CORDÉS ou CHORDÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'origine des Cordés

La souche de ce groupe a été recherchée dans tous les grands phylums d'Invertébrés. Les Annélides et les Arthropodes ont été mis en cause en imaginant un retournement de l'animal, la face dorsale devenant ventrale, ce qui avait pour résultat d'amener le système nerveux au-dessus du tube digestif.

Déjà, il y a cent ans, l'embryologiste hollandais Hubrecht suggérait que les Némertes, vers marins assez primitifs, pouvaient avoir donné naissance aux Vertébrés. Depuis une vingtaine d'années, cette idée est réexaminée, et des arguments cytologiques et histologiques, physiologiques, écologiques sont mis dans la balance.

Depuis 1965, le paléontologiste anglais R. Jefferies étudie un groupe d'organismes marins anciens (Cambrien, Dévonien) dont le corps est couvert d'une thèque de plaque calcaire prolongée par un pédoncule mobile, et que l'on considère classiquement comme des Échinodermes quelque peu aberrants. À la suite d'une étude minutieuse d'un matériel abondant de ces Hétérostélés, Jefferies a décrit des structures caractéristiques des Cordés (fentes pharyngiennes, cordon nerveux dorsal, notocorde...). Il créa pour ces animaux le sub-phylum des « Calcicordata », véritables Cordés qui auraient donné naissance indépendamment aux Céphalocordés, aux Urocordés, ou Tuniciers, et aux Vertébrés.

Cependant, pour la plupart des zoologistes d'aujourd'hui, c'est du côté des Stomatocordés que l'on situe l'origine des Cordés. Ces Invertébrés marins, la plupart vermiformes, ont avec les Cordés des affinités indiquées essentiellement par la pharyngotrémie. Mais ces vers ont aussi un cordon nerveux longitudinal situé dorsalement, et un diverticule antérieur et dorsal de leur pharynx a été comparé à une corde. Si ce dernier point appelle de sérieuses réserves, il n'en reste pas moins vrai que des traits communs fondamentaux existent entre Cordés et Hémicordés.

D'autre part, le développement embryonnaire des Hé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  CORDÉS ou CHORDÉS  » est également traité dans :

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 664 mots
  •  • 7 médias

On désigne communément sous le nom d'Amphioxus, car ils sont pointus aux deux extrémités, des animaux marins de petite taille dont l'organisation comporte plusieurs traits fondamentaux que l'on retrouve chez les Vertébrés : le pharynx est perforé par des fentes latérales, le système nerveux est un tube, dorsal par rapport au tube digestif ; l'axe squelettique est une « chorde dorsale » comparabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cephalocordes/#i_16502

CYCLOSTOMES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 723 mots
  •  • 3 médias

Dans l'embranchement des Vertébrés actuels, les cyclostomes regroupent les formes les plus primitives : animaux sans mâchoire que l'on nomme encore agnathes (on doit surtout donner à ce terme un sens phylogénétique et parler en fait de « grade » agnathe, plutôt que de classe des agnathes). Les recherches paléontologiques et anatomiques montrent en effet que les vertébrés ont dû, au cours de leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/#i_16502

ÉCHINODERMES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 6 662 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Carpoïdes (Homalozoens), l'énigme des Calcichordés »  : […] Nombre de biologistes ont souligné la ressemblance embryologique entre les Échinodermes et les Chordés. La larve tornaria des Entéropneustes ressemble à l'auricularia des Holothuries, par exemple. Aussi recherche-t-on depuis longtemps de plus étroites affinités, par exemple des traces de fentes branchiales dans les Échinodermes primitifs fossiles. De l'avis de tous les chercheurs (Bather, 1925 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echinodermes/#i_16502

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 223 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Gastrulation chez les invertébrés à trois feuillets »  : […] D'autres invertébrés, tels les échinodermes, notamment l'oursin (cf. fig. 4) ont une gastrulation qui génère trois feuillets. À partir d'un stade à l'aspect globuleux (cœloblastula), lorsque la gastrulation commence, le pôle végétatif s'aplatit, tandis qu'une touffe de longs cils vibratiles marque le pôle « animal » . Des cellules, dérivant des cellules du pôle « végétatif », se détachent et migre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/#i_16502

