CAMPANA COLLECTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La passion d'un collectionneur

C'est dans ce contexte qu'il faut replacer l'activité du marquis Campana et l'histoire de sa collection. Né en 1808 à Rome, Giampietro Campana (qui reçut plus tard du pape le titre de marquis) appartenait à une famille de la bourgeoisie aisée. Il exerçait les fonctions de directeur du mont-de-piété, ce qui lui conférait d'appréciables revenus. Il se mit avec passion à rassembler les antiquités (ainsi que, dans une moindre mesure, des objets d'art comme les tableaux de primitifs italiens ou les terres cuites de la Renaissance). Il amassa ainsi, entre 1829 environ, date à laquelle on commence à noter son activité archéologique, et 1857, date de son arrestation, une immense collection, entreposée dans les maisons qu'il possédait ou des salles qu'il louait tout exprès à Rome. Il avait notamment aménagé en musée une villa près de Saint-Jean-de-Latran, où était reconstituée, autour du fleuron de la collection qu'était le Sarcophage des époux de Cerveteri, aujourd'hui au Louvre, une « tombe étrusque » (en fait copiée sur le mausolée romain de Pomponius Hylas, sur la via Latina), pourvue de son décor peint et de tout son mobilier. Ce « musée Campana » eut l'insigne honneur d'être, à peine ouvert, visité par le pape Pie IX en 1846, événement mémorable que le marquis célébra par deux pompeuses inscriptions, en latin et en italien, gravées sur marbre.

Sarcophage des Époux, Cerveteri, 2

Sarcophage des Époux, Cerveteri, 2

photographie

Sarcophage des Époux. Provient de la nécropole de Cerveteri. Vers 520-510 avant J.-C. Détail. Terre cuite. Hauteur: 114 cm, longueur: 190 cm. Musée national de la Villa Giulia, Rome. 

Crédits : AKG

Afficher

Pour rassembler les objets de sa collection, le marquis faisait appel à de nombreux antiquaires, à Rome, mais aussi à Chiusi en Étrurie – ville où l'activité archéologique était en plein essor –, à Naples, à Venise. C'est pourquoi sa collection regroupait des pièces de provenances très diverses, y compris des objets de fouille trouvés en Grèce. Il se lança lui-même dans une activité de fouille. Selon la pratique de l'époque, il faisait travailler des équipes d'ouvriers, ainsi que des restaurateurs. Lorsque les pièces découvertes étaient détériorées, ces derniers leur donnaient un aspect jugé présentable – en n'hésitant pas à effectuer ce qui apparaît aujourd'hui comme des falsifications grossières. Le marquis organisa ainsi des fouilles en d[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAMPANA COLLECTION  » est également traité dans :

TRÉSORS ANTIQUES. BIJOUX DE LA COLLECTION CAMPANA (exposition)

  • Écrit par 
  • Claudette JOANNIS
  •  • 942 mots

Du 21 octobre 2005 au 16 janvier 2006, le Louvre a accueilli, sous l'intitulé Trésors antiques, des Bijoux de la collection Campana (catalogue par F. Gaultier et C. Metzger, commissaires de l'exposition, Musée du Louvre Éditions-5 Continents Éditions, Paris-Milan, 2005), une exposition qui mérite à plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tresors-antiques-bijoux-de-la-collection-campana/#i_27145

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique BRIQUEL, « CAMPANA COLLECTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/collection-campana/