COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La comédie musicale

Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer (Le Chanteur de Jazz, Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xixe siècle (The Black Crook, 1866) aux États-Unis. Ils évoluent bientôt vers un genre issu du vaudeville et de la revue, jouant sur le déploiement du spectacle. Broadway en devient le centre dès le début du siècle. C'est ainsi que The Broadway Melody (Harry Beaumont, 1929), transposé directement de Broadway à Hollywood, marque en fait le vrai départ du genre. Très vite, dans les années 1929-1930, on assiste à un véritable raz-de-marée de films chantants et dansants. Dans un ensemble de comédies familiales simplement entrecoupées de moments musicaux, The Dance of Life de John Cromwell (1929) et Applause de Rouben Mamoulian (1929) font preuve d'une véritable inventivité. Très vite, les « studios » vont profiter du musical, genre qui nécessite par excellence la conjonction de talents divers, pour développer leur image. La Warner reprend l'initiative grâce à Busby Berkeley, dont la chorégraphie donne au spectacle musical sa spécificité cinématographique avec 42e Rue (Lloyd Bacon, 1933) et Les Chercheuses d'or de 1933 (Mervyn LeRoy). Cette firme développe en particulier la comédie de coulisses, qui fait alterner intrigues autour du spectacle et numéros musicaux souvent situés à Broadway. Quant à Busby Berkeley, il développe une chorégraphie toute personnelle fondée sur le nombre et les figures géométriques [Dames, Ray Enright, 1934 ; Babes in Arms (Place au rythme), Busby Berkeley, 1939]. La R.K.O. développe au contraire un style raffiné, voire sophistiqué (et nettement antigéométrique), dont Fred Astaire est l'emblème, avec ses partenaires, en particulier Ginger Rogers (La Joyeuse [...]

Lloyd Bacon et Busby Berkeley

Photographie : Lloyd Bacon et Busby Berkeley

Photographie

Une scène de 42e Rue, comédie musicale américaine du réalisateur Lloyd Bacon et de son chorégraphe habituel Busby Berkeley, en 1933. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Amanda

Photographie : Fred Astaire et Ginger Rogers dans Amanda

Photographie

Fred Astaire (1899-1987) et Ginger Rogers (1911-1995), dans Amanda (Carefree), comédie musicale de Mark Sandrich (1938). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Indiscrétions, de George Cukor

Indiscrétions, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie

Indiscrétions, G. Cukor

Indiscrétions, G. Cukor
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Monsieur Smith au Sénat , F. Capra

Monsieur Smith au Sénat , F. Capra
Crédits : Hulton Getty

photographie

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra
Crédits : Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma  » est également traité dans :

ABBOTT BUD (1895-1974)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 556 mots

Acteur américain, né à Ashbury Park près d'Atlantic City, Bud Abbott a eu une carrière mouvementée qui l'a mené du cirque au music-hall et du music-hall à l'écran, où il fit longtemps tandem avec Lou Costello (1906-1959). Leurs noms sont inséparables d'un certain type de comédie populaire. Enfant de la balle, Bud Abbott est né au sein même du cirque Barnum, où son père tenait l'emploi de Monsieur […] Lire la suite

ALLEN WOODY (1935- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 577 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le matériau autobiographique »  : […] Depuis Annie Hall (1977), l'autobiographie (par le biais, ici, du couple qu'il forme avec l'actrice Diane Keaton) devient un matériau privilégié de création  : elle alimente l'œuvre en même temps que celle-ci réinvente Woody Allen, le personnage comme le cinéaste. C'est encore le cas d'une œuvre plus tardive, Maris et femmes ( Husbands and Wives , 1992), où les personnages qu'il interprète ave […] Lire la suite

ANDREWS JULIE (1935- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Actrice anglaise, grande vedette des comédies musicales, née le 1 er  octobre 1935 à Walton on Thames, dans le Surrey. À 10 ans, Julia Elizabeth Wells, dite Julie Andrews, commence à accompagner à la voix son beau-père chanteur (dont elle a pris le patronyme) et sa mère pianiste. Pourvue d'une voix exceptionnellement juste et cristalline, qui couvre quatre octaves, elle entame une carrière solo d […] Lire la suite

