RURALE CIVILISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La civilisation rurale se définit d'abord par oppositions. Qui dit campagne dit villes ; qui dit paysan dit citadins. La civilisation rurale est un tissu monotone qui rapproche les uns des autres un certain nombre de groupes cellulaires, villages, paroisses ou communes, ces groupes étant, selon les cas, englobés ou dominés par des pouvoirs ou (et) par des forces économiques et sociales qui sont extérieures ou supérieures aux cellules en question. Parmi ces pouvoirs et forces, qui coexistent ou qui se succèdent les uns aux autres, on peut citer la féodalité, les villes, les États, le commerce et l'industrie, le capitalisme, les bureaucraties partisane ou policière, etc. Chaque village, comme le note H. Mendras, est donc flanqué d'une société environnante (les autres villages) et d'une société englobante ou dominante (citadins, féodaux, capitalistes, bureaucrates, prêtres ou policiers).

Histoire stratigraphique de la civilisation rurale

La civilisation rurale est d'abord le produit d'une histoire (nous nous intéressons, de ce point de vue, au cas ouest-européen, et spécialement au cas français : il est utile et commode, parce que bien connu). Cette histoire est stratigraphique : l'apport spécifique qu'elle reçoit de chaque siècle ou groupe de siècles et de chaque millénaire n'est pas annulé, mais il est simplement recouvert, ou tout au plus érodé, et malmené par l'apport des périodes ultérieures. La somme de ces apports, avant même qu'il soit possible de les comprendre dans leur arrangement structural, doit donc se lire comme une coupe géologique : de bas en haut, si l'on est historien ; et de haut en bas, si l'on est géographe ou ethnologue. Le cas des paysanneries occidentales est très éloquent à ce propos : leurs sociétés constituent des édifices d'une grande complexité ; pendant leur phase d'expansion maximale (xive-xixe s.), elles mettent en jeu des apports, anciens ou neufs, qui sont représentatifs de près d'une dizaine de millénaires. En Provence par exemple, la domestication locale du mouton sauvage, engagée de longue date, devient un fait acquis à partir de 6000 avant J.-C.

Les peuples de la culture « cardiale » puis les Chasséens, qui sont à l'origine de ces innovations « moutonnières », disparaîtront en tant que tels, mais leurs contributions agricoles resteront à tout jamais incrustées dans la grande province du Midi. Les cultures passent, les apports culturels demeurent.

Les innovations

Nouvelles plantes et méthodes de culture

À partir de 2000 avant J.-C. et notamment pendant l'âge du fer (vers 500 av. J.-C. et jusqu'à l'époque de l'Empire romain), une nouvelle vague d'innovations se répand pour toujours dans la civilisation rurale d'Occident. Avoines et surtout seigles, qui donneront pendant longtemps sa couleur au pain noir des paysans d'Europe, viennent compléter la panoplie des céréales disponibles, jusqu'alors bornée à l'orge et au froment. Les blés de printemps, pères lointains de cet assolement biennal qui connaîtra une immense fortune, font eux aussi une timide apparition ; et avec eux, les fèves, les pois, les lentilles et autres légumineuses : elles fournissent des protéines végétales aux humains, et elles implantent dans les sols l'azote atmosphérique comme fertilisant. Dans la seconde moitié du dernier millénaire avant J.-C. arrivent aussi sur les rivages actuellement français de la Méditerranée, propagés par les Rhodiens, les vignes et l'art de la greffe : les origines helléniques de celui-ci se sont conservées dans le mot dialectal français enter (allemand impfen) qui veut dire greffer, et qui vient du grec emphuteueïn. La greffe permet la production massive de châtaignes et de noix, sources de glucides et de lipides pour le populaire. La vigne, elle, est un apport fondamental : elle offre à beaucoup de gens la possibilité de boire un liquide relativement stérile (le vin), dans lequel l'alcool joue le rôle d'antiseptique. Ainsi sont limités les ravages de beaucoup d'épidémies qui, sinon, seraient propagées par l'eau de boisson. (Dans d'autres civilisations, on obtient des résultats analogues au moyen de méthodes différentes : en Chine, de toute antiquité, l'usage très répandu du thé impliquait l'eau bouillie, donc l'asepsie). Quoi qu'il en soit, à partir du ier siècle après J.-C. se répand en Gaule une véritable viticulture indigène ; elle y deviendra l'une des bases essentielles des civilisations rurales du crû ; elle utilise non plus des cépages helléniques ou italiens, mais des plants autochtones, acclimatés ou hybridés sur place par quelques vignerons géniaux : plant pinot sur l'axe Rhône-Saône, ou Côtes du Rhône-Bourgogne ; cépage cabernet sur la verticale Bayonne-Bordeaux-région du muscadet. Une invention annexe, le tonneau, fils des montagnes forestières du bas Dauphiné, consacre pour vingt siècles la fortune de la viticulture nationale.