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 350 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Du S.N.C. des invertébrés à celui des vertébrés »  : […] La différence fondamentale entre les systèmes nerveux de ces deux groupes de métazoaires est plus immédiatement sensible à l'observateur si l'on en considère la morphologie générale plutôt que les propriétés fonctionnelles des neurones, voire de l'organisation synaptique. En effet, si comme nous l'avons dit plus haut des différences certaines existent pour celles-ci, elles ne sont pas toujours fac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurogenese-et-evolution/#i_16502

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les deutérostomiens »  : […] Au sein des bilatéraux, les deutérostomiens comprennent les échinodermes, les hémichordés et les chordés. Les Échinodermes sont connus dès le Cambrien inférieur (fig. 6 ). Ils présentent de nombreux taxons paléozoïques éteints. Ils effectuent une radiation adaptative importante à l'Ordovicien (avec en particulier les blastoïdes, cystoïdes, crinoïdes, astéroïdes, holothuries, échinoïdes, ophiures), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_16502

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Synapomorphies et relations internes des trois grands clades de Bilateria »  : […] Outre la croissance par mue, le clade des ecdysozoaires est soutenu par un assez grand nombre de synapomorphies morpho-anatomiques (Schmidt-Rhaesa et al . , 1998). Il s'agit tout d'abord de caractères liés à la cuticule : la perte de la ciliature épidermique, la présence de chitine alpha dans la cuticule (au moins dans certaines régions du corps et à certains stades), l'organ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_16502

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tuniciers à l'origine des vertébrés ? »  : […] Depuis Haeckel, on affirme que les embryons de tuniciers, comme les vertébrés, possèdent une chorde. Cela aurait pu n'être qu'une ressemblance. L'examen du génome d'un tunicier ( Ciona intestinalis ) et celui des protéines exprimées lors de son développement montrent que la moitié des 182 gènes connus pour participer à la mise en place de la chorde chez les vertébrés se retro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenomique/#i_16502

STOMOCORDÉS ou HÉMICORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 1 460 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affinités des Stomocordés : les Deutérostomiens »  : […] La division du corps en trois parties pourvues chacune de cavités cœlomiques et la forme larvaire des Entéropneustes constituent des ressemblances profondes avec les Échinodermes. Si le diverticule œsophagien n'est plus considéré comme homologue d'une corde dorsale, par contre, les perforations pharyngiennes des Entéropneustes et de Cephalodiscus justifient le rapprochement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stomocordes-hemicordes/#i_16502

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 004 mots

Dans le chapitre « Un troisième système immunitaire ? »  : […] Le monde animal a donc d'abord sélectionné le système robuste de l'immunité innée, efficace, totalement déterminé génétiquement et qui implique l'ensemble du corps. Il l'a ensuite complété par la sélection du système adaptatif, de plus grande précision mais plus fragile, qui implique un mécanisme de contrôle et utilise des cellules et des organes spécialisés. Si l'on se replace dans la phylogénie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-immunitaire-origines-du/#i_16502

TUNICIERS ou UROCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 850 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Relations phylétiques des Tuniciers »  : […] Les caractères fondamentaux des Cordés (corde dorsale, tube nerveux dorsal, pharyngotrémie) n'apparaissent clairement que chez les Appendiculaires et, à l'état larvaire, chez les Ascidies. La larve des Dolioles est rudimentaire et immobile, mais on y reconnaît pharynx et corde dorsale ; les autres Thaliacées n'ont pas de stade larvaire. Mais l'organisation des Thaliacées (oozoïde ou blastozoïde) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuniciers-urocordes/#i_16502

VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Charles DEVILLERS, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 9 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origine des vertébrés »  : […] L'homme étant un Vertébré, il est naturel que la place de ce groupe zoologique dans la généalogie des êtres vivants ait suscité un intérêt particulier dès l'aube de la pensée évolutionniste. Il a d'abord été proposé que les Vertébrés étaient apparentés ou descendaient des Annélides (vers annelés) ou des Arthropodes (insectes, crustacés et arachnides), en raison de leur structure segmentaire, ou m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/#i_16502

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, « CORDÉS ou CHORDÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cordes-chordes/