Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMMUNISME Mouvement communiste et question nationale

L'ère de la souveraineté limitée

« Fusion » ou « épanouissement » des nations

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les déplacements de populations et le nouveau tracé des frontières réduisirent considérablement l'importance numérique des minorités nationales dans les pays d'Europe de l'Est : après avoir représenté un quart de la population des États d'Europe centrale en moyenne dans l'entre-deux-guerres, elles ne constituent plus dans les années quatre-vingt que 7 p. 100 de la population des démocraties populaires ; 12 p. 100 en Bulgarie et en Roumanie, mais moins de 6 p. 100 en Tchécoslovaquie (contre plus du tiers avant guerre), 2 p. 100 en Pologne (contre près du tiers avant guerre) et 1,5 p. 100 en Hongrie (contre 8 p. 100 avant guerre). Depuis 1948, le mouvement communiste s'est employé à parachever l' unité nationale dont il a hérité en s'emparant du pouvoir. La politique linguistique, la gestion des flux migratoires et le découpage territorial, la gestion du personnel politique et l'ordonnancement institutionnel sont les instruments d'un dessein souvent hésitant qui vise alternativement, voire simultanément, la « fusion des nations » ou « l'épanouissement des cultures nationales » dans la perspective inchangée du « rapprochement » des peuples. Le jacobinisme est porté à son paroxysme par le Parti communiste bulgare, qui nie l'existence même de minorités nationales en Bulgarie : les Macédoniens sont recensés en tant que Bulgares depuis 1965 ainsi que les Turcs, qui sont officiellement tenus pour des Bulgares islamisés lors de l'occupation ottomane et ont été contraints de donner à leur patronyme une consonance bulgare à partir de 1985, avant d'être incités à émigrer en 1989.

Depuis la mort de Staline et jusqu'au début des années quatre-vingt, les autorités soviétiques elles-mêmes ont entrepris d'accélérer le processus d' assimilation et ont parfois même prétendu d'ores et déjà réalisée la formation d'une communauté politique exclusive de toute distinction nationale. Staline envisageait la fusion des nations longtemps seulement « après l'instauration de la dictature du prolétariat dans le monde entier » et non pas « à l'époque du socialisme dans un seul pays ». En 1961, au contraire, le pouvoir soviétique proclame son intention d'œuvrer à l'élimination des différences nationales en U.R.S.S. et prétend par ailleurs qu'elle procédera nécessairement de l'avènement prochain du communisme dans un seul pays. Nikita Khrouchtchev déclarait à la tribune du XXIIe congrès du P.C.U.S. : « D'aucuns déplorent la disparition progressive des distinctions nationales. Nous leur rétorquons que les communistes ne préserveront ni ne perpétueront les différences nationales ». Et, selon le programme du parti adopté par le même congrès : « L'édification [en cours] du communisme représente dans le développement des relations nationales en U.R.S.S. une étape nouvelle au cours de laquelle les nations se rapprocheront jusqu'à leur unité absolue. » Dès le début des années soixante-dix, Leonid Brejnev retrouvait les accents de son prédécesseur et estimait comme lui réalisée l'union des peuples d'U.R.S.S. en une communauté politique unique : « La formation d'une communauté sociale et internationale sans précédent, c'est-à-dire le peuple soviétique, est devenue une caractéristique importante du socialisme développé dans notre pays, un indice de l'homogénéité croissante de la société soviétique [...]. Cela signifie que les traits communs à la cosmogonie, au caractère et au comportement du peuple soviétique, qui sont indépendants des distinctions nationales et sociales, prennent progressivement une importance décisive dans notre pays », affirmait-il en 1977. De telles déclarations sont toutefois tempérées par[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Congrès des peuples d'Orient (Bakou, 1920) - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Congrès des peuples d'Orient (Bakou, 1920)

Anastassi Ivanovitch Mikoyan et John F. Kennedy, 1962 - crédits : Keystone-France\Gamma-Rapho/ Getty Images

Anastassi Ivanovitch Mikoyan et John F. Kennedy, 1962

L'Arménie, République socialiste soviétique - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

L'Arménie, République socialiste soviétique

Autres références

  • COMMUNISME DANS LE MONDE JUSQU'À LA CHUTE DE L'URSS - (repères chronologiques)

    • Écrit par Olivier COMPAGNON
    • 709 mots

    1848 Karl Marx et Friedrich Engels font paraître le Manifeste du parti communiste, dans lequel ils en appellent à une union internationale des travailleurs contre la bourgeoisie capitaliste.

    Septembre 1864 Création à Londres de la Ire Internationale, qui est dissoute dès 1876 au terme de nombreuses...

  • AFFICHE ROUGE L'

    • Écrit par Stéphane COURTOIS
    • 2 508 mots
    • 2 médias
    ...Front populaire facilita les conditions de séjour des immigrés, et les différents « groupes de langue » de la MOI se gonflèrent d'adhérents. Certains d'entre eux, animés d'un fort sentiment antifasciste – surtout s'ils étaient originaires de pays dotés d'un régime autoritaire –, s'engagèrent...
  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    Le coup d'État communiste du 27 avril 1978, couramment appelé en Afghanistan la « révolution de Saur » (Saur est le mois du calendrier afghan qui va du 22 avril au 22 mai), ne mit pas tout de suite en éveil la majorité des forces conservatrices du pays. On peut d'ailleurs penser que, si elles...
  • ALBANIE

    • Écrit par Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Universalis, Christian GUT
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    D'autre part, les différents groupes communistes albanais, lancés dans la résistance depuis l'attaque de l'URSS par Hitler, mais isolés et parfois rivaux, s'unirent alors en un parti unique (8 nov. 1941) avec un comité central dirigé par Enver Hodja. Celui-ci organisa, avec des éléments non communistes,...
  • ALLEG HENRI (1921-2013)

    • Écrit par Charles-Louis FOULON
    • 837 mots

    Journaliste communiste et militant anticolonialiste, Henri Alleg donna, par son ouvrage La Question, une résonance mondiale aux pratiques de torture des armées françaises en Algérie. Sartre écrivit qu’il fit « triompher l’humanisme des victimes et des colonisés contre les violences déréglées...

  • Afficher les 84 références

Voir aussi