Bourgogne : les vendanges du pinot noir

Photographie : Bourgogne : les vendanges du pinot noir

Les vendanges du pinot noir en Bourgogne. 

Crédits : Ian Shaw/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Cheval, chevaliers, domination sur les rustres

Un autre flux culturel influence et même traumatise violemment la vie agraire : il s'agit de l'arrivée du cheval domestique, venu de l'est, et qui entre 1500 et 500 avant J.-C. s'installe assez largement dans l'Europe de l'Ouest. Non pas que le cheval, sur le moment, ait transformé de façon directe les techniques agricoles elles-mêmes : le temps des charrues attelées d'équidés ne viendra que beaucoup plus tard (xiiie s., ou même xviiie s.). Mais le « noble animal » accompagne une différenciation sociale : il souligne à sa manière l'apparition d'un groupe d'aristocrates, vivant du prélèvement sur le rustre et qui sont aussi et très logiquement des cavaliers, ou des chevaliers (equites) combattants à char ou sur monture. Les petites sociétés agricoles du Néolithique, elles, avant l'usage des métaux, étaient restées relativement égalitaires ; et Rousseau aurait sans doute aimé ces populations superarchaïques dont les tombes sans prétention ni pièces d'apparat indiquaient une absence de hiérarchisation sociale. Or, à partir de l'âge du bronze et du fer, et simultanément, à partir de l'introduction du cheval – laquelle n'est du reste qu'un symptôme parmi bien d'autres –, les choses effectivement changent. Un groupe de chefs apparaît et se détache du tissu paysan. Ce groupe est riche des trésors qu'accumulent déjà la civilisation des métaux et les échanges. Il est fort aussi du prestige militaire et mobilier que lui confère la possession du cheval. (Notons incidemment que l'ultime animal domestique dont hériteront les paysanneries d'Occident, bien après l'arrivée des équidés, sera... le dindon d'Amérique ; [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RURALE CIVILISATION  » est également traité dans :

ARAIRE

  • Écrit par 
  • Rose-Marie ARBOGAST
  •  • 250 mots

L'araire est un instrument de culture attelé léger qui complète les outils manuels (houe, bêche). Associé à un animal (bœuf, âne...), il permet la conquête de nouveaux espaces cultivés ainsi qu'une intensification de l'exploitation agricole. Dans sa forme la plus élémentaire, l'araire est composé d'une simple fourche en bois dont l'une des branches sert de perche d'attelage et l'autre, taillée en […] Lire la suite

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 820 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Activités traditionnelles »  : […] La vie traditionnelle du paysan cambodgien se trouve encore rythmée par le mouvement des eaux. Au temps d'Angkor, les rizières étaient savamment irriguées, dessinées selon un tracé quadrangulaire. Aujourd'hui, ce tracé est beaucoup plus lâche et n'obéit qu'aux commodités du terrain. Des diguettes assez larges séparent les parcelles. Nulle part n'est pratiquée une véritable culture intensive du […] Lire la suite

COLPORTAGE LITTÉRATURE DE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 2 022 mots

