CONFESSIONNALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les contestations du principe confessionnel

Plusieurs facteurs ont peu à peu ébranlé l'autorité du principe confessionnel et progressivement aboli les inégalités qui en étaient la conséquence.

Le pluralisme confessionnel

La discrimination entre nationaux d'un même pays à raison de leur confession est en effet le corollaire ordinaire et logique de la confessionnalité de l'État. Encore faut-il qu'il ait déjà pris son parti d'une certaine diversité confessionnelle. Cette seule acceptation postule une longue et douloureuse évolution. Si la Réforme et les guerres de Religion avaient imposé l'acceptation du pluralisme confessionnel – et la rupture de la chrétienté – dans l'ordre international, il n'en allait pas de même à l'intérieur des États.

L'édit de Nantes (1598), qui entérinait l'existence d'une minorité réformée dans le royaume de France, fut une des premières brèches ouvertes dans le dogme de l'unité de foi indispensable, mais c'était une exception et l'esprit du temps l'admettait plutôt comme une concession à la nécessité que comme une conquête de la liberté de conscience. Concession dont l'édit de Fontainebleau qui le révoquait (1685) manifesta le caractère précaire. Néanmoins, à mesure que la persécution eut fait la preuve de son impuissance à restaurer l'unité religieuse, plusieurs pays acceptèrent de faire l'expérience de la tolérance de fait : les Provinces-Unies, la Grande-Bretagne. Mais nulle part cette tolérance ne signifia la fin du confessionnalisme, elle ne portait pas atteinte à la suprématie de la confession reconnue comme vraie. Les autres étaient assujetties à des régimes restrictifs et leurs adeptes ne jouissaient pas de la plénitude des droits politiques, voire civils : tel était le cas des fidèles de la religion dite prétendue réformée (R.P.R.) dans le royaume de France après la suspension de la persécution et avant 1787, ou bien celui des sujets catholiques de Sa Majesté britannique avant leur émancipation (1829). Au surplus, cette tolérance excluait presque partout ceux qui ne professaient aucune religion : même dans une société acquise aussi précocement que la société américaine au principe de la liberté de conscience en matière de religion et où la séparation des Églises et de la société civile favorisa la multiplication des confessions, l'accusation d'athéisme demeura pendant longtemps redoutable, infamante même.

L'esprit de liberté

Le second facteur déterminant, après le pluralisme confessionnel, fut l'esprit de liberté. Ce que le réalisme des gouvernants tolérait, faute de pouvoir l'interdire, la raison philosophique le revendiqua comme un droit indépendant des circonstances, antérieur et supérieur à la société, parce que lié à la personne : l'homme était libre de croire ou de ne pas croire et de professer seulement ce que son intelligence lui représentait comme vrai. Cette revendication fondamentale, conforme à l'inspiration libérale du mouvement philosophique des temps modernes, impliquait à terme la disparition du confessionnalisme. Pour être effective, la liberté de croire interdit aux Églises d'exercer quelque pression que ce soit sur les esprits et à l'État, dans ses relations avec les individus, de faire acception de leurs croyances : il est tenu de les traiter sur un pied d'égalité. De plus en plus clairement, la confessionnalité, telle que l'avaient conçue et pratiquée les sociétés d'Ancien Régime, ne semblait pas seulement contraire à la liberté des personnes, mais il apparaissait qu'elle allait à l'encontre d'une distinction essentielle entre l'ordre de la conscience individuelle et celui de la chose publique : ce n'est pas à l'État de définir la vérité. À la confessionnalité s'opposa désormais la laïcité.

