Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONSTANCE (CONCILE DE)

Sigismond, empereur germanique

Sigismond, empereur germanique

Seizième concile œcuménique de l'Église romaine, réuni en vue de mettre fin au Grand Schisme qui divisait l'Occident depuis la double élection pontificale de 1378 et qu'un concile tenu à Pise, en 1409, n'avait pu réduire, puisqu'il avait élu un troisième pape sans parvenir à faire abdiquer les deux autres. L'initiative du concile de Constance, qui assembla près de quatre cents prélats et abbés, entourés d'une foule de clercs et de laïcs, était revenue à l'empereur Sigismond. Le programme de l'assemblée comportait, outre l'extinction du schisme, la défense de la foi contre les idées de Wyclif et de Jean Hus, ainsi que la réforme de l'Église.

Pour atteindre son premier objectif, le concile dut surmonter l'opposition de Jean XXIII, successeur du pape élu à Pise, qui se considérait pour cette raison comme le seul pontife légitime. À l'appel de Pierre d'Ailly, de Jean Gerson et de quelques autres, l'assemblée proclama solennellement la théorie conciliaire, selon laquelle, dans l'Église, l'autorité souveraine appartient au concile œcuménique, qui la tient du Christ et auquel tous, même le pape, doivent obéir. Alors, comprenant que l'assemblée ne se rallierait pas à lui, Jean XXIII tenta d'intriguer ; puis il s'enfuit, mais il fut arrêté par la police de Sigismond, emprisonné et cité à comparaître pour rendre compte de certains de ses actes moralement répréhensibles. Il fut donc déposé. Des deux autres papes, Grégoire XII, celui de Rome, accepta d'abdiquer ; Benoît XIII s'y refusa, fut démis, perdit ses partisans et se réfugia jusqu'à sa mort dans l'île de Peñíscola. Après de longues discussions, le collège des cardinaux, auquel on avait adjoint six députés de chacune des cinq nations représentées au concile, élut le nouveau pape, Odon Colonna, qui prit le nom de Martin V.

Jean Hus

Jean Hus

Le concile ne s'acquitta pas aussi heureusement de ses deux autres tâches. Il se borna, en effet, à condamner comme hérétiques les thèses de Wyclif et à juger Jean Hus. Ce dernier, qui avait fait appel à la juridiction du concile pour être entendu, fut mis en accusation, sommé de rétracter ses erreurs et, à la suite de son refus, condamné à mort et exécuté (juill. 1415). Quant à la réforme projetée, malgré de longs débats et de brillants discours, les « décrets réformateurs généraux » promulgués en 1417 et en 1418 ne contenaient à son sujet aucune mesure appropriée. L'un d'eux (décret Frequens) exigeait cependant de réunir des conciles œcuméniques régulièrement, le premier en 1423, le deuxième en 1430, puis tous les dix ans. Cette décision allait provoquer des difficultés dans les années suivantes, notamment avec les péripéties du concile de Bâle (1431-1449).

— Marcel PACAUT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sigismond, empereur germanique

Sigismond, empereur germanique

Jean Hus

Jean Hus

Autres références

  • CONCILE

    • Écrit par Bernard DUPUY
    • 5 666 mots
    • 2 médias
    Constance (1414), convoqué pour mettre fin au Grand Schisme. En quarante-cinq sessions, du 5 novembre 1414 au 22 avril 1418, les Pères acceptèrent la démission du pape romain Grégoire XII, déposèrent le pape conciliaire Jean XXIII et le pape d'Avignon Benoît XIII, et ordonnèrent que le conclave élise...
  • HUS JAN (1370 env.-1415)

    • Écrit par Michel LARAN
    • 1 543 mots
    • 2 médias
    ...Bohême méridionale, à Kozí Hrádek, où il prêche dans les campagnes et écrit des traités de théologie (De Ecclesia, 1413). En 1414, il est cité devant le concile de Constance. Muni d'un sauf-conduit (glejt) de l'empereur Sigismond, il repousse les conseils de prudence et se met en route, logique...
  • JEAN XXIII, BALDASSARE COSSA (1370 env.-1419) antipape (1410-1415)

    • Écrit par André DUVAL
    • 314 mots

    Au temps du Grand Schisme, Baldassare Cossa, après avoir étudié à Bologne, fait carrière ecclésiastique dans l'obédience romaine ; on lui confie la légation de la Romagne (1403), puis celle de Bologne (1409). Le 26 juin 1409, le concile de Pise, après avoir déposé les deux papes rivaux,...

  • SCHISME D'OCCIDENT (GRAND)

    • Écrit par Marcel PACAUT
    • 1 044 mots
    • 1 média

    C'est en 1378 que surgit dans l'histoire de l'Église ce qu'on appelle le Grand Schisme d'Occident, qui dura près de quarante ans et qui fut consécutif à une double élection pontificale. En 1377, en effet, le pape Grégoire XI avait quitté Avignon, où la papauté...

Voir aussi