CONSTANCE II (317-361) empereur romain (337-361)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Illyrie, Constance a été proclamé césar en 323. En 332, à quinze ans, il est nommé gouverneur des Gaules et prend le titre de Gothicus Maximus ; enfin en 335, deux ans avant la mort de son père Constantin le Grand, il reçoit en partage le gouvernement des diocèses d'Asie et d'Orient. Il préside les funérailles de son père à Constantinople. Il fait ensuite assassiner le beau-frère puis le frère de Constantin et enfin ses cousins, les deux césars Delmatius et Hannibalianus. Il ajoute alors aux diocèses qu'il gouverne ceux du Pont et de la Thrace, et le Sénat le proclame auguste en même temps que ses deux frères Constant Ier et Constantin II. Des trois, Constance II est sans doute le plus ambitieux

Les débuts de son règne sont occupés par la défense des frontières de l'Orient menacées par les Sassanides du roi des rois, Sapor, qui assiègent Nisibe. Constance II réussit à dégager la ville en 338 et, la même année, il défait en Arménie les partisans des Perses qui perdent également l'alliance des Arabes de Syrie, avec lesquels Constance II négocie un traité de paix. Les hostilités reprennent entre 348 et 350, mais sans succès décisif ni dans un camp ni dans l'autre. En 350, la mort de son frère Constant Ier, qui s'était emparé dix ans auparavant des domaines sur lesquels Constantin II exerçait sa souveraineté, provoque une crise de régime et les usurpateurs, candidats à la couronne impériale, se multiplient. Constance II doit intervenir soit par la diplomatie auprès de Vetranion, un officier qui accepte de déposer la pourpre qu'il s'était octroyée, soit par la force contre Magnence qui s'est fait proclamer empereur en Occident. Aussi Constance II est-il contraint de quitter ses provinces d'Orient et de les confier à Gallus, fils d'un frère de Constantin assassiné, auquel il confère en 351 le titre de césar et auquel il donne en mariage sa sœur Constantine. Constance II se dirige vers la Pannonie, bouscule les armées de Magnence, puis les bat en Italie en 352 et en Gaule en 353. Magnence, abandonné, se suicide et Constance II, comme naguère son père Constantin le Grand, peut prétendre incarner l'unité retrouvée de l'Empire romain. Mais sa tâche n'est pas achevée. Il doit encore contenir à l'est de la Gaule les Alamans et les Francs en 354. La même année, il fait arrêter Gallus qui a pris le pouvoir en Orient. Gallus est décapité. Pourtant, devant l'immensité de sa charge, Constance II, en 355, se résout à prendre à ses côtés Julien, demi-frère de Gallus. Celui-ci, âgé de vingt-quatre ans, est proclamé césar en présence des légions à Milan et il épouse Hélène, la plus jeune sœur de Constance II. Julien part pour son gouvernement des Gaules et défend avec succès les frontières de cette province. Puis il s'installe à Lutèce en 358 et renforce son armée sur la frontière rhénane. Constance II, jaloux et méfiant, rappelle en Orient Julien que ses légions, en signe de protestation, proclament auguste. Des négociations sont engagées et Julien part pour l'Orient avec son armée, non sans avoir sacrifié à Bellone et avoir fait acte de paganisme. La lutte semble inévitable, lorsque Constance II meurt des suites d'une fièvre à Mopsucrène en Cilicie, au pied du mont Taurus, le 3 novembre 361 ; l'armée se rallie alors entièrement à l'empereur Julien. Le règne de Constance II a été marqué par des événements importants dans le domaine politique, mais bien plus encore dans le domaine religieux. Constance II, adepte du christianisme, persécuteur des païens qui n'ont plus le droit de célébrer leur culte sous peine de mort, se trouve au centre de la querelle entre les chrétiens de stricte orthodoxie, partisans du concile de Nicée de 325, et les Ariens nombreux en Orient. Constance II soutient la cause de ces derniers, expulse même l'évêque Athanase d'Alexandrie, en 356 ; il convoque plusieurs conciles, dont l'un à Rimini en 359 et un autre à Constantinople en 360. Ces querelles religieuses divisent l'empire entre l'Orient et l'Occident et provoquent à la mort de Constance II une inévitable réaction du paganisme dont l'empereur Julien sera le zélateur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Autres références

