Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COGNITION SOCIALE

Si la psychologie sociale étudie la manière dont les pensées, les émotions et les comportements sont influencés par autrui et l’affectent, la cognition occupe une place tout à fait privilégiée dans la discipline. Mobilisant de façon intensive les modèles de l’attention, de la mémoire, du raisonnement et de la formation de concepts, la cognition sociale est un courant de recherche très actif, qui entend mettre en évidence les structures et les processus permettant aux gens de penser les individus, les groupes et les événements qui les entourent. Sur le plan des structures, les chercheurs s’appuient sur la notion déjà ancienne de schéma. Un schéma rassemble les informations emmagasinées sur un individu, un groupe ou toute autre cible de jugement, s’organise le plus souvent autour d’un label, tels un trait, un rôle social ou une étiquette groupale, et oriente l’encodage et le rappel des informations ainsi que la réponse, le plus souvent dans le sens des attentes. Au niveau des processus, les chercheurs ont identifié plusieurs étapes allant de la catégorisation lors de la rencontre des stimuli à une activation et à une application, voire à une inhibition, des informations schématiques, ces opérations pouvant être plus ou moins automatiques en fonction des ressources cognitives, mais aussi des buts qui viennent colorer le jugement et moduler le degré de prudence avec lequel ce dernier est réalisé.

Dès les années 1940, au moment même où la psychologie contestait tout intérêt scientifique aux fonctions mentales, et ce, jusqu’à l’avènement du courant cognitiviste dans les années 1960, le rôle des processus mentaux a été mis en avant dans la genèse du comportement. À la suite de Kurt Lewin, dont les recherches plongent leurs racines dans la psychologie de la Gestalt, les psychologues sociaux ont considéré qu’une pleine compréhension du comportement social exigeait de prendre en compte la manière dont les gens se représentent leur environnement. Ainsi, on peut se forger une impression cohérente d’autrui sur la base d’un petit nombre de traits, sans que cette impression se résume à la somme des informations recueillies. Les fameux effets de primauté (les premières informations pèsent plus lourd que les autres dans la confection de l’impression) et de centralité (certaines informations orientent davantage les impressions que d’autres) mis au jour dans ces études trouvent d’ailleurs un nouvel écho dans les travaux du début du xxie siècle sur les dimensions fondamentales du jugement social.

Pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale, les chercheurs ont prioritairement abordé la question du changement d’attitude. À côté des travaux sur la persuasion qui, sous la houlette de Hovland, McGuire et d’autres, révèlent eux aussi une touche cognitiviste, plusieurs chercheurs ont, dans le droit fil des conceptions gestaltistes, souligné le net penchant des individus à disposer de cognitions qui sont cohérentes entre elles. L’aversion pour toute inconsistance dans le système de représentations, ce qu’il est convenu d’appeler « la dissonance cognitive », inciterait d’ailleurs à réduire les incohérences entre conduites et cognitions, offrant du coup un double levier au changement. Le déclin de popularité des travaux sur la dissonance ouvrira la voie aux recherches sur la psychologie naïve et l’attribution causale : mus par leur désir de comprendre, mais aussi de prédire et de contrôler, leur environnement, les gens tenteraient d’expliquer les faits dont ils sont témoins. Seront mises à l’honneur deux grandes classes d’explication chères aux individus en quête des invariants qui sous-tendent les conduites : d’une part, les caractéristiques de personnalité, en ce compris les humeurs, les valeurs, les intentions, etc., et, d’autre part, les causes situationnelles telles que les rôles, les attentes,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DÉVELOPPEMENT PERCEPTIVO-MOTEUR : POSTURES ET ACTIONS

    • Écrit par Christine ASSAIANTE
    • 2 211 mots
    ...couplage perception/action et la communication avec l’environnement. De ce fait, le schéma corporel se retrouve au cœur de théories contemporaines de la cognition sociale telles que la théorie de la motricité incarnée ou encore la théorie de l’esprit. Cette idée n’est pas vraiment nouvelle puisque Piaget...
  • PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE

    • Écrit par Martial VAN DER LINDEN
    • 2 375 mots
    ...mémoire pour les événements personnels (mémoire épisodique et autobiographique). Par ailleurs, ces personnes présentent également des déficits affectant la cognition sociale, à savoir l’ensemble des processus psychologiques permettant d’entretenir des relations sociales harmonieuses, telles que les capacités...
  • RÉHABILITATION PSYCHOSOCIALE

    • Écrit par Denis MAQUET
    • 6 484 mots
    Indépendante des capacités intellectuelles, la cognition sociale fait appel à des processus mentaux et psychiques. Elle permet de stocker et d’utiliser les informations provenant de situations sociales, de saisir les émotions, les pensées, les comportements et les interactions d’autrui et d’en appréhender...
  • SOCIOLOGIE COGNITIVE

    • Écrit par Fabrice CLÉMENT
    • 2 964 mots
    • 1 média
    ...capacité cognitive est largement admise par les psychologues, à défaut des sociologues, sa nature est plus controversée. Pour de nombreux chercheurs, la « cognition sociale » relèverait en fait d’une « psychologie naïve ». Les humains disposent en effet d’une « théorie de l’esprit » qui leur permet de...

Voir aussi