Dans le chapitre « Imagerie et colportage urbain »  : […] L'invention de l' imprimerie, à la fin du xv e  siècle, n'a concerné qu'un public très limité, celui des clercs, des lettrés et de la haute administration. Mais, avec les guerres de religion, le livre devient un champ de bataille. Alphabétiser les masses, donner à chacun la capacité de lire les textes sacrés dans sa langue et de les interpréter en son âme et conscience, tels sont les objectifs de […] Lire la suite

COMMUNAUX

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 537 mots

Dans la communauté rurale telle qu'elle exista en Occident du ix e au xviii e siècle au moins, les communaux représentaient cette partie du territoire d'un village qui, n'étant pas l'objet d'actes (formels ou non) de propriété privée (même limitée), était de ce fait réputée commune à tous les habitants. Il s'agissait en général de chemins, des fossés et des haies qui les bordent, de bois et de l […] Lire la suite

DUPÂQUIER JACQUES (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 737 mots

Avec Jacques Dupâquier, décédé le 23 juillet 2010, disparaît une figure phare de la démographie historique. Cet homme de caractère et de convictions avait trouvé sa voie sous l'effet des circonstances. Né le 30 janvier 1922 à Sainte-Adresse (Seine-Maritime) dans une famille de la bourgeoisie industrielle, il envisage initialement, face à la menace allemande, une carrière d'officier de marine. Aprè […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Approche historique de l'enfance

  • Écrit par 
  • Marie-France MOREL
  •  • 5 886 mots

Dans le chapitre « L'ethnohistoire »  : […] La médecine savante, assez suivie dans les villes dès le xviii e siècle, a sans doute eu peu d'influence dans les campagnes. Les ethnologues qui travaillent sur la c ulture paysanne traditionnelle insistent sur l'opposition qui existe entre la notion savante et positive d'hygiène et la conception populaire de prévention qui est plutôt de nature symbolique. Ainsi les bains recommandés par les méde […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Société des morts, société des vivants »  : […] L'analyse de ces processus historiques repose sur l'étude conjointe des habitats et des nécropoles. Ces dernières offrent en effet un reflet de la société, les défunts étant inhumés avec les symboles de leur statut. Ainsi des tombes aristocratiques spectaculaires, où le mort était accompagné d'un char et d'objets de luxe, ont été découvertes à Orval (Manche), Roissy (Val-d'Oise), Bucy-le-Long et […] Lire la suite

HABITAT - L'habitat gréco-romain

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 6 563 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Maisons rurales : fermes et villas »  : […] Jusqu'à présent, aucun village antique n'a été fouillé en Grèce, bien que nombre d'entre eux aient été repérés ; on n'a donc aucune idée de l'habitat rural aggloméré. En revanche, quelques fermes ou maisons isolées ont été fouillées, notamment sur le territoire d'Athènes. Les relevés archéologiques ( survey ) de territoires entiers (îles ; cités, régions), achevés mais non encore publiés ou en cou […] Lire la suite

HABITAT - L'habitat rural en Occident (XIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean CHAPELOT
  •  • 4 318 mots

Au Moyen Âge et dans l'Ancien Régime, le village a été le cadre habituel de vie de l'immense majorité de la population européenne. La maison rurale, quels que soient sa forme, ses matériaux, ses fonctions, a fortement marqué, non seulement la mentalité des populations contemporaines, mais aussi le paysage. Consciemment ou non, de manières différentes selon qu'ils sont urbains ou ruraux, nos conte […] Lire la suite

LE ROY LADURIE EMMANUEL (1929- )

  • Écrit par 
  • Alain GUERY
  •  • 1 646 mots

Dans le chapitre « « Les longues durées du destin rustique » »  : […] Dès sa thèse de doctorat, Les Paysans de Languedoc (1966), Emmanuel Le Roy Ladurie utilise un registre varié des approches, des méthodes et des sources pour répondre à une ambition qui, sans être rappelée, ne sera jamais oubliée dans toute son œuvre, celle de tenter une « histoire totale » . Il s’agit par là, dans la lignée de Marc Bloch et de Lucien Febvre, d’embrasser méthodiquement l’ensemble […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuel LE ROY LADURIE, « RURALE CIVILISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/