«  CONSTANCE II (317-361) empereur romain (337-361)  » est également traité dans :

AMMIEN MARCELLIN (330 env.-env. 400)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 330 mots

Historien latin. Grec d'origine et sans doute né à Antioche dans la première moitié du iv e siècle, Ammien Marcellin sert dans une cohorte de cavalerie en Orient sous le règne de Constance II. Grâce à l'affection et à la protection du commandant de cette cohorte, Ursicinus, il devient l'un des gardes du corps de l'empereur, son « protecteur domestique ». Il suit Ursicinus pour mener une courte ca […] Lire la suite

CÉSAROPAPISME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Michel MESLIN
  •  • 5 398 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Empire chrétien de Constantin à Théodose (312-395) »  : […] Le conflit entre le totalitarisme du régime de la Tétrarchie et les chrétiens (304-312) fut de courte durée, bien que les persécutions, surtout en Orient, aient été violentes. Après une tolérance de fait, très vite, par la volonté de Constantin, une série de mesures accordèrent à l'Église chrétienne une situation privilégiée. L'empereur, seul maître du monde romain après sa victoire sur Licinius […] Lire la suite

HILAIRE DE POITIERS (315 env.-env. 367)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 846 mots

Dans le chapitre « Premiers combats théologiques »  : […] De la vie d'Hilaire, on ne connaît à peu près que les douze dernières années (355-367). Mais ce sont celles pendant lesquelles, sous la pression des circonstances extérieures, il a composé ses principales œuvres et joué un rôle de premier plan dans la controverse arienne qui agitait à cette époque l'Église et l'Empire romain d'Orient et d'Occident. Élu évêque de Poitiers aux environs de 350, Hilai […] Lire la suite

JULIEN L'APOSTAT, en bref

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 216 mots

Julien naquit à Constantinople vers 331. En 337, la mort de son oncle Constantin fut suivie du massacre d'une partie de la famille impériale. Julien fut exilé, avec son frère aîné, Gallus, en Asie Mineure. Placés sous étroite surveillance, ils reçurent une bonne éducation de la part de maîtres chrétiens et païens et furent baptisés. Le retour définitif en grâce survint lorsque Constance II associa […] Lire la suite

JULIEN L'APOSTAT

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 242 mots

Dans le chapitre « La jeunesse »  : […] Julien était le neveu de Constantin, le fils de son demi-frère. À la mort de l'empereur (337), ses trois fils firent massacrer tous les membres de cette branche de leur famille, à l'exception de Julien et de son frère Gallus, qui durent leur salut à leur jeunesse. Julien avait six ans et cette tuerie, qui eut lieu sous ses yeux, devait le marquer profondément. Il fut élevé loin de la cour de Const […] Lire la suite

MURSA BATAILLE DE (28 sept. 351)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 228 mots

Victoire de l'empereur romain Constance II sur l'usurpateur Magnence. Ce fut la bataille la plus sanglante du siècle : elle entraîna de telles pertes chez les deux adversaires que la force de l'Empire romain s'en trouva pour longtemps amoindrie. Ce fut aussi la première fois que la cavalerie lourde l'emporta sur des légionnaires romains. En 350, après avoir déposé l'empereur Constant I er dans l […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 5 460 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Constance, premier empereur byzantin, et Julien dit l'Apostat »  : […] À la mort de Constantin régnèrent ensemble, chacun dans une préfecture, ses trois fils. Dès 340 l'Empire était de nouveau partagé en deux, l'Occident sous Constant, l'Orient sous Constance. Constant fut victime, en 350, de l'usurpateur Magnence, éliminé lui-même en 353 par Constance, qui resta seul empereur. Il nomma deux Césars successivement, des cousins chargés de l'aider en sous-ordre, l'un e […] Lire la suite

VIE DE L'EMPEREUR JULIEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 370 mots

331-332 Naissance de Julien à Constantinople. Il est issu du remariage de Jules Constance, demi-frère de Constantin. 337 Constantin meurt le 22 mai : aucun des cinq césars associés au pouvoir n'ose s'imposer. Le 9 septembre, les fils de Constantin (Constantin II, Constance II et Constant I er ) font massacrer la branche de la famille issue de Constance I er Chlore et de Théodora, à l'exception […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « CONSTANCE II (317-361) - empereur romain (337-361) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/constance-ii/