CONFESSIONNALISME

Les contestations du principe confessionnel

Plusieurs facteurs ont peu à peu ébranlé l'autorité du principe confessionnel et progressivement aboli les inégalités qui en étaient la conséquence.

Le pluralisme confessionnel

La discrimination entre nationaux d'un même pays à raison de leur confession est en effet le corollaire ordinaire et logique de la confessionnalité de l'État. Encore faut-il qu'il ait déjà pris son parti d'une certaine diversité confessionnelle. Cette seule acceptation postule une longue et douloureuse évolution. Si la Réforme et les guerres de Religion avaient imposé l'acceptation du pluralisme confessionnel – et la rupture de la chrétienté – dans l'ordre international, il n'en allait pas de même à l'intérieur des États.

L'édit de Nantes (1598), qui entérinait l'existence d'une minorité réformée dans le royaume de France, fut une des premières brèches ouvertes dans le dogme de l'unité de foi indispensable, mais c'était une exception et l'esprit du temps l'admettait plutôt comme une concession à la nécessité que comme une conquête de la liberté de conscience. Concession dont l'édit de Fontainebleau qui le révoquait (1685) manifesta le caractère précaire. Néanmoins, à mesure que la persécution eut fait la preuve de son impuissance à restaurer l'unité religieuse, plusieurs pays acceptèrent de faire l'expérience de la tolérance de fait : les Provinces-Unies, la Grande-Bretagne. Mais nulle part cette tolérance ne signifia la fin du confessionnalisme, elle ne portait pas atteinte à la suprématie de la confession reconnue comme vraie. Les autres étaient assujetties à des régimes restrictifs et leurs adeptes ne jouissaient pas de la plénitude des droits politiques, voire civils : tel était le cas des fidèles de la religion dite prétendue réformée (R.P.R.) dans le royaume de France après la suspension de la persécution et avant 1787, ou bien celui des sujets catholiques de Sa Majesté britannique avant leur émancipation (1829). Au surplus, cette tolérance e[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  CONFESSIONNALISME  » est également traité dans :

DÉCHRISTIANISATION

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 4 185 mots

Dans le chapitre « Déconfessionnalisation »  : […] Or la question de l'État chrétien a fait couler beaucoup d'encre (Marx, Engels, etc.). À cette question de l'État chrétien est venue s'ajouter ultérieurement celle des organisations chrétiennes : partis, syndicats, coopératives, œuvres sociales et culturelles. La déchristianisation, en ces domaines, signifie l'abandon de l'appartenance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dechristianisation/#i_23642

ÉRASTIANISME

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 206 mots

Doctrine de la suprématie absolue de l'État en matière ecclésiastique, l'érastianisme se rattache aux positions du Suisse Thomas Erastos, de son vrai nom Thomas Lieber (1524-1583). Né à Baden, professeur de médecine à Heidelberg, celui-ci est amené à s'opposer à l'Anglais George Wither, porte-parole des calvinistes qui veulent imposer leur Credo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erastianisme/#i_23642

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 707 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La deuxième victoire socialiste »  : […] du gouvernement socialiste n'est pas seule à faire l'objet de critiques, sur sa gauche. À droite, l'électorat catholique et l'Église n'apprécient pas certaines de ses réformes juridiques. Dès le 6 octobre 1983, Felipe Gonzalez fait approuver par le Congrès une loi sur l'avortement que l'épiscopat prend comme une agression. Surtout, il remet en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-le-retour-a-la-democratie/#i_23642

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 589 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tendance internationale »  : […] À ce modèle séculier – France, États-Unis – on oppose volontiers les États confessionnels. L'expression est redoutablement ambiguë : elle renvoie, sans préciser, aussi bien à des États qui reconnaissent qu'à des États qui imposent l'autorité d'une religion à l'exclusion de toute autre. Aujourd'hui, dans le domaine chrétien, on peut dire qu'il n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_23642

RELIGION - Religion et État

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 8 430 mots

Dans le chapitre « États confessionnels »  : […] Historiquement, pendant fort longtemps, jusqu'à la fin du xviiie siècle environ, tous les États ont été confessionnels. Si l'on s'en tient aux grandes religions monothéistes à vocation universaliste (le judaïsme, le christianisme, l'islam), on constate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-religion-et-etat/#i_23642

Voir aussi

Pour citer l’article

René RÉMOND, « CONFESSIONNALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confessionnalisme/