Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NANTES ÉDIT DE (1598)

Promulgué par Henri IV (1589-1610), converti depuis peu au catholicisme (1593), l'édit de Nantes accorde la liberté de culte aux protestants français. Il organise pour un siècle la coexistence forcée entre catholiques et réformés, après trente-six ans de guerre civile qui ont ruiné le royaume de France et fait vaciller la monarchie et l'État. Par les articles généraux, les protestants obtiennent la liberté de conscience, l'accès égal aux charges publiques et, surtout, la liberté de culte, avec restrictions locales. Par les articles secrets et les brevets, Henri IV les autorise également à tenir des assemblées politiques et leur accorde des garanties militaires (places de sûreté), qui en font un « État dans l'État », privilèges exorbitants aux yeux des absolutistes, tel Richelieu qui s'empressera de les supprimer (1629). Cette acceptation de la division religieuse, alors exceptionnelle en Europe, ne signifie pas égalité : les réformés doivent se plier à la dîme et aux fêtes du catholicisme, dont le culte est partout rétabli. En outre, le préambule de l'édit rappelle le projet monarchique d'unité religieuse, temporairement mis en sommeil, mais que Louis XIV réveillera.

— Vincent GOURDON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • RÉVOCATION DE L'ÉDIT DE NANTES (1685)

    • Écrit par Louis TRENARD
    • 1 008 mots

    L'édit de Nantes (1598) avait établi, pour la première fois dans un grand État européen, la tolérance religieuse. L'édit de grâce d'Alès (1629) retirait aux protestants leurs garanties politiques ; ils demeurèrent cependant loyaux durant la Fronde. Louis XIV considéra...

  • CÉVENOL PROPHÉTISME

    • Écrit par Bernard ROUSSEL
    • 1 009 mots

    Déjà avant la révocation de l'édit de Nantes (oct. 1685) et aussi par la suite, après la mort des principaux chefs camisards en 1704, mais surtout au cours de ces vingt années d'intervalle, des inspirés, prophètes et prophétesses, apparaissent dans le sud-est de la France, au sein d'un...

  • FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

    • Écrit par Yves DURAND
    • 12 902 mots
    • 7 médias
    L'édit de Nantes (1598) assure aux protestants des avantages considérables dans le royaume : places de sûreté, droit de réunion, droit de représentation auprès du souverain. Mais le royaume tout entier est constitué de corps et de compagnies possédant également des privilèges qui, sans atteindre ceux...
  • GUERRES DE RELIGION EN FRANCE, en bref

    • Écrit par Vincent GOURDON
    • 220 mots
    • 1 média

    L'essor du calvinisme durant le règne de Henri II aboutit à une crise pour la monarchie, dès lors qu'une large part de la noblesse rejoint le camp réformé et que la politique d'apaisement et de compromis religieux menée par la reine mère Catherine de Médicis et le chancelier...

  • LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

    • Écrit par Victor-Lucien TAPIÉ
    • 10 435 mots
    • 10 médias
    ...ils jugeaient licite, sinon nécessaire, le secours du bras séculier. En 1685, persuadé qu'il ne restait plus que des opiniâtres, Louis XIV révoqua l' édit de Nantes et interdit le culte réformé dans le royaume. Peut-être, par cette mesure retentissante, pensait-il atténuer les mérites qui revenaient...

Voir aussi