CONDÉ LOUIS II DE BOURBON prince de, dit LE GRAND CONDÉ (1621-1686)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de Henri II de Bourbon, frère de la duchesse de Longueville et du prince de Conti, arrière-petit-fils du célèbre Louis Ier de Bourbon, tué à la bataille de Jarnac en 1569, le prince de Condé fait d'excellentes études chez les jésuites de Bourges ; il épouse, en 1641, l'une des nièces de Richelieu. Très jeune, il devient la gloire de l'armée française. C'est le type du prince du sang du xviie siècle, partagé entre le service du roi et les velléités d'indépendance de la haute aristocratie. Tout jeune, il devient le héros de Rocroi le 19 mai 1643, date décisive, qui met fin à l'invincibilité des tercios espagnols, victoire sanctionnée par la prise de Thionville. Ayant rejoint en 1644 Turenne en Allemagne, Condé bat Mercy à Fribourg, s'empare de Landau et de Mayence, remporte, le 3 août 1644, la victoire de Nördlingen. En 1645, c'est la prise de Dunkerque. S'il échoue devant Lérida en Espagne en 1647, il bat, l'année suivante, l'archiduc Léopold à Lens — victoire qui hâte la conclusion du traité de Westphalie. Dans la seconde période de sa vie, il est, un court moment, du parti de la Cour. Mais irascible et hautain, tranchant et susceptible, il lasse vite toutes les bonnes volontés. Il estime ses services trop peu récompensés par Mazarin. Celui-ci le fait enfermer à Vincennes en 1650, puis, devant la protestation générale, il le fait relâcher en 1651. Condé prend alors la tête de la Fronde des princes. La Grande Mademoiselle, lui ouvrant les portes de Paris, le sauve lors de la journée du faubourg Saint-Antoine. Maître de la capitale, il indispose vite le Parlement et ses autres alliés, s'allie finalement à l'Espagne, qui en fait l'un de ses chefs d'armée. Mais il échoue devant Arras, et perd, en 1658, la bataille des Dunes. En 1659, l'Espagne impose son pardon et son rétablissement dans ses dignités, au traité des Pyrénées. La guerre de Dévolution lui fait reprendre du service. Durant la guerre de Hollande, après la deuxième conquête de la Franche-Comté et la victoire de Seneff, en 1674, il arrête l'invasion en Alsace après la mort de Turenne à Salzbach, fait lever le siège de Haguenau et de Saverne, force Montecucolli à la retraite. Accablé de goutte, il se retire à Chantilly ; il mène une vie désormais dévote ; mécène éclairé, il protège Bossuet, qui prononcera son oraison funèbre, Boileau, Racine, Molière, La Bruyère et il s'entoure d'une petite cour de poètes et d'écrivains.

Mansart et Le Nôtre modernisent et embellissent son château, transformé aujourd'hui en musée Condé. Face à l'évolution technique qui avait transformé l'ancien ost féodal en une armée de métier essentiellement formée de mercenaires et commandée par de véritables entrepreneurs de guerre, le choix d'un Condé, parent du roi, témoigne de la volonté royale de confier l'armée à des généraux sûrs. L'homme, cependant, représentant type du noble « cornélien », est à la fois lié à l'ancien temps de l'aristocratie indépendante et aux temps nouveaux d'une aristocratie de courtisans ; position difficile qui explique ses incartades et son impulsivité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification

Autres références

«  CONDÉ LOUIS II DE BOURBON prince de, dit LE GRAND CONDÉ (1621-1686)  » est également traité dans :

BOURBONS

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 6 452 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une famille nombreuse »  : […] Au xvii e  siècle, la famille royale se compose surtout des reines Marie de Médicis (1573-1642) et Anne d'Autriche (1601-1666), la première malhabile pendant la minorité de Louix XIII à défendre les droits du roi, la seconde, comme la première, au cœur de tous les complots du vivant de Louis XIII et de Richelieu, mais contribuant avec Mazarin, pendant la Fronde et au-delà, à l'affermissement de […] Lire la suite

LONGUEVILLE ANNE GENEVIÈVE DE BOURBON-CONDÉ duchesse de (1619-1679)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 546 mots

Princesse française, né le 28 août 1619 à Vincennes, morte le 15 avril 1679 à Paris. Fille d'Henri II de Bourbon, prince de Condé, et de Charlotte de Montmorency, Anne Geneviève de Bourbon-Condé naît au château de Vincennes, où ses parents ont été emprisonnés. Ces derniers s'étaient en effet opposés au maréchal d'Ancre, favori de Marie de Médicis, laquelle assure la régence pendant la minorité de […] Lire la suite

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 925 mots
  •  • 1 média

Bossuet est comme un homme du Moyen Âge planté au cœur d'un siècle de crises qui s'ouvre, dès 1598, avec le traité de Vervins et la mort de Philippe II, et s'achève, en 1715, avec la mort de Louis XIV. Son intelligence exceptionnelle et sa foi inébranlable sont tout au service de l'ordre établi, de la tradition religieuse, de la plus rigoureuse orthodoxie. Une seule haine anime l'Aigle de Meaux, c […] Lire la suite

