Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COPTES

La littérature copte

Passage du pharaonique au copte

Les premiers écrits dont puisse faire état la langue copte sont des pièces de transition. Il s'agit de transcriptions en lettres grecques (augmentées de sept lettres dérivant de signes égyptiens) de mots, puis de courts textes de la langue pharaonique. Elles sont la conséquence du bilinguisme créé dans l'administration sous les Ptolémées. Les plus anciens écrits connus remontent au iie siècle avant J.-C. : le graffite d'une titulature royale découvert à Abydos, une inscription sur pierre d'Achmounein, un fragment de glossaire bilingue. L'écriture jusque-là réservée à un mandarinat devenait accessible à la masse.

Le monde païen

Les textes où se manifeste une langue pratiquement fixée – dernière étape de la langue de l'Égypte ancienne avec deux catégories de mots nouveaux, ceux de l'administration, ceux de la religion – remontent au ier siècle de notre ère. Horoscopes ou formules d'exécration, ils relèvent de la magie et sont sans doute des traductions. La littérature magique plus directement copte se prolongera jusqu'à nos jours, surtout en formules couchées sur parchemin puis sur papier, servant d'amulettes. Le caractère exclusif du genre dans les débuts montre que l'initiative est partie du milieu sacerdotal des temples pharaoniques, maître depuis toujours, en vertu de la conception propre à cette religion, de l'appareil de la magie.

Ce milieu n'était pas moins ouvert aux courants d'idées du monde hellénistique, et notamment à ceux qui, devant la ruine des religions jusque-là dominantes, essayaient de saisir l'origine des forces de la nature. Ainsi s'explique auprès de l'élite, et aussi auprès de la masse, grâce à l'usage d'une écriture plus « lisible », le succès des écrits gnostiques et manichéens. Un lot très important des premiers (49 traités sur papyrus en 13 volumes), datant du ive siècle après J.-C., a été découvert en 1946 à Chénoboskion près de Nag Hammadi en Haute-Égypte. Ils constituent en fait, avec quelques autres moins considérables trouvés aussi en Égypte, les seuls exemples de ce genre d'écrits, dont les originaux grecs des iie et iiie siècles n'étaient jusque-là connus que par des citations d'Irénée et d'Épiphane. L'ensemble le plus ancien des textes manichéens est également une version copte du ive siècle sur papyrus, sans doute traduite du syriaque, trouvée en 1930 à Médinet Mâdi dans le Fayoum. L'importance de ces deux séries d'écrits dans le mouvement des idées de l'époque, auquel n'échappe point l'Égypte, est comparable à celle des manuscrits de la mer Morte.

La progression chrétienne

Les premiers textes chrétiens écrits en copte sont des traductions des deux Testaments. Les plus anciennes apparaissent à la fin du iie siècle de notre ère en fragments plus ou moins importants. Elles s'appuient sur le canon des Écritures fixé en grec par le Didascalée d'Alexandrie. Ces traductions allaient nourrir pendant des siècles la pensée des moines, dont on sait qu'ils apprenaient la Bible par cœur.

Les écrits apocryphes d'inspiration chrétienne (récits et apocalypses) font aussi du iie au vie siècle l'objet de traductions nombreuses. Leur succès, dû au désir de détails comme de merveilleux que ne satisfaisait pas la soumission aux faits des livres canoniques, est très grand en Égypte. Une certaine élaboration particulière au pays s'y révèle. Elle renchérit sur le goût pour les voyages extraordinaires et les prodiges et insiste sur un ascétisme démesuré.

D'autres séries de traductions élargissent chez les Coptes le champ de la littérature sacrée. Il y a déjà la liturgie et notamment les lectionnaires, où voisinent des passages de l'Écriture en grec et en copte, comme[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : vice-président de la Société française d'égyptologie, conservateur en chef honoraire des Musées nationaux (Louvre), ancien professeur à l'École du Louvre
  • : professeur honoraire à l'Institut catholique de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Croix copte - crédits : A. Tessore/ De Agostini/ Getty Images

Croix copte

Principaux vestiges connus de l'art copte - crédits : Encyclopædia Universalis France

Principaux vestiges connus de l'art copte

Autres références

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    Le christianisme comprend deux Églises parmi les plus anciennes du monde chrétien :l'Église copte d'Égypte et l'Église orthodoxe d'Éthiopie, implantée depuis le ive siècle sur les hauts plateaux qui lui ont servi de bastion défensif contre les tentatives de conquête de...
  • CALENDRIERS

    • Écrit par Jean-Paul PARISOT
    • 9 907 mots
    • 4 médias
    Le calendrier copte utilisé en Égypte et en Éthiopie a perpétué cette origine. Il est construit sur une année julienne qui démarre le 29 août ; celle-ci est constituée de 12 mois de 30 jours suivis de 5 ou 6 jours épagomènes. On compte les années à partir du 29 août 284, cette date correspondant à...
  • ÉGYPTE - L'Égypte arabe

    • Écrit par Gaston WIET
    • 8 924 mots
    • 2 médias
    ..., puis ultérieurement à un grand officier turc, qui lui-même nommait des fondés de pouvoir. Entre-temps, les chrétiens, qui avaient pris le nom de coptes, s'étaient assez mal adaptés au régime colonial arabe, qui n'était à leur encontre qu'une lourde machine fiscale : leur effort pour se soustraire...
  • ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

    • Écrit par Universalis, Sandrine GAMBLIN, Robert SANTUCCI
    • 38 768 mots
    • 16 médias
    ...accueilli sur son territoire des bases secrètes de la CIA. Néanmoins, les relations égypto-américaines sont assombries par le dossier sur la situation des Coptes. Ceux-ci représentent officiellement 6 % de la population égyptienne. Présents dans l'économie et la vie intellectuelle du pays, ils sont sous-représentés...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi