Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CLASSICISME, musique

Le terme « classicisme » est un véritable creuset sémantique : d'un point de vue esthétique, il représente une perfection achevée élevée au rang de modèle ; d'un point de vue littéraire et plastique, il correspond à l'Antiquité gréco-latine en tant que fondement de la civilisation et de l'éducation, bien avant de s'attacher aux productions du règne de Louis XIV ; en danse, il désigne les ballets avec pointes et tutus blancs. Mais, en musique, c'est vers l'école viennoise (point de rencontre des influences française, italienne et allemande) de la fin de la seconde moitié du xviiie siècle qu'il va falloir se tourner. Et envisager trois figures fondamentales : Joseph Haydn (1732-1809), Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) et Ludwig van Beethoven (1770-1827).

On a l'habitude de considérer les années 1740-1770 comme représentatives de la période de style « galant », transition entre le baroque moribond et le classicisme, équilibrant charme et naturel, grâce et élégance, alacrité et mélancolie en de justes proportions. Les années 1750-1760 correspondent à l'apogée de la philosophie et du rationalisme des Lumières, l'Aufklärung en Allemagne. La période 1740-1760 marque l'avènement de l'Empfindsamkeit, le mouvement de la « sensibilité ». Dès 1770, le préromantique mouvement Sturm und Drang (« Tempête et Élan ») réveille la conscience nationale allemande et favorise la quête de son identité, ce dont Mozart saura se souvenir. Le classicisme proprement dit, imprégné des phases précédentes, s'étend de 1770 à 1800 environ, encore que ses prolongements puissent s'enfoncer plus loin encore, jusqu'à la mort de Beethoven par exemple, et intégrer le jeune Schubert, pétri de l'héritage mozartien – sans compter que l'on estime que Mendelssohn et Chopin sont les derniers représentants des classiques !

Les notions fondamentales d'équilibre du fond et de la forme, d'unité et de symétrie, d'ordre et de mesure des proportions, la perfection du contenu et l'économie des moyens (le fameux « rien de trop » dans la recherche de l'épure), mais aussi le simple et le durable, le naturel et le goût infaillible, l'accord entre la raison et la passion, l'expression de l'universel dans le particulier sont autant de caractères partout repris indiquant les marques de fabrique du style ; mais, aussi et surtout, une sorte d'évidence de la science musicale qui fait songer qu'il ne pouvait en être autrement, et qui laisse désarmé devant tant de candide souveraineté. L'on rejoint ainsi l'étymologie du mot, classicus, « de premier ordre ».

D'un point de vue formel, les lettres de noblesse sont gagnées avec la sonate classique, autosignifiante et expressive sans le truchement des mots, stabilisée en trois ou quatre mouvements. Le premier adopte la fameuse forme sonate à la structure tripartite, dotée de barres de reprise assurant une autre cohésion interne : une exposition bithématique, c'est-à-dire à deux thèmes opposés (le second au ton de la dominante), qui seront pour Beethoven l'occasion idéale de tensions et de contrastes (ce qui n'implique pas la disparition de la sonate monothématique : Haydn, Muzio Clementi et Beethoven encore le prouvent bien) ; un développement propice au travail thématique, rythmique et tonal (la forme sonate sans développement affectant le plus souvent les mouvements lents) ; une réexposition au ton initial. Il ne faut pourtant pas y voir de systématisme. Transformant le menuet du troisième mouvement en scherzo, Beethoven portera ce genre et cette forme à leur sommet, renouvelant architecture et expressivité avec une imagination qui ne cessera de remplir les générations ultérieures de confuse admiration.

Le classicisme musical marque aussi l'apogée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur au Conservatoire de Bourg-la-Reine

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LE STYLE CLASSIQUE (C. Rosen)

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 1 586 mots

    Le style classique, tel que l'envisage Charles Rosen, dans Le Style classique. Haydn, Mozart, Beethoven (Gallimard, 1978, initialement paru aux États-Unis en 1971, sous le titre The Classical Style), « c'est d'abord un tournant dans l'évolution » de la musique ? cinquante ans de ...

  • CLASSIQUE MUSIQUE DITE

    • Écrit par Marc VIGNAL
    • 923 mots
    • 4 médias

    L'expression « musique classique » recouvre, selon les cas, des réalités fort diverses. La musique « classique » peut s'opposer à la musique dite populaire, légère ou de variété, et comprend alors toute la musique savante (ou sérieuse) européenne, des prédécesseurs de Pérotin aux...

  • DU MONT HENRY (1610-1684)

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 983 mots

    Compositeur, organiste et claveciniste d'origine wallonne (il naquit près de Liège et vécut la majeure partie de sa vie à Paris, où il mourut), qui exerça une profonde influence sur la musique religieuse française. Son rôle dans ce domaine a pu être comparé à celui de Haydn dans celui...

  • MANNHEIM ÉCOLE DE

    • Écrit par Nicole LACHARTRE
    • 2 239 mots
    • 1 média
    ...pépinière de musiciens et montre l'effet bienfaisant d'un mécénat éclairé. L'école de Mannheim a beaucoup contribué à faire la liaison entre le baroque et le classicisme. Haydn trouve un style et des formes déjà constitués ; l'orchestre a atteint son effectif classique ; il offre des possibilités élargies ;...
  • MONN GEORG MATHIAS (1717-1750)

    • Écrit par Marc VIGNAL
    • 236 mots

    Sans doute le plus doué parmi les compositeurs préclassiques autrichiens, né et mort à Vienne, Georg Mathias Monn est mentionné en 1731-1732 comme petit chanteur au monastère de Klosterneuburg ; en 1738 au plus tôt, il devient organiste de la toute récente Karlskirche de Vienne. Malgré sa célébrité...

Voir aussi