FRONDE

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 2 797 mots

Dans le chapitre « Fronde parlementaire et nouvelle Fronde »  : […] La reine dut, en octobre, confirmer la suppression des intendants. Elle paraissait réconciliée avec le parlement. Mais, quand la paix fut conclue avec l'Empereur et l'Empire (traité de Westphalie, 24 octobre 1648), Mazarin crut pouvoir utiliser les forces militaires pour contraindre le parlement à obéir. Le 5 janvier 1649, la cour quitta subrepticement Paris pour Saint-Germain et la reine donna l' […] Lire la suite

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 396 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'armée »  : […] Cette guerre devenait de plus en plus probable, à partir de la mort de Philippe IV. Il faut ici parler de l'armée. Le secrétaire d'État qui l'avait dans son ressort était le plus fidèle serviteur de la monarchie : Michel Le Tellier, excellent intendant et administrateur. Ses réformes avaient contribué à corriger les défauts d'un système qu'on ne pouvait transformer d'un coup : armée recrutée par […] Lire la suite

MONTPENSIER ANNE MARIE LOUISE D'ORLÉANS duchesse de, dite LA GRANDE MADEMOISELLE (1627-1693)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 349 mots

Digne fille de l'éternel conspirateur, du rival velléitaire et malheureux de Richelieu et de Mazarin, Gaston d'Orléans, et de sa première femme, Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier. Deux événements, l'un plus romanesque que l'autre, ont dominé la vie de la Grande Mademoiselle. Le 2 juillet 1652, l'armée royale sous le commandement de Turenne est sur le point de battre celle de Condé, quand e […] Lire la suite

ROCROI BATAILLE DE (1643)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 403 mots

Célèbre bataille opposant l'armée française, commandée par le jeune duc d'Enghien (le futur Grand Condé), à l'armée de don Francisco de Mello, en majorité espagnole mais comprenant des unités wallonnes, allemandes et italiennes. Les coalisés, qui mettent en ligne 17 000 fantassins et 8 000 cavaliers, assiègent Rocroi, place forte des Ardennes, que les Français, avec 15 000 fantassins et 6 000 cava […] Lire la suite

TURENNE HENRI DE LA TOUR D'AUVERGNE vicomte de (1611-1675)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 1 435 mots

Sans doute le plus grand homme de guerre qu'ait produit la France avant Napoléon. Taciturne et souvent bourru, Turenne cachait mal, sous une apparence de froideur une chaude humanité qui le faisait adorer de ses hommes. Stoïque dans les revers comme réservé dans les victoires, ambitieux uniquement de la gloire, généreux au point de payer ses soldats en puisant dans sa propre fortune, il était dési […] Lire la suite

Les derniers événements

18-20 octobre 2020 Guinée. Réélection d'Alpha Condé à la présidence.

La révision constitutionnelle permettant à Alpha Condé de briguer un troisième mandat, qui a été approuvée par référendum en mars, est rejetée par l’opposition. Le 20, le domicile de l’opposant est encerclé par la police, tandis que le siège de son parti est perquisitionné et placé sous scellés. […] Lire la suite

22 mars 2020 Guinée. Élections législatives.

 100 des suffrages, la nouvelle Constitution qui permet au président Condé de briguer un troisième mandat. L’opposition, ainsi que des représentants de la société civile regroupés au sein du mouvement Front national pour la défense de la Constitution orchestrent depuis octobre 2019 une mobilisation de grande ampleur, vivement réprimée, contre une nouvelle candidature d’Alpha Condé à la tête de l’État. […] Lire la suite

5-22 mars 2019 France. Attentat dans la prison de Condé-sur-Sarthe.

Le 20, les surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe votent la fin du blocage de l’établissement. Le 22, quatre codétenus de Michaël Chiolo sont mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », et l’un d’eux également pour « complicité de tentative d’assassinat ». […] Lire la suite

25 avril 2018 France. Mise en examen de Vincent Bolloré.

Les chefs d’État de ces deux pays, respectivement Faure Gnassingbé et Alpha Condé, sont présumés avoir favorisé les intérêts du groupe Bolloré dans le développement de ses activités logistiques à Lomé et Conakry après avoir bénéficié de services sous-facturés par l’agence Havas – alors propriété du groupe Bolloré – lors de leurs campagnes électorales de 2010. […] Lire la suite

11 octobre 2015 Guinée. Réélection du président Alpha Condé.

Le président Alpha Condé, candidat du Rassemblement du peuple guinéen, est réélu au premier tour avec 57,9 p. 100 des suffrages. Son principal adversaire Cellou Dalein Diallo, candidat de l’Union des forces démocratiques de Guinée, recueille 31,4 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 68,4 p. 100. L’opposition dénonce des fraudes tout en appelant ses partisans au calme. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MEYER, « CONDÉ LOUIS II DE BOURBON prince de, dit LE GRAND CONDÉ (1621-1686) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conde/