Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONSOMMATION Droit de la consommation

Selon une acception commune, le droit de la consommation désigne l'ensemble des normes, règles et instruments visant à assurer la protection et à accroître le rôle du citoyen dans tous les actes où il exerce sa faculté d'acquérir et de consommer des biens. La prise de conscience, dans le monde développé, de la nécessité de protéger les consommateurs contre la puissance de leurs partenaires économiques est à l'origine de sa création.

Naissance du droit de la consommation

L'idée selon laquelle il faut protéger l'acheteur est ancienne. En France notamment, la loi du 1er août 1905 sur les fraudes et falsifications en matière de produits et de services, et ses multiples textes d'application, sanctionnent depuis le début du xxe siècle les fraudes dans les ventes de marchandises. C'est cependant l'évolution économique intervenue au cours du xxe siècle et l'avènement de la société de consommation après la Seconde Guerre mondiale qui, en bouleversant les rapports de force entre consommateurs et professionnels à l'avantage de ces derniers, a fait émerger le droit de la consommation.

La révolution industrielle, en permettant le développement d'un nouveau mode de production caractérisé par la fabrication mécanisée d'objets en grande série, a également favorisé l'augmentation du niveau de vie par l'abaissement des coûts de production. Les distributeurs ont créé de nouvelles méthodes de vente (grande surface, libre-service, vente par correspondance, promotion, publicité et marketing) associées au crédit. Cette production et cette distribution de masse présentaient cependant des aspects négatifs : excès de publicité, produits dangereux, ventes agressives, tromperie sur les prix et caractéristiques des produits et services.

C'est alors que se développe, dès le début des années 1960 aux États-Unis, un courant d'idées dénonçant les déséquilibres générés par le développement de la société de consommation de masse, une critique qui s'inscrit dans le cadre d'une contestation plus large, celle de la société capitaliste et de l'économie de marché. Dans son discours sur l'état de l'Union de 1962, le président John Kennedy constate à son tour que l'établissement d'une législation est nécessaire pour assurer aux consommateurs l'exercice de leurs droits à la sécurité, à être informés et à choisir. Quelques années plus tard, l'action menée par Ralph Nader, alors juriste et expert en politique publique, notamment contre General Motors, accentuait cette prise de conscience et conduisait au regroupement des consommateurs dans le but de défendre leurs intérêts contre les abus de puissance économique.

C'est à partir des années 1970 que les pays d'Europe occidentale voient à leur tour se regrouper les consommateurs au sein d'associations et se développer sous leur impulsion les règles protectrices de la consommation. Ce mouvement visait à informer et à éduquer le consommateur. Il a permis la prise en compte par les pouvoirs publics et par les magistrats des intérêts de cette catégorie particulière d'individus. C'est ainsi que, dans la plupart des pays occidentaux, les pouvoirs publics ont créé des règles visant à protéger les intérêts de ces consommateurs. Ce mouvement n'a eu de cesse de prospérer tout au long des dernières années pour connaître récemment un nouveau tournant en faveur d'une consommation « éthique », « équitable » ou « responsable ». Les consommateurs veulent consommer des biens respectueux de l’environnement et/ou de l’équité sociale. Ils attachent désormais de l’importance aux origines de la fabrication, au type d’emballage, à la pollution générée lors de la fabrication, etc. La question de la juste rétribution des travailleurs et des[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : secrétaire générale adjointe, directrice juridique du Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables

Classification

Pour citer cet article

Gaëlle PATETTA. CONSOMMATION - Droit de la consommation [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACHAT POUVOIR D'

    • Écrit par Stéfan LOLLIVIER
    • 5 643 mots
    • 2 médias
    La mesure du pouvoir d'achat fait intervenir les ressources, objet de la discussion précédente, mais également au dénominateur les prix des dépenses de consommation. L'outil de référence pour mesurer l'augmentation de ceux-ci est l'indice des prix à la consommation (I.P.C.). Depuis le début des années...
  • ACIER - Économie

    • Écrit par Franco MANNATO
    • 10 178 mots
    Laconsommation d'acier recouvre différentes notions plus ou moins aisées à traduire en chiffres. La consommation apparente d'acier est la somme de la production d'acier et des échanges nets d'acier (importations moins exportations). Les données exploitables sont, pour la production, les volumes de production...
  • LES ANNÉES POP 1956-1968 (exposition)

    • Écrit par Hervé VANEL
    • 1 144 mots

    En 1962, la Boutique de Ben ou The Store de Claes Oldenburg troublaient à leur manière la mince frontière qui séparait encore galerie et commerce, commerçant et artiste et, finalement, objet d'art et produit de consommation. Depuis lors, ce nouvel évangile de la consommation de masse s'est propagé...

  • ART (Aspects esthétiques) - Le beau

    • Écrit par Yves MICHAUD
    • 5 576 mots
    • 6 médias
    ...monde de l'art, mais bien, comme c'était le cas dans l'Antiquité et au Moyen Âge, de prendre en compte le monde tel qu'il est aujourd'hui produit, perçu et consommé. C'est affaire ici tout à la fois de culture, de technologie et d'économie. Avançons que ce monde est façonné par une technologie, une économie...
  • Afficher les 60 références

Voir aussi