouche sur un cinéma de critique sociale, symbolisé par les films de Park Kwang-su (né en 1955), avec Chilsu et Mansu (1988), sur deux peintres de panneaux publicitaires qui rêvent de partir à l'étranger, et République noire (1990), sur un ancien activiste recherché par la police. De son côté, Jang Sun-woo (né en 1952), plus volontiers anarchiste et provocateur, s'impose avec Lovers in Woomuk-Baemi (1990), dont le naturalisme, proche du cinéma de R. W. Fassbinder, articule condition sociale et sexualité. Lies (Fantasmes, 1999), qui prend pour thème les relations sado-masochistes entre un sculpteur et une jeune fille, s'attire par la suite les foudres de la censure coréenne.

Ce n’est qu’à la fin des années 1980 que l'on découvre en Occident les premiers films d'Im Kwon-taek (né en 1936), auteur d'une œuvre prolifique. La Mère porteuse (1987), avec l'admirable Kang Soo-yeon, témoigne de son goût pour les films historiques et les récits qui bousculent en douceur l'ordre établi des valeurs de la société coréenne. Si La Chanteuse de pansori (1993) rend hommage à un art populaire disparu, son œuvre atteint la reconnaissance internationale avec Le Chant de la fidèle Chunhyang (2000), formidable interrogation sur les pouvoirs imagés d'un récit vocal, et avec Ivre de femmes et de peinture (2002), autoportrait du cinéaste en peintre insoumis, puisant son énergie créatrice dans l’alcool et l'amour des femmes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : journaliste
  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CORÉE  » est également traité dans :

CORÉE - Géographie

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jacques PEZEU-MASSABUAU
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Longue de 800 à 900 kilomètres, large en moyenne de 200 kilomètres, la péninsule coréenne (222 000 km2) a sa façade occidentale, toute en collines et en vastes estuaires, tournée au-delà de la mer Jaune, vers la Chine du Nord. À l'est au contraire, une haute chaîne montagneuse tombant droit dans la mer du Japon (mer de l'Est) fait face à l'archipel nippon. Cette dissymétrie […] Lire la suite

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 272 mots
  •  • 13 médias

La Corée est riche d'une longue tradition, qui est restée originale tout en se développant au contact de la Chine. Les nombreux mouvements de peuples dont l'Asie du Nord-Est a été le théâtre au cours de la période historique ont eu d'importantes répercussions sur la péninsule coréenne.La suzeraineté chinoise, établie dès l'époque des […] Lire la suite

CORÉE - Arts

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Arnauld LE BRUSQ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 11 404 mots
  •  • 4 médias

Proche de la Chine, la Corée a été de bonne heure attirée dans l'orbite de sa puissante voisine. Elle en a reçu de nombreux apports, sans jamais vraiment complètement les assimiler, tout comme elle a constitué une importante tête de pont pour leur transmission vers le Japon. Dans une dynamique paradoxale de rejet dû à cette confrontation, la Corée a su tirer profit des diverses influences auxquell […] Lire la suite

CORÉE - Littérature

  • Écrit par 
  • Ogg LI, 
  • Marc ORANGE, 
  • Martine PROST
  •  • 9 748 mots

Longtemps orale, essentiellement composée de chants rituels, puis rédigée en chinois, la littérature coréenne a pris son essor au xiiie siècle, avec le développement del'imprimerie dont l'usage des caractères mobiles en plomb fut d'abord réservé à la cour. L'invention de l' […] Lire la suite

CORÉES - Du rapprochement à la défiance

  • Écrit par 
  • Marie-Orange RIVÉ-LASAN
  •  • 2 909 mots

Les sociétés nord et sud-coréennes, confrontées en 2008 à la crise financière internationale comme le reste du monde, étaient déjà en proie à des incertitudes et à des difficultés économiques, politiques et sociales différentes, mais non pas moins cruciales. La crise larvée de part et d'autre du 38e parallèle n'est donc pas purement économique, mais traduit en plus, et depui […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La péninsule coréenne »  : […] La péninsule coréenne comprend à la fois des éléments de socle et de pseudo-socle. Le socle précambrien, déjà représenté au nord par les Changbaishan et leur prolongement, le plateau de Kaima, se trouve au centre dans la région drainée par le Han, ainsi que dans le sud où il affleure dans la chaîne diagonale des monts Sobaek (1 915 m), mais il est masqué par des terrains sédimentaires crétacés dan […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le national-développementalisme asiatique »  : […] Les pays d'Asie orientale ont vécu la confrontation avec le colonialisme et l'impérialisme venus d'Occident comme un enjeu majeur, et un traumatisme. L'accumulation de chocs, de guerres, de famines, de déplacements de population, de victimes, a engendré une capacité de résistance et de rebonds, une véritable « résilience asiatique » qui explique la vigueur actuelle de ces sociétés. Depuis plus d' […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « En Corée et au Japon »  : […] La Corée était au iv e  siècle de notre ère morcelée en plusieurs royaumes, dont les principaux sont le Ko-kou-rye au nord-ouest, le Paik-tchei au sud-ouest, et le Sillā au sud-est. En 372, le roi des Jin (Shǎnxi) envoya le bonze Sunde avec des textes et des images à Ko-kou-rye. Douze ans plus tard, c'était au tour du Paik-tchei d'être évangélisé. Une cinquantaine d'années plus tard, Sillā reçut à […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les moines étrangers »  : […] Le bouddhisme est une religion fondée sur une communauté monacale, le dernier des Trois Joyaux, chargée de conserver et de transmettre le Dharma, et d'assurer à ses membres un milieu propice aux pratiques de délivrance. Le cadre en est fourni par la discipline monastique à laquelle chaque moine s'engage lors de son ordination ; ce code disciplinaire ( ritsu en japonais, vinaya en sanscrit) est c […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les premiers Han (206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) »  : […] Les insurrections qui éclatent en 210 emportent la dynastie des Qin et se prolongent par une période d'anarchie, jusqu'aux environs de 196. Des pouvoirs régionaux indépendants – résurgence des anciens royaumes du iii e  siècle – se reconstituent à cette époque mais sont éliminés par Liu Bang, fondateur des premiers Han (dates traditionnelles : 206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) . Toutes les mesures prise […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-27 décembre 2014 États-Unis – Corée du Nord. Polémique au sujet du film « The Interview »

La Corée du Nord qui, dès juin, avait qualifié le projet de film d'« acte de guerre » dément toute responsabilité, mais salue l'« acte juste » des hackers. Le 19, le président Barack Obama qualifie d'« erreur » la décision de S.P.E. de céder au chantage des hackers, tout en promettant une réponse « proportionnée » au piratage, officiellement attribué à la Corée du Nord. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Adrien GOMBEAUD, Charles TESSON, « CORÉE - Cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-cinema/