CONFESSIONNALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondement et justifications

Si le confessionnalisme a représenté pendant des siècles, pour de bons esprits comme pour le plus grand nombre, l'expression naturelle et légitime des rapports entre l'État et la religion, entre l'ordre social et la conscience individuelle, c'est qu'il est de nature à satisfaire à la fois le théologien préoccupé du salut personnel des âmes et l'homme d'État soucieux de la cohésion du groupe dont il dirige le destin collectif. Pour le croyant, le problème est simple et sa solution évidente : assuré de détenir la vérité, comment ne brûlerait-il pas de la défendre et de la communiquer ? La vérité a des droits sur les esprits et l'État a des devoirs à son endroit, notamment celui de prévenir la propagation de l'erreur. Pratiquer à l'égard des croyances religieuses la liberté d'indifférence, ce serait faire profession d'athéisme. Quant aux politiques, ils ne concevaient pas qu'une société puisse se constituer et tenir assemblée sans se référer à un ensemble de normes communes trouvant elles-mêmes leur fondement et leur justification ontologique et psychologique dans une foi transcendante, de préférence révélée, donc une religion. Au nom de quelles valeurs exiger des individus qu'ils respectent les contraintes sociales, observent les lois, leur sacrifient leurs intérêts, éventuellement leur existence ? Faute d'une justice divine, comment fonder la justice des hommes ?

La conviction que la diversité des confessions détruirait l'unité du groupe parce que celui-ci a besoin d'une religion nationale – qui peut du reste être une des grandes religions universelles identifiées par l'histoire aux traditions nationales – est si générale et si forte que le premier mouvement des régimes qui, au xviiie comme au xvie siècle, rompent avec la religion des ancêtres fut de lui substituer une autre religion. Personne ne croyait possible de fonder valablement un avenir collectif sur ce qu'on appellera plus tard la laïcité de l'État. Ainsi, en 1789-1790, les Constituants, qui hésitaient à accorder la liberté religieuse à l'individu, entreprirent-ils d'abord de révolutionner le catholicisme pour le mettre en harmonie avec la société révolutionnée. L'entreprise ayant échoué à la suite de la condamnation de Rome, les révolutionnaires s'engagèrent dans une série de tentatives infructueuses pour reconstituer une société confessionnelle. Cette façon de penser est si loin d'être périmée qu'elle inspire encore toutes les sociétés qui reconnaissent une idéologie officielle. Partout où le pouvoir professe un dogme et impose l'enseignement d'une idéologie d'État, nous retrouvons, compte tenu de ce qui sépare religion et idéologie, les traits constitutifs de l'État confessionnel : confusion entre les ordres, subordination de la politique aux normes définies par une doctrine, obligation faite aux individus d'adopter la croyance que l'autorité déclare vraie. Par rapport au confessionnalisme d'Ancien Régime, le cas de l'Union soviétique et de ses satellites présentait cette originalité que les politiques et les idéologues étaient les mêmes : aussi les dirigeants y obéissaient-ils simultanément aux préoccupations des hommes d'État et aux déterminations des théologiens.

Ainsi fondée sur deux systèmes parallèles de justification et conforme, à la fois, à l'idée que les religions se font de leur rôle et de leur place, et aux exigences de la raison d'État, on conçoit que la confessionnalité ait été la formule la plus commune des relations entre société politique et Églises.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Autres références

«  CONFESSIONNALISME  » est également traité dans :

DÉCHRISTIANISATION

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 4 185 mots

Dans le chapitre « Déconfessionnalisation »  : […] Lucien Febvre a décrit dans son Rabelais les rites et les rythmes d'un État chrétien. Or la question de l'État chrétien a fait couler beaucoup d'encre (Marx, Engels, etc.). À cette question de l'État chrétien est venue s'ajouter ultérieurement celle des organisations chrétiennes : partis, syndicats, coopératives, œuvres sociales et culturelles. La déchristianisation, en ces domaines, signifie l' […] Lire la suite

ÉRASTIANISME

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 206 mots

Doctrine de la suprématie absolue de l'État en matière ecclésiastique, l'érastianisme se rattache aux positions du Suisse Thomas Erastos, de son vrai nom Thomas Lieber (1524-1583). Né à Baden, professeur de médecine à Heidelberg, celui-ci est amené à s'opposer à l'Anglais George Wither, porte-parole des calvinistes qui veulent imposer leur Credo dans le Palatinat indépendamment de l'autorité civil […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La deuxième victoire socialiste »  : […] Ce triomphe difficile s'inscrit cependant dans un contexte où la politique économique du gouvernement socialiste n'est pas seule à faire l'objet de critiques, sur sa gauche. À droite, l'électorat catholique et l' Église n'apprécient pas certaines de ses réformes juridiques. Dès le 6 octobre 1983, Felipe Gonzalez fait approuver par le Congrès une loi sur l'avortement que l'épiscopat prend comme une […] Lire la suite

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 590 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tendance internationale »  : […] L'histoire de la laïcité en France présente une originalité certaine, au point de n'être, selon certains auteurs, que « l'exception française ». Cette exception, réelle, n'est pourtant que relative. Le premier piège est ici la langue : « laïque », « laïcité » sont intraduisibles hors des langues latines. En anglais, secular (par opposition à lay ) apparaît comme une catégorie plus générale. Ainsi […] Lire la suite

RELIGION - Religion et État

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 8 429 mots

Dans le chapitre « États confessionnels »  : […] Historiquement, pendant fort longtemps, jusqu'à la fin du xviii e  siècle environ, tous les États ont été confessionnels. Si l'on s'en tient aux grandes religions monothéistes à vocation universaliste (le judaïsme, le christianisme, l'islam), on constate ceci : le judaïsme de l'Ancien Testament ne connaît pas la distinction du spirituel et du temporel, les autorités religieuses ne sont pas nettem […] Lire la suite

Les derniers événements

4-31 août 2020 Liban. Explosion dévastatrice et meurtrière dans le port de Beyrouth.

confessionnalisme et la « corruption organisée ». Le 7, le président Michel Aoun et son allié le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah refusent l’ouverture d’une enquête internationale sur le drame, prônée la veille par le président français. Une enquête sera confiée au commissaire du gouvernement auprès du tribunal militaire. Le 8, Hassan Diab évoque […] Lire la suite

13-28 janvier 1986 Liban – Syrie. Victoire des adversaires de l'accord intermilices au sein des milices chrétiennes

confessionnalisme politique et la réduction des prérogatives du président de la République. Le 15, de nouveaux affrontements ont lieu au sein du camp chrétien, cette fois à l'initiative de Samir Geagea, chef d'état-major des Forces libanaises, hostile à l'accord du 28 décembre, qui réussit à l'emporter et à contraindre Élie Hobeika à l'exil. Les combats […] Lire la suite

28 décembre 1985 Liban – Syrie. Conclusion d'un accord intermilices à Damas

confessionnalisme politique. D'autre part, des relations très privilégiées seraient établies avec la Syrie, en particulier pour ce qui concerne la politique extérieure, les affaires militaires, l'économie, la sécurité, l'enseignement et l'information. Mais cet accord ne suscite pas l'unanimité : du côté musulman, les sunnites regrettent de ne pas avoir […] Lire la suite

Pour citer l’article

René RÉMOND, « CONFESSIONNALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/confessionnalisme/