CONSTANCE (CONCILE DE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sigismond, empereur germanique

Sigismond, empereur germanique
Crédits : AKG

photographie

Jean Hus

Jean Hus
Crédits : AKG

photographie


Seizième concile œcuménique de l'Église romaine, réuni en vue de mettre fin au Grand Schisme qui divisait l'Occident depuis la double élection pontificale de 1378 et qu'un concile tenu à Pise, en 1409, n'avait pu réduire, puisqu'il avait élu un troisième pape sans parvenir à faire abdiquer les deux autres. L'initiative du concile de Constance, qui assembla près de quatre cents prélats et abbés, entourés d'une foule de clercs et de laïcs, était revenue à l'empereur Sigismond. Le programme de l'assemblée comportait, outre l'extinction du schisme, la défense de la foi contre les idées de Wyclif et de Jean Hus, ainsi que la réforme de l'Église.

Sigismond, empereur germanique

Sigismond, empereur germanique

Photographie

Sigismond rendant justice. Élu empereur germanique en 1411, il exerça une influence déterminante sur le concile général de Constance réuni à son instigation en 1414. Enluminure tirée de la Chronique officielle de Berne de Diebold Schilling le Vieux, 1483. Bibliothèque de la bourgeoisie de... 

Crédits : AKG

Afficher

Pour atteindre son premier objectif, le concile dut surmonter l'opposition de Jean XXIII, successeur du pape élu à Pise, qui se considérait pour cette raison comme le seul pontife légitime. À l'appel de Pierre d'Ailly, de Jean Gerson et de quelques autres, l'assemblée proclama solennellement la théorie conciliaire, selon laquelle, dans l'Église, l'autorité souveraine appartient au concile œcuménique, qui la tient du Christ et auquel tous, même le pape, doivent obéir. Alors, comprenant que l'assemblée ne se rallierait pas à lui, Jean XXIII tenta d'intriguer ; puis il s'enfuit, mais il fut arrêté par la police de Sigismond, emprisonné et cité à comparaître pour rendre compte de certains de ses actes moralement répréhensibles. Il fut donc déposé. Des deux autres papes, Grégoire XII, celui de Rome, accepta d'abdiquer ; Benoît XIII s'y refusa, fut démis, perdit ses partisans et se réfugia jusqu'à sa mort dans l'île de Peñíscola. Après de longues discussions, le collège des cardinaux, auquel on avait adjoint six députés de chacune des cinq nations représentées au concile, élut le nouveau pape, Odon Col [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  CONSTANCE CONCILE DE (1414-1418)  » est également traité dans :

CONCILE DE CONSTANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Pour sortir de la crise une Église qui a trois papes, l'empereur allemand Sigismond impose au pape Jean XXIII de convoquer à Constance un concile qui s'ouvre le 5 novembre 1414. C'est le seizième concile général ou œcuménique. Le vote se fera par « nations », allemande, français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile-de-constance/

CONCILE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 669 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les conciles œcuméniques »  : […] Si étonnant que cela puisse paraître, il n'existe pas de liste officielle des conciles reconnus comme œcuméniques par l'Église catholique. Cette indétermination, qui laisse une certaine latitude d'interprétation concernant l'œuvre des conciles, a d'ailleurs sans aucun doute une signification œcuménique. Tel concile, purement oriental, comme celui de Constantinople (381), a été finalement reçu comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile/#i_18683

HUS JAN (1370 env.-1415)

  • Écrit par 
  • Michel LARAN
  •  • 1 540 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le réformateur »  : […] Originaire de la région de Prachatice, en Bohême méridionale, Jan Hus tient son nom de son village natal, Husinec. Étudiant pauvre à l'Université de Prague, il devient bachelier en théologie (1394), puis maître ès arts libéraux (1396). Ordonné prêtre en 1400, doyen de la Faculté de théologie de Prague l'année suivante, Jan Hus apparaît surtout comme le plus illustre représentant de ce courant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-hus/#i_18683

JEAN XXIII, BALDASSARE COSSA (1370 env.-1419) antipape (1410-1415)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 312 mots

Au temps du Grand Schisme, Baldassare Cossa, après avoir étudié à Bologne, fait carrière ecclésiastique dans l'obédience romaine ; on lui confie la légation de la Romagne (1403), puis celle de Bologne (1409). Le 26 juin 1409, le concile de Pise, après avoir déposé les deux papes rivaux, avait élu à leur place Alexandre V, créant ainsi une troisième obédience qui devient d'ailleurs immédiatement la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baldassare-jean-xxiii/#i_18683

SCHISME D'OCCIDENT (GRAND)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 1 039 mots
  •  • 1 média

C'est en 1378 que surgit dans l'histoire de l'Église ce qu'on appelle le Grand Schisme d'Occident, qui dura près de quarante ans et qui fut consécutif à une double élection pontificale. En 1377, en effet, le pape Grégoire XI avait quitté Avignon, où la papauté était établie depuis les années 1310, et s'était réinstallé à Rome. À sa mort, survenue l'année suivante, on pouvait croire qu'un Français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schisme-d-occident-grand/#i_18683

SIGISMOND (1368-1437) empereur germanique (1411-1437)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 622 mots
  •  • 2 médias

Fils de Charles IV, empereur germanique et roi de Bohême, et de sa troisième femme, Anne de Silésie. De l'héritage de son père, Sigismond reçoit à huit ans le margraviat de Brandebourg, mais, comme Charles IV l'a marié très jeune à l'une des deux filles du roi Louis de Hongrie, de la famille des princes d'Anjou, il devient, en 1387, roi de Hongrie et succède à son beau-père. Cultivé, parlant plusi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigismond/#i_18683

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La crise hussite et ses conséquences »  : […] Les tensions entre le patriciat urbain, alors majoritairement allemand, et les autres couches urbaines tchèques, une crise à l'université entre maîtres tchèques et maîtres allemands, les ambitions de la haute noblesse, et surtout le désir d'une réforme de l'Église et de la vie chrétienne, prêché en public dès le milieu du xiv e  siècle par des pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_18683

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « CONSTANCE (CONCILE DE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/constance-concile-de/