Confessionnalisme et déconfessionnalisation

L'histoire des sociétés occidentales depuis un siècle et demi fut pour une part celle de leur déconfessionnalisation. Celle-ci emprunta des voies et des formes différentes selon la religion dominante et les traditions nationales. Le processus fut inégalement rapide ; il s'accomplit ici presque sans conflit et provoqua ailleurs de durables déchirements. Mais le mouvement s'opéra partout dans le même sens, effaçant les traces de discrimination confessionnelle, « désétablissant » les Églises officielles ou au moins réduisant leurs privilèges, accordant à toutes les confessions le droit d'exister et de pr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Autres références

«  CONFESSIONNALISME  » est également traité dans :

DÉCHRISTIANISATION

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 4 185 mots

Dans le chapitre « Déconfessionnalisation »  : […] Lucien Febvre a décrit dans son Rabelais les rites et les rythmes d'un État chrétien. Or la question de l'État chrétien a fait couler beaucoup d'encre (Marx, Engels, etc.). À cette question de l'État chrétien est venue s'ajouter ultérieurement celle des organisations chrétiennes : partis, syndicats, coopératives, œuvres sociales et culturelles. La déchristianisation, en ces domaines, signifie l' […] Lire la suite

ÉRASTIANISME

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 206 mots

Doctrine de la suprématie absolue de l'État en matière ecclésiastique, l'érastianisme se rattache aux positions du Suisse Thomas Erastos, de son vrai nom Thomas Lieber (1524-1583). Né à Baden, professeur de médecine à Heidelberg, celui-ci est amené à s'opposer à l'Anglais George Wither, porte-parole des calvinistes qui veulent imposer leur Credo dans le Palatinat indépendamment de l'autorité civil […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La deuxième victoire socialiste »  : […] Ce triomphe difficile s'inscrit cependant dans un contexte où la politique économique du gouvernement socialiste n'est pas seule à faire l'objet de critiques, sur sa gauche. À droite, l'électorat catholique et l' Église n'apprécient pas certaines de ses réformes juridiques. Dès le 6 octobre 1983, Felipe Gonzalez fait approuver par le Congrès une loi sur l'avortement que l'épiscopat prend comme une […] Lire la suite

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 590 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tendance internationale »  : […] L'histoire de la laïcité en France présente une originalité certaine, au point de n'être, selon certains auteurs, que « l'exception française ». Cette exception, réelle, n'est pourtant que relative. Le premier piège est ici la langue : « laïque », « laïcité » sont intraduisibles hors des langues latines. En anglais, secular (par opposition à lay ) apparaît comme une catégorie plus générale. Ainsi […] Lire la suite

RELIGION - Religion et État

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 8 429 mots

Dans le chapitre « États confessionnels »  : […] Historiquement, pendant fort longtemps, jusqu'à la fin du xviii e  siècle environ, tous les États ont été confessionnels. Si l'on s'en tient aux grandes religions monothéistes à vocation universaliste (le judaïsme, le christianisme, l'islam), on constate ceci : le judaïsme de l'Ancien Testament ne connaît pas la distinction du spirituel et du temporel, les autorités religieuses ne sont pas nettem […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-31 août 2020 Liban. Explosion dévastatrice et meurtrière dans le port de Beyrouth.

Rencontrant les autorités politiques, les chefs des factions communautaires et des représentants de la société civile, il préconise l’établissement d’un « nouveau pacte politique », dénonçant les dérives du confessionnalisme et la « corruption organisée ». Le 7, le président Michel Aoun et son allié le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah refusent l’ouverture d’une enquête internationale sur le drame, prônée la veille par le président français. […] Lire la suite

13-28 janvier 1986 Liban – Syrie. Victoire des adversaires de l'accord intermilices au sein des milices chrétiennes

Ses demandes de modification portent principalement sur l'abolition du confessionnalisme politique et la réduction des prérogatives du président de la République. Le 15, de nouveaux affrontements ont lieu au sein du camp chrétien, cette fois à l'initiative de Samir Geagea, chef d'état-major des Forces libanaises, hostile à l'accord du 28 décembre, qui réussit à l'emporter et à contraindre Élie Hobeika à l'exil. […] Lire la suite

28 décembre 1985 Liban – Syrie. Conclusion d'un accord intermilices à Damas

Cet accord, en négociation depuis le mois de septembre sous l'égide de la Syrie, prévoit la fin de l'état de guerre dans un délai d'un an et définit dans le détail de nouvelles structures institutionnelles pour le Liban : dans une période transitoire, le système confessionnel devrait être rééquilibré au bénéfice des musulmans, pour aboutir, en 1999, à l'abolition complète du confessionnalisme politique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

René RÉMOND, « CONFESSIONNALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/confessionnalisme/