ARTHUR JEAN, GLADYS GEORGIANNA GREENE dite (1905-1991)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 551 mots

Si l'avènement du cinéma parlant mit inexorablement fin à la carrière de nombreux comédiens, il favorisa par contre la trajectoire de Jean Arthur, née à New York en 1905, dotée d'une voix au registre voisin de celui que possédait Judy Holliday dans les années 1950. Très en avance sur l'époque, la comédienne allait populariser un personnage de Girl next Door (« Mademoiselle Tout-le-Monde ») en dés […] Lire la suite

BACALL LAUREN (1924-2014)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'un couple »  : […] Betty Bacal n'a que dix-huit ans lorsque Hawks l'engage et la forme durant de nombreux mois, changeant jusqu'à son nom en Lauren Bacall, avant de la faire jouer dans Le Port de l'angoisse ( To Have and Have Not , 1944). Hawks avait beaucoup transformé, avec la collaboration de William Faulkner et de Jules Furthman, le roman d'Ernest Hemingway, conservant ce qui correspond au premier quart du fi […] Lire la suite

BUCHMAN SYDNEY (1902-1975)

  • Écrit par 
  • Raymond MORINEAU
  •  • 410 mots
  •  • 1 média

Le scénariste et producteur américain Sydney Buchman a illustré une des formes les plus originales du cinéma américain d'entre les deux guerres, la comédie satirique légère à tendance sociale traitée avec beaucoup de vivacité et de brio. De 1932 à 1950, il fut une des gloires de la firme Columbia Pictures, à laquelle il imposa son style. Sydney Buchman, né à Duluth (Minnesota), écrit d'abord pour […] Lire la suite

CAPRA FRANK (1897-1991)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cinéaste du New Deal »  : […] L'itinéraire de Frank Capra est celui d'un petit Sicilien né à Palerme le 18 mai 1897, fils d'un ramasseur d'oranges, arrivé aux États-Unis à l'âge de six ans et désireux d'avoir un jour, selon le titre original de son autobiographie, The Name above the Title ( Le Nom au-dessus du titre ). Après avoir travaillé pour pouvoir se payer des études de technologie en Californie, il engage un vieil acte […] Lire la suite

CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 050 mots
  •  • 1 média

Certains l'aiment chaud ( Some Like it Hot ) est un sommet de la comédie américaine parodique, construite sur le thème du travestissement. C'est la seconde collaboration entre Billy Wilder et Marilyn Monroe, devenue le sex-symbol du cinéma hollywoodien des années 1950, dans les dernières années du code d'autocensure de William Hays. Ensemble, Billy Wilder et Marilyn avaient mis à rude épreuve la […] Lire la suite

CHANTONS SOUS LA PLUIE (S. Donen et G. Kelly)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 287 mots

Bien avant Chantons sous la pluie ( Singing in the Rain ), tous les ingrédients de la comédie musicale existaient, à commencer par la préparation d'un spectacle comme support de numéros musicaux. Mais Stanley Donen (1924-2019) et Gene Kelly (1912-1996) renouvellent totalement le genre en dosant à la perfection, et parfois en détournant ces ingrédients : humour, scénario brillant, chorégraphie vir […] Lire la suite

CHANTONS SOUS LA PLUIE, film de Stanley Donen et Gene Kelly

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 109 mots
  •  • 1 média

En 1951, la Metro Goldwyn Mayer est devenue, parmi les « majors », la compagnie la plus riche en vedettes, et le producteur Arthur Freed (ancien auteur de chansons) y dirige un département consacré à la comédie musicale de prestige. Les films-florilèges consacrés aux auteurs-compositeurs étant à la mode, il souhaite se faire plaisir en commandant un scénario qui permette de rassembler ses propres […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/